Les élus PS de Paris vous emmerdent : « Nous sommes un modèle de vertu »

Les élus PS de Paris revendiquent leur droit d’habiter en HLM, pour économiser sur leurs royales indemnités et vivre au contact des Français. Un appartement normal, ça marche aussi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hôtel de ville de Paris (Crédits wagner51 licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les élus PS de Paris vous emmerdent : « Nous sommes un modèle de vertu »

Publié le 17 août 2014
- A +

Par Baptiste Créteur.

Hôtel de ville de Paris (Crédits wagner51 licence Creative Commons)

Anne Hidalgo, maire de Paris, veut que cessent les séries d’articles scandalisés de savoir des élus confortablement indemnisés en HLM. Et pour cela, comme rarement en politique, c’est à la pratique qu’elle demande aux élus de mettre un terme. Au lieu des déclarations enflammées auxquelles on aurait pu s’attendre, les élus se fendent de déclarations en défense de leur droit à vivre en HLM.

Claudine Bouygues, conseillère de Paris PS du XVIIIe arrondissement, ne veut pas quitter son 56m² loué 700 euros par mois. «Je vis seule et je n’ai que mon indemnité de 3449 euros pour ressource. Je partirais si la commission de déontologie me le demande», explique l’élue au journal Le Monde .

3449 euros par mois pratiquement net, pour un loyer de 700 euros par mois (soit 1/5ème du revenu, pas grand chose au regard de ce que paient en général les Parisiens) et 56m². Moins, ça ne le ferait pas, pour une conseillère – qui, de fait, ne vit pas dans les mêmes conditions que le reste de la population.

Il vaudrait mieux, cependant, plus de mixité sociale dans les HLM : selon plusieurs autres élus, il faudrait encourager la pratique qui favoriserait les contacts et la représentativité de la population.

Mais le problème est qu’en réalité, aucun élu en France ne pourrait être représentatif. Le citoyen n’a que rarement une influence sur les décisions des offices HLM, a rarement les mêmes revenus et paie souvent plus d’impôts que l’élu. Et l’élu est rarement impacté par ses propres décisions. Comment connaitrait-il de près les difficultés du logement des franciliens s’il ne les subit pas ?

Le problème, c’est que les élus représentent les élus, pas les citoyens. Avec leurs indemnités et leur mode de vie, leurs conditions d’emploi et leur système social facilitant le replacement. Ce qui importe n’est pas ce qu’ils faisaient avant, mais comment ils vivent maintenant et sont impactés par leurs propres décisions.

Comment est-il possible, compte tenu de leurs niveaux de revenus, que des élus revendiquent d’habiter dans des conditions plus favorables que le reste de la population ? Depuis quand les représentants des citoyens peuvent-ils prendre en leur nom des décisions qu’une fraction seulement approuverait ?

Et depuis quand dénoncer les évidents abus, c’est « céder au populisme et au poujadisme d’une presse qui se régale à dézinguer de l’élu pour faire le lit tranquille du FN » ?

Didier Guillot avance le cas où un candidat vivant en HLM venait à être élu. Mais son niveau de revenu ne devrait-il pas alors le conduire à laisser la place à ceux qui en ont plus besoin que lui ? N’est-ce pas là la base de la doctrine de redistribution dont les élus nous rebattent les oreilles ?

Rares sont ceux qui cherchent à dézinguer de l’élu. Mais de même que la critique de la France et ses politiques serait systématiquement du « France bashing », toute critique de l’une ou l’autre majorité serait destinée à faire le jeu du Front National. Est-il normal qu’un parti puisse faire campagne sur le fait de n’avoir jamais été au pouvoir, qu’on puisse être élu sur le simple fait qu’on n’ait pas encore volé ?

Chers représentants des citoyens, ne disqualifiez pas d’avance toute critique, surtout si elle est justifiée. Les journalistes jouent rarement leur rôle de contre-pouvoir comme il se doit ; quand ils le font, admettez qu’ils vous ont eus, et cédez en baissant la tête. Mieux : prémunissez-vous des scandales en devenant intègres, en vous défaisant de votre nombrilisme et en agissant dans un intérêt autre que le vôtre, celui des citoyens. Si c’est déjà ce que vous pensiez faire, partez.

À lire aussi : Rémunération des élus locaux, le dessous des cartes.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • 3449 euros par mois, si j’ étais au gouvernement je mettrais ses revenus au SMIC . Peut être que se serait justifier , et encore. Il y a des gens qui n’arrivent pas a avoir de hlm avec moins que ça. Honte à vous…

  • Transparence, information, internet devraient parvenir à faire céder le bastion de quelques privilégiés (c’est-à-dire qui bénéficient d’avantages payés par les autres et injustifiés eu égard à leurs mérites). Et c’est cette élite, en grande partie énarchique, qui est largement responsable de l’état du pays aujourd’hui… De plus, il s’arrogent le droit de blâmer ceux qui sont riches de par leur seul mérite et les fruits de leur travail!

    • « il s’arrogent le droit de blâmer » : vous avez raison, c’est ça le pire. Au moins, qu’ils se taisent ! Mais voilà, ils ne sont pas assez intelligents pour comprendre que chacune de leurs déclarations contribue à creuser leur tombe. Par l’information libre, il importe de « démoraliser » le socialisme sans relâche, étape préalable à son interdiction prochaine.

    • ils ne céderont rien du tout, ils sont là pour ça.
      la seule manière de les faire céder, ce serait de publier sur internet leur nom, salaires et indemnité, adresse et téléphone.

  • une élue avec aussi peu de revenus officieux devrait avoir droit au hlm .. Paris avec -10 000 euros est invivable avec ses frais de représentation sauf a s’habiller chez Tati et manger a la cantine de la mairie …..
    ou bien vous les voulez tous et toutes corrompues jusqu’à l’os !

  • bonjour , s’il est exact que ces élus ont dit qu’ils nous emm…..ils ont ô combien raison ,partant ils imitent en cela leurs prédécesseurs élus de tous bords depuis des décennies ,non seulement à Paris ,mais partout où il y a une prébende quelconque à saisir .
    N’importe qui peut le constater de lui-même ,s’il connait le candidat ;Avant et Après …..

  • ha ? c’est ça être un modèle de vertu ? ben dis donc , ils sont pas difficile tout ces assistés d’en haut ; te foutrait tout ça en caravane moi …..

  • S’il faut réellement de la mixité dans les résidences HLM, pourquoi ne pas envoyer ces chers élus à Aulnay-Sous-Bois ou autres Clichy Montfermeil ? 😉

    Aucune morale dans ce monde politique… Nous avons une telle inversion des valeurs, ça en devient incroyable…

  • « Je ne vis que avec 3449€ par mois. »

    J’arrive pas à trouver un autre mot que « connasse ». Et encore, j’ai l’impression d’être trop respectueux.

    • Et quels mots pour celles et ceux qui l’ont élue ?

      • C’est pas marqué « je vis en HLM » sur ses tracts. Enfin j’espère.
        Quand bien même, élue ou pas, vivre en HLM avec ses revenus c’est juste de l’arnaque ; une arnaque qui n’aurait jamais été possible sans être une élue…

        C’est une magouille classique d’élu. C’est pas la pire, mais le simple fait qu’elle en soit fier fait d’elle une belle connasse.

  • Une elue socialiste, en petite soeur du peuple, ne devrait-elle pas avoir le courage empathique, et l’intelligence, d’ouvrir le chemin du partage collectif de maniere novatrice, quitter son HLM luxueux, et louer un appartement en colocation ? Cela lui permettrait la de vraiment partager l’experience des parisiens moyens et d’avoir, devant les yeux, quotidiennement, de jolis petits cas d’etude grandeur nature a portee de la main. Elle pourrait choisir ainsi, suivant le sujet d’etude souhaite, et en alternative, de partager son espace de vie avec de vrais parisiens en difficulte. pendant quelques mois des etudiants, puis des petits employes, des ouvriers, des menages uniparentaux, des Francais issus de l’immigration. La liste n’est pas exhaustive…

    Ou mieux encore pourquoi n’irait-elle pas habiter dans un squat ?

  • >>
    Précisons que les HLM de Paris sont très confortables, bien entretenus et ne correspondent aux standards communs des banlieues où ils fleurissent habituellement. Enfin ils sont gérés par la même famille politique.

  • >
    Une conseillère de Paris ça bonne beaucoup !!

    Mais si ! Je rigole pas !

  • Mme Bouygues devrait donner le détail des frais inhérents à ses fonctions pour qu’il soit possible d’émettre une juste appréciation de sa situation matérielle. Car 700€ de loyer pour 3449€ de revenus, je n’en suis pas loin, c’est très vivable.

  • A voir la belle brochette de fauxculs que les elections « democratiques » successives nous amenent , je me demande parfois si le tirage au sort Athenien, de l’avant domination romaine, un peu comme pour les jures d’assises aujourd’hui, n’etait pas plus sage. A titre benevole bien sur, quelqu’un l’a suggere plus haut, et sans doute d’une regionalisation radicale. Il me semble me rappeller que quelqu’un avait dit un jour a Platon qui s’etait fait l’avocat du « Kleroterion », que le tirage au sort risquait de donner du pouvoir a des ivrognes ou des incapables, des bandits; et Platon de repondre que s’il n’y avait pas de tirage au sort pire risquerait d’arriver « un politicien serait alors elu »…

  • Le montant de 3449 c’est du net puisque les données fournie par la Mairie de Paris sont exactement 3 463,41 € d’indemnité pour un conseiller de Paris.
    http://www.journaldunet.com/economie/magazine/le-salaire-des-politiques-et-des-elus/maire-de-paris.shtml

    Donc cette brave dame peut en effet bénéficier d’un HLM (catégorie 1) car son revenu annuel maximum ne doit pas dépasser 41 434 € (et regarder comme ça tombe bien 3449 *12 =41388)
    http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F869.xhtml#N10092

    Mais là ou le bas blesse c’est que si on prend en compte le montant net de son indemnité déclarée par la Mairie de Paris on arrive à un revenu annuel de 41560 (3463,41*12) qui est au dessus du plafond.

    De toute façon même en dépassant le plafond elle a le droit de rester dans son HLM même si elle gagne plus DEUX fois le salaire médian et vie seule et le tout sans payer de surloyer, et il faut la comprendre sa situation d’élu est très inconfortable car si elle n’est pas réélue la pauvre qu’est ce qu’elle va devenir en 2020 alors qu’elle ne sera pas encore une personne avancée en age mais loin d’être de toute première fraîcheur à 61 ans elle devra attendre toute une année sans indemnités chômages pour pouvoir toucher sa retraite bien méritée après tant de sevices rendus et avoir fait preuve d’une telle d’abnégation dans sa tache d’élu du peuple parisien depuis 1995.

    Non vraiment c’est trop injuste ce qui lui arrive elle était si près du but ultime de tout une vie pouvoir bénéficier d’un magnifique HLM jusqu’à la fin de ses jours, maintenant elle doit être plein désarroi et ce voit contrainte d’adopter une stratégie de défense médiatique pour tenter de conserver le fruit de tant d’années de labeurs.

    Définitivement Sarkozy il a tout cassé notre vivre ensemble au point qu’on en arrive à s’en prendre à un élu de gauche modèle de vertu.

    Je vous prie donc de vous joindre à moi et de bien vouloir compatir au malheur de cette pauvre élue de gauche qui ne gagne que 3 463,41€ par mois et qui vie depuis des années dans un HLM de 56 m² à 700 €.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans ces colonnes, Frédéric Mas a développé comment Emmanuel Macron et Anne Hidalgo espèrent se refaire une santé politique avec les JO, alors que le coût stratosphérique de l’organisation et les retombées économiques sont loin d’être évidents. Nous allons voir que les conditions de sécurité des athlètes et du public ne sont également pas garanties. Il est à craindre que Paris 2024 soit au mieux un fiasco à l’image de l’organisation de la finale de la Ligue des Champions fin mai 2022. Mais l’État ayant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Après la nomination de Laurent Nuñez à la tête de la préfecture de police de Paris en remplacement du charmant Didier Lallement, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin faisait de son mieux pour assurer le service après-vente avec le sourire dans un grand entretien accordé hier au Parisien. De son mieux et avec le sourire, car si l'on en croit le magazine L'Express, Nuñez n'est nullement son choix, mais celui imposé par Emmanuel Macron, soucieux d'avoir une bouche, des yeux et des oreilles d'une grande fidélité macroniste dans la capitale.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles