Rachat de SFR : capitalisme de connivence ?

La volonté de rachat de SFR par Bouygues se fait sur fond de capitalisme de connivence à la française, à mille lieues de l’exemplarité prônée par François Hollande.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 660 Capitalisme de connivence

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rachat de SFR : capitalisme de connivence ?

Publié le 10 mars 2014
- A +

Par Philippe Robert.

imgscan contrepoints 660 Capitalisme de connivenceOyez, Oyez braves gens ! / Écoutez cette histoire d’avant ! / Prêtez-moi votre oreille / Pour ouïr conte sans pareil ! (Guillaume Maison, 1999) que je me fais un devoir citoyen de vous rapporter ci-après depuis le site du quotidien JDD.fr :

« Jeudi, entre deux voyages africains au Nigeria et en Centrafrique, François Hollande a reçu la visite surprise de Martin Bouygues à l’Élysée. L’ami de Nicolas Sarkozy était accompagné de son ami François Pinault (…). Il a présenté au chef de l’État son projet de rachat de SFR en lui garantissant qu’il n’y aurait pas de casse sociale. »

Si nous ne nous trouvons pas là en présence d’un cas des plus remarquables de connivence du grand capital avec le vertueux État socialiste jusqu’en son sommet, en américain crony capitalism, alors à quoi nous est-il donné d’assister ?

J’arrive encore à m’indigner d’apprendre qu’il se trouve de grands capitaines d’industrie capables, dans une démarche à mes yeux totalement déplacée, d’aller ainsi d’avance se justifier auprès du pouvoir en place de bien faire leur métier.


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « Le ministre du Redressement productif estime qu’il vaut mieux avoir trois opérateurs au lieu de quatre sur le marché français, afin de renforcer un secteur qui a souffert et qui est confronté à une concurrence mondiale forte.  »
    Source Le Parisien

    No comment…

  • Comme a déjà dit Cavaignac, il n’y a que les socialistes qui croient en la concurrence loyale !

  • encore une fois c’est le consommateur qui paie pour les délires réactionnaires et xénophobes de l’élite (qui se veut « ultra-libérale » selon certains)

    voir http://www.parti-libertarien.com/etatisme

  • En même temps, on parle de Martin Bouygues, le plus grand champion français du capitalisme d’état (BTP, télécoms, audiovisuel -> secteurs ultra-réglementés).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le système des prix est un synonyme de liberté. Ou du moins, il est une condition nécessaire à l’existence des libertés les plus primaires, ce dont la plupart de nos contemporains n’ont pas conscience, eux qui fustigent facilement l’économie de marché.

En général, ils souhaitent donc des formes d’organisation sociales plus solidaires, impliquant l’abolition du système de prix et de la monnaie, accusée de conduire à un règne de la marchandisation de l’homme. Il ne se passe guère un jour sans qu’un intellectuel quelconque rédige des pamp... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles