Côte d’Ivoire : lancement de l’École de la Liberté

Avec le lancement de l’École de la Liberté, la Fondation Friedrich Naumann souhaite sensibiliser les jeunes et les étudiants au libéralisme et aux valeurs libérales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ecole de la liberté Photo d'ensemble (Crédits : école de la liberté, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Côte d’Ivoire : lancement de l’École de la Liberté

Publié le 8 juillet 2014
- A +

Ecole de la liberté Photo d'ensemble

La Fondation Friedrich Naumann veut pour la Côte d’Ivoire le développement et la paix. Ce qui passe par une vision libérale du progrès et une appropriation des valeurs de liberté par la population et particulièrement par la jeunesse, représentant plus de 70% de la population globale. C’est pour ce principe que la Fondation Friedrich Naumann en collaboration avec l’Association « Éducation pour une Société Durable » (ESD) a organisé ce jeudi 26 juin 2014 dans les bureaux de la Fondation à Cocody-Danga / Côte d’Ivoire, le lancement officiel de son programme de Formation « l’École de la Liberté ». Ce programme est une formation destinée aux jeunes et étudiants sur le libéralisme et les valeurs libérales que sont entre autres, les droits individuels, la dignité humaine, l’État de droit, l’Économie de marché et la démocratie libérale.

L’École de la Liberté sera donc un espace pour les jeunes et étudiants d’échanges, de découverte de l’idéologie du libéralisme sous toutes ses formes (économique, politique, sociale, etc.) et leur permettra de se défaire des idées reçues sur le libéralisme.

« Ce programme permettra de préparer la relève de la classe politique ivoirienne avec des jeunes qui comprennent l’intérêt et les enjeux du libéralisme pour le développement de la Côte d’Ivoire », a indiqué Sophie Konaté, Chargée de Programmes au bureau d’Abidjan de la Fondation Friedrich Naumann.

Par groupe de 25 à 30 participants, les formations se dérouleront en mode « session de 5 rencontres » sous la conduite d’un ou deux facilitateurs qui animeront les séances. Les rencontres se tiendront en quinzaine (mercredi) et dureront deux heures (14h à 16h), soit un volume horaire de 10 heures par session. Après la fin d’une session, d’autres participants sont sélectionnés pour continuer au fur et mesure le programme. « Ainsi, nous aurons plusieurs dizaines de jeunes et étudiants qui seront de véritables défenseurs et promoteurs des libertés individuelles », indique Magloire N’Dehi, Assistant de Programmes de la Fondation.

Ecole de la liberté Les officiels

Se réjouissant de l’appui de la Fondation à ce programme, Mlle Evodie Sandrine, Secrétaire Générale de ESD s’est dite convaincue que « rompant avec les habitudes staliniennes de violences et de coercitions, les jeunes formés devront par la culture du débat convaincre la Côte d’Ivoire que seul le libéralisme pourra sortir le pays de la pauvreté et des chaines du sous-développement ».

Le lancement de « l’École de la Liberté » s’est déroulé sous la présence effective de Sidi Touré, Ancien président de l’Organisation des jeunesses libérales d’Afrique (OJLA) et par ailleurs Trésorier de l’International Libéral et l’actuel Chef de Cabinet du Président de la République de Côte d’Ivoire. M. Touré a par ailleurs largement encouragé cette initiative.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dan Sanchez.

 

Partout dans le monde, les États ont mené une guerre contre la liberté, faisant disparaître nos droits par une succession rapide de politiques radicalement tyranniques. Comment ceux d'entre nous qui croient en la liberté peuvent-ils contrer cela ?

Tout d'abord, nous pouvons persuader davantage de personnes de se joindre à nous pour s'opposer aux mauvaises politiques. Mais, cela peut être une bataille difficile. Comme vous le savez peut-être par expérience, il est difficile de faire changer les gens... Poursuivre la lecture

Né en 1905, disparu en 1983, Raymond Aron a méthodiquement analysé les mutations des sociétés modernes en leur consacrant plus de trente livres. Pendant plus de trente ans il est descendu presque quotidiennement dans l’arène pour participer aux grands combats qui dans le bruit et la fureur de l’histoire ont divisé le monde au temps de la guerre froide.

Éditorialiste commentant à chaud l’actualité (au Figaro puis à l’Express) en même temps qu’universitaire, il a toujours veillé à intégrer ses jugements ponctuels dans une vision du monde... Poursuivre la lecture

L’été se déroule tranquillement du côté des Républicains. Les législatives n’ont pas été l’échec retentissant envisagé. De 101 députés qu’ils étaient, coincés entre Emmanuel Macron et Marine le Pen, les plus pessimistes craignaient de se compter sur les doigts de la main tel le PS en 2017. Finalement, 62 députés sont encore à l’Hémicycle. Assez pour exister. Ils ont pris leur place au Palais-Bourbon, proposent et votent des textes avec la majorité. En somme, rien n’a changé, la vie parlementaire continue.

Au loin, pourtant, des nuages ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles