Composition du gouvernement Valls II : à l’Ouest rien de nouveau

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manuel Valls (Crédits : Fondapol, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Composition du gouvernement Valls II : à l’Ouest rien de nouveau

Publié le 26 août 2014
- A +

Manuel Valls (Crédits : Fondapol, licence creative commons)Un week-end houleux, un coup de tonnerre politique un lundi matin, une journée d’ébullition pour les « experts » et les journalistes, des déclarations fracassantes d’hommes et de femmes politiques refusant par avance et publiquement les postes que personne ne leur proposait, que de bruit pour trois nouveaux ministres ! Si certains doutaient encore que l’unique but de ce remaniement était de se séparer des grandes gueules (Arnaud Montebourg) et de leurs chevaliers servants (Benoît Hamon et Aurélie Filipetti), qu’ils se rassurent, le message est on ne peut plus clair.

Trois changements notables, donc :

  • Emmanuel Macron entre au gouvernement comme ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique. Il remplace ainsi Arnaud Montebourg, et il est fort à parier qu’il s’accordera mieux que lui avec Michel Sapin, ministre des finances et des comptes publics. Il est estampillé « libéral » par la majorité des commentateurs – il aurait été l’artisan du pacte de responsabilité en tant que conseiller économique de François Hollande, et pousse le vice jusqu’à exercer le métier de banquier – ce qui promet de nombreuses accusations d’ultra-libéralisme et donc de nombreuses mises au point de votre journal préféré.
  • Najat Vallaud-Belkacem remplace Benoît Hamon et devient ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Voilà qui donnera l’occasion à ceux qui lui trouvent « un petit côté maîtresse d’école » de vérifier leur théorie. Cette nomination préfigure d’interminables polémiques sur l’endoctrinement – pardon, l’apprentissage de l’égalité femmes/hommes – de nos chères têtes blondes. Elle sera « aidée » par Geneviève Fioraso, secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
  • Fleur Pellerin fait son grand retour comme ministre de la Culture et de la Communication, remplaçant Aurélie Filippetti, partie comme chacun sait « afin de rester fidèle à ses valeurs ».

Pour le reste du gouvernement, rien de nouveau sous le soleil, comme l’atteste la liste complète du nouveau gouvernement ci-dessous :

Ministre des Affaires étrangères et du Développement international : Laurent Fabius

Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie : Ségolène Royal

Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Najat Vallaud-Belkacem

Garde des Sceaux, ministre de la Justice : Christiane Taubira

Ministre des Finances et des Comptes publics : Michel Sapin

Ministre de la Défense : Jean-Yves Le Drian

Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes : Marisol Touraine

Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social : François Rebsamen

Ministre de l’Intérieur : Bernard Cazeneuve

Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire, de la Forêt et porte-parole du gouvernement : Stéphane Le Foll

Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique : Emmanuel Macron

Ministre du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité : Sylvia Pinel

Ministre de la Décentralisation, de la Réforme de l’État et de la Fonction publique : Marylise Lebranchu

Ministre de la Culture et de la Communication : Fleur Pellerin

Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports : Patrick Kanner

Ministre des Outre-Mer : George Pau-Langevin

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Commentaire lu sur Libération :

    « On a changé le bocal et on a conservé dans le vinaigre presque tous les cornichons sauf cinq . »

    Emmanuel Macron : me rappelle DSK : brillant fort en thème mais qui n’a rien prouvé ailleurs que dans l’enarchie franco-française.

  • Mettre un « banquier » à l’économie, après avoir gerbé sur la finance, voilà qui va faire tâche chez nos gauchistes !
    Quant à l’EN, vous pouvez mettre n’importe quel pot de fleur à la tête de ce grand bordel, que cela ne changera rien… Les syndicats poursuivront leur « travail » de destruction.
    Pour la culture, faute de moyens, nos cultureux vont trouver la soupe un peu fade.
    Les voyages promettent d’être agités pour cette nouvelle ministre.
    Le président reste dans le pitoyable et la pluie sur ses lunettes l’empêche de voir le mur se rapprocher dangereusement.
    Quel gâchis !…

  • Résultat des courses: deux inutiles dogmatiques remplacés par deux inutiles dogmatiques et un clown remplacé par un banquier de gauche, mélange improbable, compte tenu du caractère marxisant de la gauche française, qui tient plus de la clownerie que du sérieux nécessaire au travail à fournir.
    Valls a fait un tour sur lui-même et est revenu au point de départ.
    Pardon, en faisant un tour, la force centrifuge a éjecté les rebelles, qui ne demandaient que ça, et vont renforcer les troupes du djihad anti-Hollande. Donc il n’a plus de majorité à l’assemblée. Donc Valls II est mort-né.
    Accrochez-vous au siège, turbulence en vue!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Quel pataquès ! Une gauche éclatée réduite à un petit 25 % des intentions de vote ; des candidats favorables à l'union à condition qu'elle se fasse sur leur nom ; une primaire populaire spécialement organisée pour obtenir le rassemblement mais dont la plupart des "candidats", Mélenchon, Roussel, Jadot, Hidalgo, enrôlés sans leur consentement, récusent tour à tour la légitimité ; des militants en grève de la faim pour inciter les têtes de liste à se rallier à cette primaire - bref, la gauche est en pleine crise de nerfs et c'est le moment que ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles