Van Gogh/Artaud – Le suicidé de la société, au Musée d’Orsay à Paris

Antonin Artaud, cet hypersensible était à même de comprendre cet autre hypersensible qu’était Vincent Van Gogh

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Van Gogh/Artaud – Le suicidé de la société, au Musée d’Orsay à Paris

Publié le 1 juin 2014
- A +

Par Francis Richard.

vincent-van-gogh

Vendredi matin, à la première heure, je suis allé visiter l’exposition consacrée à Vincent Van Gogh, dont la fluidité du parcours a été guidée par le texte d’Antonin Artaud, Van Gogh – Le suicidé de la société. J’avais été prévenu. Il fallait, même muni d’un billet, arriver tôt. Trois quarts d’heure avant l’heure j’ai donc émergé de la station de métro Solférino, boulevard Saint-Germain. Il était tout de même suffisamment tôt pour que j’aille prendre un café. J’ai donc avisé le Solférino, qui se trouve à l’angle de la rue de Solférino, à deux pas du siège du PS…

— Bonjour Madame. J’aimerais un express.
— Bonjour Monsieur. Désolée, nous ne servons plus d’express, seulement du champagne.
— …
— Que voulez-vous, Monsieur, c’est la crise.

Sur ce, très pince-sans-rire, la patronne m’a préparé un express, en souriant. Je suis bien à Paris, me dis-je, et je me sens de plus en plus Fransuisse, comme on me surnomme ici…

musee-d-orsay

Quand je vois la foule qui se presse pour voir l’exposition Van Gogh/Artaud, je ne peux m’empêcher de penser à cette phrase d’Antonin Artaud qui se trouve à la dernière page de son Van Gogh – Le suicidé de la société et par laquelle il s’adresse à ceux qui visitent à l’époque, en 1946, l’exposition consacrée au peintre à L’Orangerie : « Les mêmes, qui à tant de reprises montrèrent à nu et à la face de tous leurs âmes de bas pourceaux, défilent maintenant devant Van Gogh à qui, de son vivant, eux ou leurs pères et mères ont si bien tordu le cou. »

Alors, au moment de franchir le seuil de l’expo temporaire de cette année, je m’efforce de défiler devant les œuvres du peintre hollandais, en faisant abstraction de ce que je sais de l’homme, pour ne plus voir qu’elles. C’est bien difficile, parce que dans la première salle sont suspendus trois autoportraits dans l’ordre chronologique, et parce qu’il est impossible de ne pas voir la transformation physique du peintre en quelques mois, son visage se creusant de plus en plus et ses yeux devenant de plus en plus inquiétants. C’est bien difficile parce que sont exposées des toiles qu’il a peintes à l’hôpital Saint-Paul à Saint-Rémy-de-Provence, où il avait demandé lui-même à être interné après s’être coupé l’oreille pour se punir d’avoir menacé son hôte, Paul Gauguin, avec un rasoir.

À défaut d’avoir pu faire venir Le champ de blé aux corbeaux, une projection en est faite à mi-parcours, en très grand format. Le texte inouï d’Artaud sur cette œuvre, vraisemblablement la dernière du peintre, est dit par Alain Cuny, qui l’a enregistré en 1995. J’en frémis encore, tellement il est suggestif. C’est avec émotion que j’ai vu, de mes yeux vu, La nuit étoilée, dont je ne me souvenais pas qu’elle se trouve de manière permanente au Musée d’Orsay. Sur Les lauriers-roses, peints à Arles en 1888, l’obsédé textuel que je suis a repéré le titre du livre posé sur la table. C’est La joie de vivre d’Emile Zola…

Antonin Artaud a raison. Il est impossible de décrire les toiles de Vincent Van Gogh aussi bien qu’il l’a fait lui-même dans ses lettres à son frère Théo. Il faut donc se contenter de dire avec Artaud que : « Van Gogh est peintre parce qu’il a recollecté la nature, qu’il l’a comme retranspirée et fait suer, qu’il a fait gicler en faisceaux sur ses toiles, en gerbes comme monumentales de couleurs le séculaire concassement d’éléments, l’épouvantable pression élémentaire d’apostrophes, de stries, de virgules, de barres dont on ne peut plus croire après lui que les aspects naturels ne soient faits. » Ce que dit Artaud est d’autant plus vrai que ces apostrophes, ces stries, ces virgules, ces barres, visibles quand on a le nez sur ses toiles, ne sont plus perceptibles à bonne distance pour les contempler.

De très courts extraits de films dans lesquels Artaud a joué défilent sur un écran, des films muets comme des parlants. Il crève l’écran par sa présence, souvent celle d’un halluciné qui ne peut laisser personne indifférent. Artaud était comédien, acteur, metteur en scène, écrivain et… dessinateur. De son autoportrait du 17 décembre 1946 se dégage une solitude mélancolique qui ne peut qu’émouvoir.

Artaud, cet hypersensible était à même de comprendre cet autre hypersensible qu’était Vincent Van Gogh et son livre, pourtant très bref, en dit plus sur le peintre, et d’une autre manière, que bien des livres écrits précédemment et depuis. Cela dit, même si je n’avais pas lu Artaud, les œuvres de Van Gogh exposées à Paris ce printemps m’auraient confirmé un trait de caractère que je ressens en les voyant et qui n’est peut-être pas assez souligné, obnubilés que nous sommes par sa fin tragique : Vincent Van Gogh avait une grande compassion pour ses semblables.

Au sortir du Musée d’Orsay, mes pas me conduisirent en bord de Seine, où une jeune femme solitaire pianotait sur son smartphone…

bord-de-seine


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Les auteurs sur Contrepoints sont bien conscients de ce que l’action humaine peut dépasser le champ de l’économie… mais il est difficile d’en parler.

  • La barbarie se fout des hypersensibles, qu’ils crèvent dans des bureaux open space ces connards inadaptés à la connerie ambiante des porcs satisfaits de leur cul rose.

  • « Les mêmes, qui à tant de reprises montrèrent à nu et à la face de tous leurs âmes de bas pourceaux, défilent maintenant devant Van Gogh à qui, de son vivant, eux ou leurs pères et mères ont si bien tordu le cou. »

    Quelle belle critique de la bourgeoisie et de son hypocrisie implacable.

  • Van Gogh n’ avait il pas compris ou pressenti la photographie et a porté génialement son art la Peinture au delà de cette nouvelle technologie ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
ntf
0
Sauvegarder cet article

Les cours des cryptomonnaies ont fortement baissé ces dernières semaines. La nature cyclique de ce nouveau type d'actif est bien connue même si l'ampleur de la baisse a surpris et démotivé de nombreux observateurs et spéculateurs. Beaucoup d'amateurs de la technologie blockchain sur laquelle repose ces projets y voient néanmoins l'occasion de continuer à construire un écosystème dans une optique plus long-termiste, persuadés que la situation redeviendra plus favorable.

 

Que sont les NFT (non-fungible token)

Une des applica... Poursuivre la lecture

Ce qui s'est passé aux abords du Stade de France, samedi 28 mai 2022, pour la finale de la ligue des champions[1. Cette finale aurait dû avoir lieu à Saint-Pétersbourg.] opposant Liverpool au Real de Madrid, est malheureusement emblématique d'une France qui part à vau-l'eau.

Pour fuir leurs responsabilités, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, ont rejeté la faute sur la prétendue détention de 30 000 à 40 000 billets non valables par des supporters anglais.

Un peu d'arithmé... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo
5
Sauvegarder cet article

Si l’on se risque à écrire que Paris est devenu un cloaque anxiogène et cradingue, infesté de rats, d’embouteillages, de travaux et de détritus, beaucoup croiront à une caricature. Et pourtant. La réalité n’est pas si éloignée de cette description, à laquelle s’ajoutent une insécurité endémique et une dette abyssale tutoyant les dix milliards d’euros.

Paris est l’une des villes les plus sales d’Europe, d’après The Guardian. Les riverains exaspérés se voient en outre imposer de coûteux réaménagements pris sans concertation, maintenus ma... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles