Dette publique : Fitch dégrade la France

Fitch a dégradé la note de la dette publique…et de l’assurance-vie !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jury credits Cali (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dette publique : Fitch dégrade la France

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 décembre 2014
- A +

Par Charles Sannat.

Jury credits Cali (licence creative commons)

Pour la libération de la France, il va falloir attendre encore un petit peu et vraisemblablement notre effondrement financier avant de pouvoir envisager l’avenir avec plus de sérénité. Évidemment, l’information importante c’est, après la dégradation de l’Italie, celle de notre pays par l’agence de notation Fitch.

Le cas particulier de l’agence Fitch !

Avant de vous parler de notre nouvelle note, il était important de revenir sur le contexte dans lequel cette dernière a été octroyée, à savoir que l’agence Fitch était française et plutôt tendre jusqu’à présent à l’égard de la France et de sa gestion financière pour le moins artistique.

Sauf que son patron, fondateur et actionnaire Marc Ladreit de Lacharrière (qui a 73 printemps), va céder, pour 2 milliards de dollars, 30% de la troisième agence de notation mondiale au groupe de médias Hearst, déjà propriétaire de 50% du capital… Traduction : Fitch est désormais passée sous pavillon US

Fitch dégrade la France mais pas que…

L’analyse de Ficth est assez simple. L’absence d’une amélioration importante dans la trajectoire de la dynamique de la dette publique française nécessite d’abaisser la note souveraine de notre pays. Depuis l’examen de notre situation budgétaire 2015 par la Commission, le gouvernement a annoncé des mesures d’économie budgétaire supplémentaires de 3,6 milliards d’euros, soit 0,17% du PIB, conduisant à un objectif officiel de déficit budgétaire global pour l’année prochaine de 4,1%. Cet effort n’est pas suffisant ni de nature à changer significativement les prévisions de Fitch concernant la dynamique de la dette de la France.

En clair, la France est un mauvais élève et ce n’est pas techniquement faux sans évoquer ici le bien-fondé ou non d’une politique d’austérité. Ce qui est certain c’est que nous ne maîtrisons plus la trajectoire de nos finances publiques et de notre endettement qui sont fondamentalement hors de contrôle et le seront d’autant plus que les rentrées fiscales de 2015 pourraient être nettement en deçà de ce qui est prévu en raison de plusieurs éléments.

La croissance n’est toujours pas au rendez-vous, le chômage continue son ascension inexorable de même que les destructions de postes, sans oublier que la baisse significative de l’immobilier et du pétrole vont faire rentrer beaucoup moins de taxes que prévu dans les caisses de notre État fort dispendieux.

Fitch dégrade aussi le secteur de… l’assurance-vie en France !

Mais l’agence de notation Fitch est allée plus loin en dégradant également le secteur de l’assurance vie en France et cette démarche, nettement moins commentée que la dégradation de la note souveraine de notre pays, n’est pas du tout anodine, surtout lorsque l’on sait que les Français sont d’énormes détenteurs d’assurance-vie (produit d’épargne préféré des Français) qui s’en servent en plus depuis cette année (2014) comme un quasi-livret d’épargne pour ceux dont le contrat est ouvert depuis plus de 8 ans (en raison de la baisse des taux en particulier sur le livret A, les sommes se reportent en grande majorité vers des contrats d’assurance vie déjà ouverts).

Comme nous l’apprend cet article des Échos revenant sur cette information importante en termes de gestion patrimoniale :

« Selon les agences de notation, l’activité des assureurs vie demeure pénalisée par des taux d’intérêts historiquement bas et une collecte en unités de compte qui reste modeste ».

« Tout comme fin 2013, l’agence de notation Fitch Ratings a indiqué qu’elle maintenait une perspective négative pour le marché de l’assurance vie en France pour l’année qui vient.
L’agence de notation explique que «les taux d’intérêts bas et un mix produits encore défavorable vont continuer à affecter la solvabilité et la rentabilité des assureurs vie français en 2015». De plus, les marges sur les fonds en euros restent faibles, principalement en raison de l’environnement de taux très bas, selon l’agence, «ce qui devrait conduire la majorité des assureurs vie à réduire davantage les rendements offerts aux assurés», tandis que les ventes de contrats en unités de compte, tout en augmentant, restent limitées. »

« Autre point noir selon Fitch : le niveau de fonds propres qui est affecté par la volatilité des marchés, même si les résultats de 2014 devraient être soutenus par les plus-values latentes sur les obligations souveraines et d’entreprise ainsi que par la valorisation des actifs immobiliers. Mais hors plus-value latente, le niveau de fonds propres reste faible. La perspective du secteur pourrait être révisée à stable si les taux remontaient, permettant aux assureurs de reconstituer leurs marges, conclut l’agence. »

Traduction de ce charabia pour les non-initiés : les compagnies d’assurance-vie sont fragiles, l’essentiel c’est du fonds euros, c’est-à-dire des obligations d’État en faillite virtuelle qui ne rapportent presque rien… Et quand un produit financier ne rapporte rien, les sociétés de gestion (et donc les compagnies d’assurance) doivent se rémunérer presque rien sur pas grand-chose, ce qui à l’arrivée fait des bénéfices assez minables pour ne pas dire inexistants… Et c’est à ces entreprises-là, fragilisées, que vous confiez votre argent pour qu’elles le prêtent à des États qui risquent en plus de ne pas vous rembourser… Mais vous pouvez continuer. Évidemment, ce sera sans moi, et je vous regarde le faire car au bout du chemin, se trouve forcément un épisode de tonte généralisée du mouton-épargnant…

Heureusement, le gouvernement gouverne !

Néanmoins, dans toutes ces mauvaises nouvelles, nous avons des raisons d’espérer. En effet, selon le porte-parole du gouvernement (Le Foll), « on a un cap, on le garde. On a fixé nos objectifs en termes de réduction de déficit. On les a même revus pour améliorer les résultats, que ce soit en 2015, 2016 et 2017 »… Je suppose que vous vous sentez mieux quand même après une telle déclaration.

Enfin, je laisse le mot de la conclusion à Michel Sapin pour qui « la politique menée commence à porter ses fruits »… Michel, cet homme qui a tout compris, même s’il n’a pas free puisqu’il n’a, selon sa déclaration de patrimoine, que quelques centaines d’euros à la banque mais l’ensemble de sa fortune placée dans une sublime collection de pièces de monnaies anciennes (ce n’est pas moi qui vais l’en blâmer) ou dans des centaines d’hectares de terres agricoles (ce que je préconise, donc ce n’est pas moi non plus qui vais l’en blâmer).

Il faut donc que votre patrimoine soit calqué sur celui de notre ministre des Finances, et Michel doit inspirer chacun et chacune de vous dans son allocation d’actifs.


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  •  » soldat deuxième pompe ! l’alcool dégrade … »

     » chef ! j’m’en fout ! chef ! j’suis pas gradé … « 

  • Fait chier j’ai commencé à épargner en assurance vie…

  • « nous ne maîtrisons plus la trajectoire » « notre endettement »

    M. Sannat, merci de ne pas associer les 47 millions de Français (même si 16 millions d’entre eux ont voté pour un socialiste de droite) qui n’ont pas voté pour le débile profond à la fine équipe des illettrés économiques qui se targuent de gouverner et réformer ce pays.

    Rappelons que c’est la la notation de l’Etat qui est dégradée, pas celle de la France. Ca veut dire que les trois fonctions publiques et la Sécu sont concernées. Comme ce petit monde vit à crédit, quand les taux vont remonter, ça va faire très très mal.

  • (+) Plus la note tombe (-) moins vite (-) moins la décadence est (+) plus forte.
    C’est pourtant simple non ?.. et bien d’autres venus de l’ANE (Administration National Endoctrinment) vous diront :
    (+) plus la décadence est (-) moins forte (-) moins la note baisse (+) plus vite…
    Tout aussi limpide.
    De toute façon c’est pas grave c’est nos enfants (et suivants) qui paieront… Je comprends d’où viendra la guerre des générations !
    Je ne suis pas fort math, mais 51 % pour un fromage « président » fait avec une traite qui a rempli 64% du gère hican ça représente quand même 67,36% de vide !!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gérald Autier.

L’augmentation absolument vertigineuse de la dette publique de la France fait craindre à de nombreux commentateurs politiques que les générations à venir auront à supporter l’inconséquence des choix budgétaires faits actuellement.

Cette dette avoisinera prochainement les 120 % du PIB du pays, contre 100 % avant le début la pandémie, et les mantras politiques tels que le « quoi qu’il en coûte » suggèrent que cette irresponsabilité financière n’est pas près de s’arrêter.

Beaucoup ignorent un aspect du pro... Poursuivre la lecture

Par Patrick Aulnas.

L’idée selon laquelle l’endettement public serait favorable à la croissance économique s’est beaucoup répandue. Or, il apparaît que les pays très endettés ont une croissance faible. C’est le cas aujourd’hui de la plupart des pays les plus riches de la planète.

Selon la Banque mondiale, les pays à revenu élevé ont eu un taux de croissance moyen de 1,6 % en 2019 contre 3,7 % pour les pays à revenu faible ou intermédiaire. Dans la zone euro très endettée (97 % du PIB), la croissance était de 1,3 %.

Les ar... Poursuivre la lecture

Par Claude Sicard.

La dette extérieure de la France ne cesse de croître. À présent, les discussions vont bon train à propos de la nécessité de son remboursement.

Les avis sont partagés. Les taux d’emprunt sont quasiment nuls, et s’endetter ne coûte rien. Pourquoi donc se priver de cette facilité ?

Dans une tribune du quotidien Le Monde du 5 février, une centaine d’économistes européens, dont Thomas Piketty, a pris position pour l'annulation d’une partie de cette dette, celle de la BCE, contre un plan d’investissement. Ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles