Rachat de SFR : capitalisme de connivence ?

imgscan contrepoints 660 Capitalisme de connivence

La volonté de rachat de SFR par Bouygues se fait sur fond de capitalisme de connivence à la française, à mille lieues de l’exemplarité prônée par François Hollande.

Par Philippe Robert.

imgscan contrepoints 660 Capitalisme de connivenceOyez, Oyez braves gens ! / Écoutez cette histoire d’avant ! / Prêtez-moi votre oreille / Pour ouïr conte sans pareil ! (Guillaume Maison, 1999) que je me fais un devoir citoyen de vous rapporter ci-après depuis le site du quotidien JDD.fr :

« Jeudi, entre deux voyages africains au Nigeria et en Centrafrique, François Hollande a reçu la visite surprise de Martin Bouygues à l’Élysée. L’ami de Nicolas Sarkozy était accompagné de son ami François Pinault (…). Il a présenté au chef de l’État son projet de rachat de SFR en lui garantissant qu’il n’y aurait pas de casse sociale. »

Si nous ne nous trouvons pas là en présence d’un cas des plus remarquables de connivence du grand capital avec le vertueux État socialiste jusqu’en son sommet, en américain crony capitalism, alors à quoi nous est-il donné d’assister ?

J’arrive encore à m’indigner d’apprendre qu’il se trouve de grands capitaines d’industrie capables, dans une démarche à mes yeux totalement déplacée, d’aller ainsi d’avance se justifier auprès du pouvoir en place de bien faire leur métier.


Sur le web