Fiscalité sur le travail : l’exception française ?

L’analyse de la fiscalité du travail comme celle des plus-values permet d’aboutir au même constat : la France fait figure d’exception.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
citron pressé credits f1uffster (jeanie) (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscalité sur le travail : l’exception française ?

Publié le 3 octobre 2014
- A +

Par Delphine Granier.
Un article de GenerationLibre.

citron pressé credits f1uffster (jeanie) (licence creative commons)

Le cabinet d’audit et de conseil BDO, présent en France depuis 2007, publie une étude comparative de la fiscalité sur le travail et sur les plus-values mobilières et immobilières dans huit pays européens (France, Espagne, Italie, Allemagne, Norvège, Pays-Bas, Suisse et Royaume-Uni). L’analyse étudie la pression fiscale supportée dans ces pays selon différents cas : celui d’un couple avec deux enfants, au salaire brut de 50 000€, 100 000€, 1M€ et celui d’un célibataire dans les mêmes hypothèses.

L’analyse de la fiscalité du travail comme celle des plus-values permet d’aboutir au même constat. La France, dans les deux domaines, fait, fidèle à sa réputation, figure d’exception.

Fiscalité du travail : le grand écart France / Europe du taux de cotisations patronales

Le taux de prélèvement global (cotisations salariales, patronales et impôt sur le revenu) en France, est le plus élevé d’Europe. Les prélèvements sont, dans le cas d’un couple avec deux enfants percevant 35k€, de 30 079€ soit 16% de plus qu’en Allemagne, 77% de plus qu’en Grande-Bretagne et jusqu’à 221% de plus qu’aux Pays-Bas ! L’analyse du cas d’un célibataire parvient aux mêmes conclusions. Bénéficiant d’une imposition sur le revenu relativement faible, les Français souffrent en revanche de cotisations sociales extrêmement élevées.

La France pourrait, à première vue, sembler se caractériser par une fiscalité modérée puisque son taux d’imposition sur le revenu est parmi les plus faibles d’Europe. Un salaire brut de 50k€ sera soumis à un impôt de 2% en France alors que le taux d’imposition dans les autres pays européens varie de 4% (Pays-Bas) à 19% (Espagne). Toutefois, contrairement à ce qui se pratique dans les pays étudiés, la France se caractérise par des cotisations sociales particulièrement élevées. Les cotisations salariales, comprenant la CSG et la CRDS, sont les plus élevées en France. Les cotisations patronales, d’autre part, méritent à elles seules un développement.

Loin devant les sept autres pays européens étudiés, les cotisations patronales s’élèvent en France à 42% du salaire brut contre 19% en moyenne dans les autres pays étudiés (hors Pays-Bas). Si la mise en œuvre du CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi), visant à améliorer la compétitivité des entreprises, a permis de baisser le montant des cotisations patronales – le taux de cotisation est passé de 42 à 38% du salaire brut sur l’année 2013 – elles restent malgré tout les plus élevées. Les Pays Bas, affichant un taux de cotisations patronales de… 0%1 et des cotisations salariales s’élevant à 17% – soit encore 4% plus faibles qu’en France – se distinguent particulièrement.

Nettement supérieures à la moyenne européenne, ces cotisations patronales sont la cause principale du coût, particulièrement élevé, du travail français.

Fiscalité des plus-values : un autre régime d’exception

L’analyse de la fiscalité des plus-values immobilières d’une part, et mobilières d’autre part, révèle, une fois de plus, les particularités de notre système fiscal français.

La taxation des plus-values immobilières en France demeure parfaitement dans la moyenne européenne. Affichant une taxation moyenne de 23%, la France occupe une place intermédiaire dans les niveaux de taxation européens qui varient de 28% en Grande-Bretagne, Norvège et Espagne, à 15-20% en Suisse, Allemagne. Les Pays-Bas constituent un cas particulier avec un taux de 0%.

Les plus-values mobilières pâtissent, en revanche, d’une fiscalité nettement plus élevée et la réforme de 2014 a contribué à faire de la France un cas encore plus particulier. Se caractérisant par une fiscalité progressive en fonction du revenu, le taux de taxation varie en France de 46 à 61%. Les autres pays européens pratiquent, eux, un taux forfaitairement fixé à 27% (et 0% pour la Suisse et les Pays-Bas). Comme le conclut le cabinet BDO, « la nouvelle fiscalité progressive, mise en place en 2014, place la France dans une situation hors norme de ce point de vue ».


Sur le web 

  1. Certaines conventions collectives prévoient toutefois des cotisations employeur entre 10 et 15%.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Les plus values immobilières sont assujetties à la CSG soit 15, 5%
    22 +15,5 = 37,5 %
    c ‘ est certainement le taux le plus élevé de tous les pays

  • concernant les plus values mobilieres vous oublier l effet d assiette. avec des abattements a l impot sur le revenu de 50 a 85%, vos comparaison de taux sont plus que biaisees si l on parle de cession de droits sociaux. raisonner sur les taux fait dire beaucoup de faussete comme a propos de l is en irlande ou dans les pays de l est qui ont des taux faibles mais des assiettes plus larges que les notres car moins de niches ce qui est louable.

    • Vous avez certainement raison pour le +V mobilières .
      J’ ai seulement ajouter la CSG ( sur le +V immo ) dont l’ auteur de l’ article ne parle pas .
      c est très lourd et sans abattement .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Ivan Mikloš.

Ivan Mikloš a été vice-Premier ministre et ministre des Finances de la République slovaque (2002-2006, 2010-2012), vice-Premier ministre de l’Économie (1998-2002) et ministre de la Privatisation (1991-1992). Il a cofondé et dirigé le groupe de réflexion économique MESA10 (1992-1998). Entre 2006-2010 et 2012-2016, il a été membre du Parlement. En 2014, il... Poursuivre la lecture

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles