Google contre Publicis

Le patron de Publicis craint la disparition de son métier, détruit par quelques moteurs de recherche.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Maurice Lévy (Crédits : World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Google contre Publicis

Publié le 15 novembre 2014
- A +

Par Guy Sorman

Maurice Levy - World Economic Forum (Creative Commons)

Maurice Lévy, Président de la première agence française de publicité véritablement mondialisée, espérait, il y a un an, fusionner avec Omnicom. L’ensemble aurait représenté la plus importante agence au monde et Maurice Lévy en aurait été le premier Président. La fusion a échoué « pour des raisons culturelles », commente Maurice Levy, sans s’appesantir. Ses partenaires américains, plus diserts, auraient jugé le Français trop autoritaire.

Publicis vient de reprendre l’entreprise en acquérant Sapient, agence leader américain sur le web. La stratégie de Maurice Lévy est de constituer un ensemble où les recettes publicitaires sur le web représenteraient la moitié des recettes totales, le solde se répartissant entre les médias classiques, presse, cinéma, télévision, affichage… Maurice Lévy fut certainement un pionnier en envisageant il y a quinze ans que les annonceurs préféreraient toujours plus le web aux médias classiques, parce qu’ainsi ils ciblent mieux leur clientèle et mesurent en « clics » la portée de leurs annonces.

Mais Maurice Lévy s’inquiète aujourd’hui non plus de la concurrence entre le web et les médias classiques puisque, jusque-là, Publicis restait pour les annonceurs un point de passage obligé. Désormais, la bataille commerciale s’est déplacée entre les moteurs de recherche, Google en tête ou Alibaba en Chine d’un côté, contre les agences de publicité. À quoi bon, se demandent les annonceurs en quête de clients au profil précis, transiter par les agences si l’on peut s’adresser directement à Google ? De fait la part de marché des agences et leurs profits baissent à mesure que les recettes publicitaires de Google augmentent.

Ce que craint Maurice Lévy est la disparition de son métier, détruit par quelques moteurs de recherche, devenus des monopoles de fait incontournables pour qui la vie privée et les désirs de chacun d’entre nous, ne recèlent plus aucun mystère.


Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Je ne crois pas que le maintien artificiel de l’activité des agences de pub résolve en quoi que ce soit les nouveaux problèmes apparus avec l’intrusion des moteurs de recherche dans la vie privée et dans la manipulation des désirs. Ces nouveaux problèmes sont la preuve qu’il y a la place pour des innovations qui rendent le modèle des moteurs de recherche obsolète tout en étant plus satisfaisantes pour le plus grand nombre. Alors, M. Lévy, inventez-les plutôt que de vous lamenter sur la fin d’un monde !

  • Du meme avis, on va pas pleurer pour un intermédiaire
    Qui de surcroît, révait d’être un acteur incontournable…

  • Cet article traduit une méconnaissance remarquable du fonctionnement de l’industrie de la pub/communication, et enquille les phrases qui n’ont aucun sens.

    « Mais Maurice Lévy s’inquiète aujourd’hui non plus de la concurrence entre le web et les médias classiques puisque, jusque-là, Publicis restait pour les annonceurs un point de passage obligé. »

    Je ne sais pas ce que l’auteur a essayé d’écrire ici, mais ce qui est certain, c’est que Publicis n’a jamais été nulle part un « point de passage obligé ».

    « À quoi bon, se demandent les annonceurs en quête de clients au profil précis, transiter par les agences si l’on peut s’adresser directement à Google ? »

    Personne ne se pose cette question. Les agences de publicité et l’achat média sont séparés depuis belle lurette. Les annonceurs font appel aux agences pour la création.

    La part de marché des agences baisse dans quoi ?

    Etc. etc. Je ne parle même pas de la conclusion, dans le genre niaiserie, ça se place là.

    En bref, encore un torchon de Guy Sorman qui devrait quand même arrêter de se foutre du monde avec ses articles sans queue ni tête.

  • C’est vrai ? Grâce à Google on va bientôt pouvoir regarder les films sans interruptions publicitaires ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

log4shell
1
Sauvegarder cet article

Cet article est disponible en podcast ici.

Ce 10 décembre, une faille de sécurité baptisée log4shell et touchant la brique logiciel log4j a été découverte. Dès lors, des millions de serveurs, y compris ceux d’Apple, Google, Amazon ou Tesla devenaient piratables.

Cette faille montre comment, sans même commettre d’erreur en programmation, une faille critique peut apparaître. Elle montre aussi l’énorme château de cartes que représente chaque application informatique.

Log4shell : une faille ne reposant sur aucune erreur ... Poursuivre la lecture

Par Patrick Carroll. Un article de la Foundation for Economic Education

La deuxième plus haute juridiction de l'UE s'est prononcée contre Google la semaine dernière après que la société a fait appel d'une amende de 2,8 milliards de dollars infligée dans le cadre d'une affaire antitrust en 2017.

Selon CNBC :

« Cette décision intervient après que la Commission européenne [...] a déclaré en 2017 que Google avait favorisé ses propres services de comparaison de prix et a infligé à la société une amende de 2,42 milliards d'euro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles