Le socialisme pourra-t-il être vaincu par la recherche ?

Le regard de René le Honzec

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Socialoaction (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le socialisme pourra-t-il être vaincu par la recherche ?

Publié le 7 avril 2014
- A +

rlh - socialoaction

Malgré un casting de vedettes et un programme alléchant bien rodé, la campagne de Socialoaction n’a pas rencontré le succès attendu, avec un effondrement accablant des intentions de dons de votes.

Pourtant le public est sensibilisé depuis des décennies aux pratiques à risques de l’ultra-libéralisme sans capote syndicale dans toutes les positions économiques, particulièrement la sodomie des classes laborieuses par des patrons sans scrupules ne visant qu’à assouvir leurs plus bas instincts. De nombreuses campagnes de communication orchestrées par des médias subventionnés ont incité les populations à risque (prolétaires, djeuns, défavorisés, petits blancs, communautés, cités abandonnées…) à se détourner des comportements dangereux qui mettent en danger leur santé citoyenne en contractant des virus politiquement transmissibles, comme le FN ou l’UMP, voire des variantes moins mortelles comme l’UDI ou le FdG, qui ne tuent pas mais laissent des séquelles quasi-irréversibles.

À noter la souche EELV qui semble échapper à toute logique scientifique par son processus d’auto-reproduction développant des métastases dans différents corps sociaux urbains. Si nous autres libéraux sommes toujours sensibles aux malheurs de l’Humanité souffrante, nos propres recherches ont permis de développer un vaccin, certes difficile à mettre en pratique, qui pourrait cependant s’avérer le seul capable d’éradiquer ce socialisme destructeur.

Adressez vos dons pour la recherche à Contrepoints.org.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « Le socialisme pourra-t-il être vaincu par la recherche ? »

    C’est déjà fait.

    1. Les théories socialistes ont été démontées propre en ordre. Les économistes ont montré que ces théories n’ont aucune structure interne cohérente (lisez par exemple Bohm-Bawerk pour ne citer que lui), et qu’elles reposent sur des conceptions erronées, notamment de la valeur du travail, de l’échange, du capital ou du profit. Il n’y a pas un économiste sérieux qui défende les conceptions de Marx. Il n’y a pas une faculté d’économie où l’on enseigne son modèle économique comme on enseigne le modèle IS-LM, la théorie du consommateur, etc. Dans les facultés d’économie Marx fait partie de l’histoire des idées comme Freud en psychologie.

    2. Il a été montré mathématiquement que la planification de l’activité économique était moins efficace que l’économie de marché. Allez lire la démonstration de Barone 1908, c’est un bijoux.

    3. L’économétrie durant tout le 20ème siècle a massivement montré que les mesures socialistes (contrôle des prix, salaire minimum, etc.) ne permettent pas d’atteindre les objectifs souhaités et/ou produisent des effets secondaires qui sont plus problématiques que le problème qu’on essaye de solutionner.

    De même, les mesures comparatives montrent sans ambiguïté que plus les pays protègent la propriété, plus il y a de liberté économique, plus ces droits entrent en force dans la réalité grâce à un système de tribunaux efficaces, et plus à l’arrivée on a un revenu réel élevé par habitant y compris pour les plus pauvres. Allez lire par exemple De soto.

    En d’autres termes, l’économétrie a montré dans toute sorte de domaines économiques ce que les mathématiques avaient anticipé.

    4. Finalement, l’histoire a également montré que chaque fois qu’on a essayé le socialisme, et on l’a essayé plusieurs comme on répète en science une expérience pour voir la robustesse du résultat, ça finit très mal.

    Conclusion: Personnellement, je ne comprends même pas qu’on discute avec les socialistes. Intellectuellement, la discussion est pliée depuis plusieurs décennies.

    La confrontation avec les socialistes, c’est comme si on avait des prêtres au parlement et qu’on doive discuter avec eux sur la mise en place de lois qui nous forceraient à adopter les comportements (prière, confession, messe le dimanche, etc.) nous permettant prétendument d’aller au paradis. Nous n’entrerions même pas en matière.

    • Oui, mais la peur chez l’humain le pousse souvent à préférer le magique, à se conforter dans les bras de Papa ou Maman, tout en essayant de les manipuler pour avoir la sensation de pouvoir alors même qu’il se veut irresponsable.
      Il n’y a que l’éducation et l’apprentissage de l’effort et de la réussite pour prendre plaisir à agir. En France, tout est pourtant organisé pour que cette éducation soit impossible!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Dans son sketch sur les sens giratoires et les sens interdits, le génial Raymond Devos dénonçait il y a plus de 50 ans quelques-unes des contradictions du mode d’administration de notre économie. Enfermé dans un système circulaire dont il ne peut plus sortir, son automobiliste est sommé par un agent public de payer une taxe de séjour…

Depuis, les ronds-points ont proliféré et les choses ne se sont pas du tout arrangées.

La France, pays du fromage et du vin est aussi devenu celui des ronds-points. On sait qu’il y en avait 12 000 ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

John Maynard Keynes est un orphelin idéologique.

Il suffit de lire des passages de sa Théorie Générale, pour s’apercevoir que le grand homme, sentant que son texte renforçant les prérogatives de l’État s’éloignait grandement du libéralisme, prît soin de flatter, autant que faire se pouvait sans trahir son propos, la famille qu’il quittait, sans manquer d’attaquer le marxisme.

Orphelin idéologique, et mort à l’issue de la guerre, J.M. Keynes a été adopté post-mortem par les socialistes, alors que lui-même s’en était explicitement... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles