Télérama : inquiétudes au Louvre, vraiment ?

Un article récent paru dans Télérama critique l’arrivée du nouveau directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pyramide du Louvre (Crédits Jean-François PARIS, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Télérama : inquiétudes au Louvre, vraiment ?

Publié le 1 mai 2014
- A +

Par Ariane Warlin.

Inquiétudes sur le Louvre ? En lisant ce titre sensationnaliste dans Télérama, j’ai été tentée de me demander ce qui pouvait bien se passer de si incroyable qui suscite de pareils émois. Le célèbre musée avait-il été vendu ? Allait-il être repris par des fonds de pension ? Une énième antenne allait-elle émerger dans un autre pays du Golfe persique ?

Que nenni ! Ce qui inquiète nos journalistes bienpensants de Télérama, c’est (entre autres) que l’art contemporain puisse ne plus avoir sa place au Louvre. Il faut dire qu’Henri Loyrette, le précédent directeur des lieux, avait fait une large place aux vers de terre géants et autres sculptures informes. Son successeur, Jean-Luc Martinez, ne s’inscrit pas dans la même veine, ce qui lui vaut un traitement plutôt condescendant.

« Espérons que le musée saura rester connecté avec son temps », écrit la journaliste, Mme Lorraine Rossignol, pour ne pas la nommer, avec toute la non neutralité qui caractérise son journal. Qu’elle soit rassurée, le sémillant Jeff Koons fera bientôt son entrée en musée et Jean Deloisy a été approché. Comme elle l’écrit elle même, il a bien fallu que Jean-Luc Martinez « montre patte blanche ».

Comble du scandale, il souhaite aussi supprimer le principe des cartes blanches à l’auditorium, où de « grands invités » (par ailleurs amis proche de Loyrette) venaient à prix d’or mettre en scène des pièces de théâtre ou des concerts, la plupart du temps très peu fréquentés. Fini donc le règne de « l’entre-soi » a décrété Martinez dans un élan, qualifié de courageux par les uns et de honteux par les autres.

Tout ceci n’est pas seulement une posture destinée à faire table rase du passé et à s’imposer comme l’exact contraire de Loyrette. Jean-Louis Martinez, élevé dans un milieu modeste, a en effet une sainte horreur des mondanités. Mais ne faut-il pas néanmoins y passer un minimum quand on occupe les fonctions qui sont les siennes aujourd’hui ?

Son enthousiasme pour le projet du Louvre Abu Dhabi, pour sincère qu’il soit, est aussi sans doute une façon de trancher, là encore, avec le précédent patron du Louvre, lequel s’était beaucoup opposé au projet à ses débuts, avant de finir par s’y rallier. Les 1,4 milliard d’euros mis sur la table n’y était pas étranger, pas plus que la pression du Quai d’Orsay. Il n’en demeure pas moins que sa réaction initiale avait été hostile et que par la suite, compte tenu d’une série de maladresses et de comportements arrogants, le projet avait failli capoter.

Finalement, pas de quoi s’inquiéter tant que ça. Bien au contraire…

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • ‘serviteur de l’état ‘ signifie pour la plus part des responsables de ces institutions, ‘ se servir’ en toute impunité de l’état pour son cercle d’amis et les journalistes en font partie .

  • suffit de couper les subventions à télérama et on verra si cette journaliste écrit encore ce genre de chose…

  • Télerama est-il subventionné ?
    Je ne le pense pas, car ce magazine est un des plus chers pour le prix de vente au numéro en kiosque.

  • Le Livre d’Ariane Warlin,  » La face cachée du Louvre », (Editions Michalon), est une référence dans le domaine de l’histoire récente du Louvre. Il permet de comprendre quels sont les enjeux aujourd’hui d’un grand Musée.
    Les choix qui sont faits par les dirigeants ont des conséquences qui concernent tous ceux qui sont attachés au patrimoine commun et à son devenir.
    A lire absolument!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par John Miltimore. Un article de la Foundation of Economic Education

Au début, j'ai été incapable d'entrer dans l’univers de Harry Potter. Lorsque le premier tome de la saga de J.K. Rowling est sorti le 1er septembre 1998, j'étais un fan inconditionnel de Game of Thrones, attendant avec impatience Le choc des rois, la suite du best-seller de G.R.R. Martin.

Je n'avais que peu de temps ou d'intérêt pour Poudlard, l'école au nom ridicule (soyons honnêtes) où des enfants à l'accent britannique apprennent la magie et la sorcellerie.... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

L'un de mes premiers souvenirs d'enfance est le film Superman 2 diffusé à la télévision. Une scène en particulier m'a laissé une impression indélébile.

Les méchants du film, trois Kryptoniens nommés Zod, Ursa et Non, terrorisent une ville rurale. Un garçon part à cheval pour chercher de l'aide. Zod, le chef, voit le garçon qui tente de s'échapper.

À ce moment-là, j'ai fermé les yeux, car je savais que le garçon allait être tué. Je n'ai osé regarder à nouveau qu'une fois l'acte accompli.

Des décenni... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

La modernité peut-elle être jugée responsable de l’essentiel de nos maux en matière d’écologie ? Ceux qui le prétendent perdraient-ils de vue l’amélioration évidente de nos conditions de vie au cours des derniers siècles et les avancées des progrès techniques ?

Contrairement aux idées reçues, développement ne rime pas nécessairement avec pollution incontrôlable et régression. Bien au contraire, nous montre Ferghane Azihari - rejoignant en cela un Johan Norberg qui démontrait dans un brillant essai de 2017 qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles