L’économie politique et le socialisme, de Michel Chevalier

Sortie de L’économie politique et le socialisme de Michel Chevalier aux Belles Lettres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Michel Chevalier, L’Economie politique et le socialisme (Crédits : Les belles Lettres, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’économie politique et le socialisme, de Michel Chevalier

Publié le 7 juin 2014
- A +

Par Fabrice Copeau.

Michel Chevalier, L’Economie politique et le socialismeMichel Chevalier, L’économie politique et le socialisme, suivi de Accord de l’économie politique et de la morale, préface de Jean-Marc Daniel, Les Belles Lettres, en librairie le 13 juin 2014.

Dans le premier et célèbre texte issu de la conférence d’ouverture de son cours annuel au Collège de France, le polytechnicien et ancien saint-simonien Michel Chevalier (1806-1879) – par ailleurs artisan du Traité de libre échange entre la France et le Royaume-Uni en 1860 – défend l’économie politique et de ce fait l’économie de libre marché contre les accusations d’« égoïsme » lancées par les premiers adeptes du socialisme et en particulier Louis Blanc.

Il y démontre que la prospérité économique générale ne peut provenir que de la poursuite de l’« intérêt personnel » et du plein exercice de la « responsabilité individuelle », et que libre concurrence raisonnée et esprit d’association peuvent aller de pair. En assimilant finalement le socialisme à une survivance de l’« alchimie » et le qualifiant d’« utopie ténébreuse », il inaugure une polémique qui redouble d’intensité aujourd’hui, parfois dans les mêmes termes.

Le second texte, de même origine et également publié à l’époque dans le Journal des Économistes, précise certains points de cette thématique, entre autres le lien consubstantiel entre morale et économie politique, et critique le principe sur lequel étaient fondées les tentatives avortées d’« organisation du travail » par l’État lors de la Révolution de 1848 : plus que jamais d’actualité.

Jean-Marc Daniel est professeur d’économie à l’ESCP (École supérieure de commerce de Paris), économiste à l’Institut de l’Entreprise, directeur de Sociétal, chroniqueur au Monde et à BFM Business.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Pour que l’économie fonctionne il faut éliminer le socialisme

    • D’autant que,ce qu’on appelle l’Economie,comme un monde à part,avec sa science particulière,(en déplorant souvent que de nos jours, »on » ne- pense -qu’à -ça-comme-s’il n’ y avait que ça- dans la vie-alors qu’on se contenterais bien de travailler moins en gagnant plus !),c’est en réalité de la politique .
      Politique intérieure devant viser la prospérité utile d’un pays,et jugée sur les résultats obtenus par des lois intelligentes pu non,venant de ceux qui détiennent le pouvoir d les faire.
      « Faites-moi de la bonne politique,je vous ferai de la bonne économie »,comme disait certain ministre des finances sous la monarchie de Juillet en 1830.
      Et Marx qui s’étonne et prend comme une découverte de sa part que l’Etat ,selon son expression, » »ne soit que le fondé de pouvoir des classes éconoiquement dirigeantes » », s’appuyant sur ceux qui produisent la richesse de la nation, et sur quoi d’autre ?
      Il pourrait faire semblant de faire le contraire, on sait les résultats.
      Le lien entre politique et économie est assez démontré par l’histoire.

      • Le mot science appliqué à l’économie est usurpé, l’économie est un constat (souvent alarmant), elle peut être prédite avec une certitude absolue par des oracles lisant dans la fumée … !
        Quant à Marx et sa dictature des jaloux et des envieux …

  • Vu
    Dans le panier.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Francis Richard.

Michel Chevalier (1806-1879) est un économiste français contemporain d'Alexis de Tocqueville et de Frédéric Bastiat. Il est, davantage encore qu'eux, une figure oubliée de l'école libérale française.

Un séjour aux États-Unis, dans les années 1830, lui a permis de découvrir que "l'Américain est de tous les hommes, celui qui a au plus haut degré la liberté de sa personne;  il est, sous ce rapport, libre comme l'air".

Alexis de Tocqueville ayant traité avec maestria de la liberté politique aux États-Unis... Poursuivre la lecture

Le traité négocié par Cobden et Chevalier reste dans l'histoire comme l'exemple d'une forme d'intégration des économies européennes qui, malheureusement, n'a pas connu le succès auquel elle semblait promise.

Par Francisco Cabrillo, de Madrid, Espagne

Michel Chevalier fait partie du petit nombre d'économistes passés à la postérité pour avoir donné leur nom à une décision politique ou une mesure de réforme économique réellement importante. Aujourd'hui, sa figure apparaît liée de manière indissoluble au traité de commerce f... Poursuivre la lecture