Drones américains : une cible, 28 tués

Quel bilan pour les drones dans la guerre contre le terrorisme ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drone credits Ministry of defence (licence creative commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Drones américains : une cible, 28 tués

Publié le 13 décembre 2014
- A +

Par Nick Gillespie, depuis les États-Unis.
Un article de Reason

Drone credits Ministry of defence (licence creative commons)

Un rapport du mouvement britannique Reprieve affirme que les drones américains au Yémen et au Pakistan tueraient 28 « anonymes » pour chaque cible réellement visée. De plus, « 41 hommes ont, semble-t-il, réussi l’impossible : mourir une première fois, puis une seconde, puis mourir encore. Ces rapports indiquent que chaque cible assassinée mourrait environ trois fois avant de réellement disparaître. »

On est loin de la précision tant vantée des attaques de drones et de la promesse d’une guerre future épargnant aux civils la ruine et la destruction et évitant les dégâts collatéraux. Le Président Obama disait en 2013 : « En concentrant notre action contre ceux qui veulent nous tuer, et non les gens parmi lesquels ils se cachent, nous choisissons le mode d’action le moins susceptible d’entraîner la perte de vies innocentes. »

Il faut le dire vite. Un extrait du rapport de Reprieve :

« Jusqu’à 1147 personnes pourraient avoir été tuées dans des opérations visant à éliminer 41 hommes, constituant un quart des victimes de frappes de drones au Pakistan et au Yémen. Dans ce dernier, des frappes visant 17 cibles seraient à l’origine de la moitié des victimes civiles confirmées. De plus, les preuves laissent penser qu’au moins quatre des 17 cibles seraient encore vivantes. De la même manière au Pakistan, 221 personnes, dont 103 enfants, ont été tuées dans le but d’éliminer quatre hommes, dont trois sont encore en vie et un mort de causes naturelles. Une des cibles, Fahd al-Quso, a été signalée comme tuée à la fois au Pakistan et au Yémen. Dans les quatre tentatives d’élimination de ce dernier, 48 personnes pourraient avoir perdu la vie. »

Le rapport complet, incluant le détail de la méthodologie utilisée pour les listes, se trouve ici.
(merci à The Liberty Crier et Break the Matrix.)

Plus tôt dans l’année, Newsweek rapportait que « la guerre des drones d’Obama ne semblait pas près de s’arrêter ». D’après une dépêche :

« Malgré quelques frappes de drones spectaculaires ayant mené à la disparition de chefs au Yémen et au Pakistan, celles-ci sont le sujet d’inquiétudes grandissantes à Washington, où l’on se demande si ces attaques ciblées ne pourraient pas être contre-productives. Les « dommages collatéraux » sont vus comme l’un des arguments utilisés par al-Qaïda, sapant ainsi la principale raison de mener cette campagne de frappes de drones – protéger les Américains. »

« Ce n’est jamais une bonne idée de se faire plus d’ennemis que ce dont vous pouvez vous débarrasser », nous a confié à ce propos un ancien membre de la NSA.


Article original titré « U.S. Drones Kill 28 ‘Unknowns’ for Every Intended Target » publié le 1er décembre 2014 par Reason. Traduction de N.N. pour Contrepoints.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Quand on essaie d’expliquer aux partisans de la « guerre contre le terrorisme » qu’en intervenant militairement on crée plus de terroristes qu’on n’en tue, ils répondent « mais on ne peut pas rester sans rien faire ».

    la logique n’a aucune prise sur ceux qui pensent qu’il vaut mieux être contre-productif qu’inactif

  • On nous ressort la même polémique qu’ avec Israël en oubliant que ces valeureux combattants on l’art de se mélanger parmi les civiles. C’est pas en les laissant faire que vous allez épargner les civiles bien au contraire.

    @ Level,

    si vous croyez qu’en faisant le contraire ils vont se calmer c’est qu’apparemment vous n’êtes pas conscient du but que les islamistes ont. Les islamistes n’attendent que ça; que les dirigeants occidentaux résonnent comme vous. C’est la passivité des occidentaux qui va donner des ailes aux terroristes. Pour eux ce sera déjà une victoire.

    Vous avez le droit d’ être contre les interventions armées contre les terroristes; mais ça ne les empêchera pas de vous décapité le jour ou il en auront l’occasion.

    D.J

    • C’est clair qu’en Suisse, Nouvelle Zélande and Co, où ces gouvernement n’interviennent pas, ils sont attaqués toutes les 3 secondes…
      Et par intervenir, vous entendez tués 28 civils pour une cible ? Renverser des gourvernements pour les remplacer par d’autres au moins aussi pire ? Armer des rebels ou freedom fighters qu’on rebatisera isis ou al quaeda quelques années plus tard ?

  • Avec ce genre d’article « ON » surfe de rumeurs en rumeurs.
    Quels en étaient donc les auteurs ? Des « mouvements » ! Ah, groupuscules dont l’identité/attaches restent floues et leurs desseins le sont tout autant…
    Etaient-ils là pour comptabiliser les dépouilles et identifier leur appartenance avec rigueur ?
    S’il y étaient vraiment, à quel titre y figuraient-ils, « militants » de causes suspectes ou grands humanitaires autoproclamés ?

    Ce ne sont pas des déclarations telles un Jean Level n’ayant fait ses classes que sur banc d’écoles qui nous convaincront d’un hypothétique sens d’humanité parmi ces trancheurs de carotides !!!

  • Bonjour,

    là , ou quelques millions de $ pour la procédure un magistrat plus quelques policiers étaient necessaires pour attraper 3 barbus et 3 tondus après le 11 septembre 2001 ( si on suit la version officielle bien entendu ) , les américains ont préféré deplacé toute une armada . Bilan 10 ans après les évenements , des milliers de milliards de $ gaspillés , des milliers de morts et blessés coté américains , des centaines de milliers morts et blésses coté civils étrangers , le chaos dans tous ces pays et dans les régions voisines .
    Quel pays soit disant démocratique accepterait pour son propore pays ce bilan de la part de force de policie , résumé dans le cas particulier des drones par la formule du titre , une cible, 28 tués ?

    • @ Gueux,

      Il ne s’agissait pas de courir après deux ou trois terroristes en allant envahir l’Afghanistan mais d’aller détruire les structures terroristes couvert par les talibans qui ont servi de base arrière pour les attentats terroristes du 11 septembre. L’Afghanistan était à cette époque le sanctuaire d’Al-Qaeda où l’on recrutaient ou l’ on entrainait les futurs soldats du Djihad qui venaient des 4 coins de la planète.

      @ Parousnik,

       » Usa, Caroline du Nord. Les camps de concentration Fema pour les sans domicile fixe  »

      En évoquant camps de concentration vous allez nous dire aussi qu’ils sont torturés, exécutés et jeté dans des fosses communes.

      D.J

  • il est important de préciser que Reprieve est loin d’être une association impartial. c’est une association qui combat contre les violations des droits de l’homme et qui s’oppose à la guerre contre le terrorisme. de plus, établir un rapport précis sur le nombres de tués par les drones est impossible tout comme il est impossible de savoir précisement le nombre de terroristes tués et le nombre de dommages collatéraux. Il est aussi importer de comparer les dommages collatéraux causés par les drones avec les autres moyens utilisés tels que les opérations terrestres. de plus, les rapports pakistanais sur les drones sont faux. il faut épingler l’hypocrisie du pakistan qui d’un coté condamne publiquement l’utilisation de drones américains et passe son temps à critiquer cela mais qui de l’autre coté, laisse faire et même demande aux américains de liquider certaines personnes

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans les cercles libéraux américains, on dit souvent qu’il y a un « parti unique » (uniparty) au Congrès. En d’autres termes : il n’y a pas de différences majeures entre Démocrates et Républicains. Les deux sont partisans d’un gouvernement plus important.

Les Démocrates ne s’en cachent pas, et la dernière proposition budgétaire de Joe Biden le confirme à nouveau. L’introduction du texte contient plusieurs énormités que les vérificateurs de « faits » auraient derechef débusquées si le président avait été de l’autre parti.

Non, Bi... Poursuivre la lecture

visage d'une personne avec du scotch sur la bouche
2
Sauvegarder cet article

Par Thomas Buckley.

 

Ce sont ces sentiments - parmi d'autres - qui décrivent la réaction générale aux révélations des Twitter Files et à d'autres épisodes flagrants de censure sur les réseaux sociaux par les Big Tech.

L'accord implicite avec des entreprises comme Twitter, Facebook, Google, etc. est très simple : nous regarderons vos publicités si vous nous offrez un service gratuit. L'accord n'incluait pas la censure.

Mais à quoi la société doit-elle s'attendre lorsque les censeurs semblent n'y voir absolumen... Poursuivre la lecture

Partout dans le monde, les États-Unis sont considérés comme le cœur du capitalisme. Mais cela n'était vrai qu'à une époque.

Le dernier classement de l'indice de liberté économique révèle que les États-Unis sont les plus mal notés depuis la création de l'indice en 1995 selon lequel pas moins de 16 pays européens ont une économie de marché plus libre que celle des États-Unis. Même les pays scandinaves sont économiquement plus libres, c'est-à-dire plus capitalistes, que les États-Unis. La Suède se situe à la 10e place sur l'« échelle du c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles