Parité euro/dollar : sur quoi miser pour vos placements ?

L’américain Goldman Sachs anticipe en effet un retour de la parité euro/dollar pour la fin 2017 ! Du jamais vu depuis 2002 !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Billets dollars (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Parité euro/dollar : sur quoi miser pour vos placements ?

Publié le 16 octobre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Billets dollars  (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Depuis le 5 juin, date de la dernière baisse des taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE), l’euro a perdu 3,8 % et est, quasiment, à son plus bas depuis le 6 septembre 2013. Certains vous diront qu’il s’agit d’une bouffée d’oxygène pour les entreprises exportatrices de la zone euro. Ceux-là se leurrent, mais là n’est pas la question aujourd’hui.

Ce qui est nouveau, c’est que ce n’est sans doute pas fini… L’américain Goldman Sachs anticipe en effet un retour de la parité euro/dollar pour la fin 2017 ! Du jamais vu depuis 2002. La banque américaine nous a informés cette semaine avoir revu drastiquement en baisse ses prévisions pour la monnaie unique, puisqu’elle anticipait jusqu’alors un cours de 1,20 dollar pour 1 euro. La mise en place de cette nouvelle parité se ferait en douceur, sans plongée soudaine. Goldman Sachs mise sur un euro à 1,29 dollar fin 2014, puis 1,15 dollar fin 2015 et 1,05 dollar fin 2016. Pour les analystes de la banque, le « mouvement de baisse de l’euro est durable et c’est, de notre point de vue, le début d’une tendance ».

Pourquoi cette tendance ?

Il s’agit de la conjugaison de deux phénomènes.

Du côté américain, le dollar devrait profiter de l’évolution de l’écart de rendement entre les taux à 2 ans américains et ceux de la zone euro, où les taux allemands et français sont passés négatifs. Un écart qui devrait encore augmenter en cas de changement des anticipations économiques de la Fed dans les prochains mois, « en particulier si les statistiques américaines continuent de montrer une surperformance cyclique vis-à-vis des autres pays du G10 ». Le dollar a, donc, toutes les chances de refléter à l’avenir l’amélioration de la croissance américaine, et de l’état économique du pays.

Par contre, de l’autre côté de l’atlantique, la situation est toute autre. La zone Euro est en phase déflationniste. Pas l’ensemble de l’Europe, mais la zone Euro essentiellement. Dès lors, dans un mouvement naturel, ceux que l’on appelle (par contradiction avec les « zinzins ») les « investisseurs domestiques » vont accroître fortement leurs investissements hors de la zone euro. La réunion de la BCE qui va se tenir aujourd’hui, et qui va entériner le changement de cap de Mario Draghi en annonçant de nouvelles mesures non conventionnelles pour essayer de sortir la zone euro de l’ornière, va accélérer le phénomène. D’autant plus que Mario Draghi, patron de la BCE, a laissé entendre ces jours derniers qu’il faisait de l’affaiblissement de l’euro un point clef de la politique monétaire face au risque déflationniste.

Des éléments peuvent ils contrarier ce mouvement ?

Plusieurs.

Tout d’abord, est ce que la Fed acceptera de voir grimper le dollar indéfiniment ? On sait depuis toujours que la dévalorisation du dollar est l’élément central de la politique de désendettement des USA. Le récent discours prudent de la présidente de la Fed, Janet Yellen, laisse planer un doute.
Est ce que l’Allemagne acceptera de voir le résultat de son dynamisme et de sa rigueur absorbé par le laxisme de ceux qu’elle appelle « le Club Med » ? La montée en puissance des voix appelant à sortir de la monnaie unique ou à la création d’une nouvelle monnaie unique se font de plus en plus fortes et de plus en plus pressantes. Soutenir les autres pays de la zone Euro coûte actuellement à l’Allemagne autant, en valeur relative, c’est à dire en pourcentage de PIB, que ne lui a coûté la réunification. Or, si un consensus existait à l’époque pour des sacrifices en vue de la réintégration de la partie du « Vaterland » dévastée par le communisme, ce consensus n’existe pas aujourd’hui pour le soutien de pays jugés « irresponsables » dans leur gestion.

Enfin, est ce qu’une telle politique de « lâcher prise » sur l’Euro a des chances d’obtenir des résultats ? Là, les avis sont extrêmement divergeant entre les politiques et les économistes.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • C’est une bonne analyse de Goldman, c’est évident que l’euro va baisser et que le dollar va se renforcer dans l’avenir.

    D’ailleurs, il y a de plus en plus d’articles à ce sujet dont notamment celui-ci :

    http://www.bourseensemble.com/comment-investir-dans-le-forex-avec-une-assurance-vie/

    Qui explique comment avoir l’équivalent d’un fonds euro dans une assurance-vie mais en … Dollars américains.

    Au plaisir de vous lire

    Alexandre

  • Ça ne répond pas à la question : où mettre son pognon?
    Quelqu’un qui vend sa baraque et se retrouve avec quelques dizaines de k€ à placer pendant quelques années, se demande bien où mettre son fric, non pas pour faire de gros bénefs mais juste garder son capital intact.
    Fisc, inflation, chyprage, bulle immobilière, papy boom, dettes publiques… Pas besoin d’être très riche pour se poser de graves questions.

    • tu vas a geneve , a la poste a cote de la gare ,tu demande le guichet postfinance ,tu ouvre uncompte ,(passeport et preuve de domicile ) ton argent et garanti par toute la suisse ,car tous les suisses payent par la poste ,tu peu ouvrir un compte en euros ou en toutes autres monnaie,c est legal et tu declare a ton percepteur que tu as un compte en suisse ,tu declare les interets eventuels ,l avantage ,pas de bail in et si l euro implose ton argent et transforme en francs suisse au lieu de devenir du pk .ne me remercie pas et envoie moi une bonne bouteille de don perignon …

  • Goldman ne voyait pas le cours du baril de pétrole en dessous de 90$
    Goldman prédisait 590$ sur Netflix, on est à 350$
    Goldman vendait des produits à ses clients en spéculant contre
    etc

    Bref, une bande d’escrocs de haut vol

    Après, comme tous les jours ils sortent une imbécillité, il y en a bien une qui va finir par être vraie

  • Haha, investir dans du papier cul. Très drôle…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Manuel Tacanho. Un article du Mises Institute

L'Afrique a été en proie à une inflation galopante et à une instabilité monétaire au cours des cinquante dernières années. Il y a eu de nombreux cas de crises monétaires et de rétablissement de la monnaie. Même l'hyperinflation, le phénomène économique le plus destructeur, a laissé sa marque ruineuse sur plusieurs sociétés africaines.

Certains diront que c'est parce que les banques centrales africaines sont incompétentes dans la gestion de leurs monnaies. D'autres peuvent prétend... Poursuivre la lecture

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

Le gouvernement a publié mardi de nouvelles données sur l'inflation. Malheureusement, les résultats ne sont que de mauvaises nouvelles.

Selon le Wall Street Journal, l'inflation américaine a atteint en mars le niveau le plus élevé depuis quatre décennies, soit 8,5 %, par rapport à l'année précédente, en raison principalement de la flambée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie, des problèmes de chaîne d'approvisionnement et de l'augmentation de la demande de biens par les consommateurs... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles