L’Argentine se dirige vers un nouveau défaut de paiement

Le gouvernement argentin a annoncé qu’il était dans l’impossibilité d’honorer la prochaine échéance de sa dette restructurée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Argentine se dirige vers un nouveau défaut de paiement

Publié le 19 juin 2014
- A +

Argentine dollarsLa justice américaine a rendu exécutoire la condamnation de l’Argentine à rembourser au moins $1,3 milliard à deux fonds d’investissements, dans un litige lié à la faillite partielle du pays en 2001. Le ministère argentin de l’Économie a fait savoir que cette décision rendrait impossible le paiement à New York avant le 30 juin des créanciers de l’Argentine ayant accepté la renégociation de la dette du pays.

Depuis la faillite de 2001, Buenos Aires rembourse progressivement sa dette envers 93% des créanciers privés qui ont consenti en 2005 et 2010 une remise de dette d’environ 70%. Mais les 7% restant ont refusé cet accord et activé l’option judiciaire pour réclamer 100% de la valeur nominale de bons qu’ils avaient achetés. Si l’Argentine procède à ce paiement, les autres fonds ayant refusé les restructurations de la dette argentine en 2005 et 2010 pourraient exiger le même traitement et c’est $15 milliards supplémentaires que pourrait avoir à régler l’Argentine. Or un remboursement aussi important serait impossible à l’heure où la banque centrale d’Argentine ne dispose que de $28,5 milliards de réserves.

Buenos Aires affirme ne pas vouloir se mettre en défaut de paiement. Cependant, le non remboursement d’une échéance due équivaut toutefois bel et bien à un défaut de paiement du point des vue des marchés et des agences de notation. Le cas argentin est suivi de près par les grands argentiers du globe qui craignent que les créanciers refusent à l’avenir tout compromis avec les États en difficulté dans l’espoir de récupérer l’intégralité de leur dû.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fabio Rafael Fiallo.

Quand on regarde l’état délétère où se trouve aujourd’hui l’Argentine, on a peine à croire que, au début du XXe siècle ce pays dépassait l’Allemagne et la France en termes de PIB par tête. Qui plus est, tout au long de quatre décennies, son taux de croissance annuelle fut supérieur à celui des États-Unis. Aujourd’hui, par contre, l’Argentine se débat avec un revenu moyen inférieur à celui de ses voisins le Chili et l’Uruguay.

Comment le pays a-t-il pu en arriver là ? Pour y répondre, il faut remonter au ... Poursuivre la lecture

Par Gabriel A. Giménez Roche. Un article de The Conversation

Depuis janvier dernier, le peso argentin a perdu 50 % de sa valeur face au dollar. D’ici la fin de l’année, l’inflation devrait dépasser la barre des 30 %. La pauvreté touche désormais 33 % de la population contre 20 % il y a un peu plus de dix ans. L’Argentine vient par ailleurs de négocier le plus grand emprunt jamais octroyé par le Fonds monétaire international (FMI) : 57 milliards de dollars. C’est à se demander où sont passés les taux de croissance de presque 10 % annuel... Poursuivre la lecture

Par Nick Hubble.

Les politiciens et les banquiers centraux adorent déprécier leur monnaie. C’est une politique vieille comme le monde – c'est leur côté mercantile.

Une monnaie meilleur marché rend vos exportations plus compétitives à l’international et vos importations plus chères, ce qui est censé encourager la consommation de biens locaux. Cette politique favorise le producteur plutôt que le consommateur, parce que les importations coûtent plus cher.

Pour une étrange raison, favoriser ainsi les producteurs plutôt que le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles