Tanzanie : il est temps de débattre de la présence chinoise

La Chine n’est-elle pas en train d’instrumentaliser son aide économique afin d’exploiter les Africains, notamment en Tanzanie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Tanzanie : il est temps de débattre de la présence chinoise

Publié le 25 février 2014
- A +

Par Erick Kabendera.
Un article de Libre Afrique.

chine-tanzanie

Si le père fondateur de la Tanzanie, Julius Nyerere, était encore vivant aujourd’hui, il serait sûrement revenu sur son discours, prononcé en 1965, au cours duquel il a déclaré que « ce n’est pas la politique de la Chine du tout » d’instrumentaliser son aide économique afin d’exploiter les Africains.

Plus de 50 ans après, les Chinois ne cherchent plus une voie ferroviaire pour relier la ceinture de cuivre zambienne avec la côte tanzanienne. Mais ils sont toujours là et sont engagés actuellement dans un processus de recherche effréné d’approvisionnement en ressources naturelles pour leur pays.

Des investissements comme les 532 km de gazoduc reliant les gisements de gaz en Tanzanie du sud à la plus grande ville du pays (Dar es-Salaam) – financé par la banque publique chinoise d’Export-Import à hauteur de 1,2 milliard $ – montrent que les Chinois sont ici pour rester longtemps.

Au cours des derniers mois, le pays a découvert certaines choses sur les opérations chinoises en Tanzanie. Il s’agit notamment d’une forte implication dans le braconnage des éléphants ; la présence d’hommes d’affaires chinois introduits aux points de sécurité des aéroports sans inspection ; des gourous des affaires chinois signant directement un accord pour la réparation d’un aéroport en échange du droit d’exploitation d’un site minier ; et les allégations de l’ONU au sujet des entreprises chinoises pratiquant la contrebande d’or provenant de la RDC à travers Dar Es-Salaam avec l’aide de douaniers corrompus.

En plus de cela, le parti communiste chinois semble renouveler sa relation étroite avec le parti au pouvoir en Tanzanie (le Chama Cha Mapinduzi, CCM), aux affaires depuis l’indépendance du pays en 1961, dans le but que celui-ci infléchisse les décisions publiques d’investissements et d’affaires en faveur de la Chine.

Non seulement la fréquence des visites de représentants de la CCM à la Chine, et vice versa, a augmenté, mais l’ambassadeur de Chine, Lu Youqing, a été l’année dernière jusqu’à accompagner les responsables de la CCM dans une tournée régionale à Shinyanga où, lors d’un rassemblement public, il a plaidé pour un soutien continu au parti au pouvoir afin de mettre en œuvre son programme électoral.

Alors que le gouvernement insiste sur le fait que le gazoduc contribuera à réduire les pénuries d’électricité, beaucoup de doutes planent sur le coût réel du projet, et sur la capacité des contribuables tanzaniens à rembourser le prêt finançant le projet (apparemment trop cher).

Comme de coutume sur le continent, les contrats signés entre les gouvernements chinois et africains sont classés top-secret. Même les députés locaux n’ont pas eu accès au contrat pour la construction du pipeline.

Un comité de surveillance parlementaire des comptes publics a convoqué la Société Tanzania Petroleum Development (TPDC), une entité para-étatique responsable de la mise en œuvre des politiques d’exploration et de développement pétroliers au nom du gouvernement, de lui fournir les contrats signés l’an dernier, mais la société a déclaré que son ministère de tutelle, celui de l’énergie et des minéraux, les avait encore en sa possession. Avant même que le comité convoque le ministère pour fournir le contrat, le bureau du Président serait intervenu pour arrêter le mouvement.

On estime à 2 milliards de dollars le montant des prêts fournis l’an dernier seulement par le gouvernement chinois pour financer divers projets, allant de la construction d’un centre de congrès à un système d’information du gouvernement.

Pourtant, ce manque de transparence a suscité des rumeurs dans les couloirs politiques et parmi les observateurs intéressés, selon lesquelles deux blocs de gaz naturel – à l’origine réservés à la TPDC pour expérimenter différentes approches d’exploration – pourraient être attribués à des entreprises chinoises en dehors de tout processus d’appel d’offres.

Ces épisodes, ainsi que le niveau de la corruption politique et l’impunité dans le milieu, poussent beaucoup de Tanzaniens ordinaires à se demander si les nouvelles découvertes d’hydrocarbures aideront les Africains à réduire la pauvreté et finalement leur éviter les « bols de mendicité ». À la lumière du secret entourant les contrats signés entre les pays africains et les multinationales, il est clair que les paysans pauvres ordinaires seront les plus lésés, bien plus que les dirigeants politiques qui signent de tels accords en privilégiant leurs propres intérêts.

C’est pourquoi en ce moment il est important que nous connaissions les noms des politiciens et des fonctionnaires qui ont caché de l’argent dans des paradis fiscaux sécurisés et des comptes bancaires suisses.

Les dirigeants politiques et les technocrates qui voyagent en Chine pour signer de tels contrats peuvent négocier un accord, se remplissent les poches et demandent de l’aide à la Chine pour mettre le butin dans un compte bancaire à l’étranger.

Cela ne veut pas dire que les pays occidentaux et leurs grandes entreprises, venant investir dans l’exploration et le développement du gaz naturel, sont totalement innocentes. Loin de là ! Les récentes allégations de corruption auxquelles sont confrontés les investisseurs britanniques en hydrocarbures, malgré la signature des lois anti-corruption les plus rigoureuses dans leur pays, ont laissé les gens se demander si leur motivation est différente de leurs grands-pères dont les activités déshumanisantes dans le passé ont déjà laissé le continent saigner.

La clé du débat est la question de savoir si la Chine est un meilleur ami pour l’Afrique que l’occident. Ce point doit maintenant être correctement débattu surtout que les populations se tournent vers leurs dirigeants afin d’utiliser les ressources nouvellement trouvées et réaliser une transformation historique de leur pays.


Sur le web.

[*] Erick Kabendera est un journaliste d’investigation indépendant.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je crois pas que le problème ce pose en ces termes la Tanzanie est un très beau pays géré par des communistes pur souches. C’est pour ça que les chinois s’y sentent si bien. Tout le monde connaissaient les problèmes d’exploitation de l’ivoire ou des mines illégales. Chaque migrant vient aussi avec son lots de problèmes c’est normal. Ce qui est anormal c’est que le pays reste hermétique aux changements politiques.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Auteurs : Philippe Aghion, est professeur à l'INSEAD, professeur invité à la LSE et titulaire de la Chaire Économie des institutions, de l'innovation et de la croissance, Collège de France. Céline Antonin est chercheur à Sciences Po (OFCE) et chercheur associé au Collège de France, Sciences Po

 

Le 1er mars 2023, plusieurs articles se sont fait l’écho d’une étude de l’Institut stratégique australien qui affirme que dans 37 technologies émergentes sur 44, la Chine dispose d’une « avance stupéfiante ». Ce texte reflète une cr... Poursuivre la lecture

Ah... l’Union européenne... C’est une chose subtile qui a bien du mal à gérer des afflux d’immigrants clandestins mais qui prétend, sans sourciller, règlementer les boîtes de camembert et qui, pour faire bonne mesure, entend construire la prochaine prison numérique à ciel ouvert sur tout le territoire européen.

Une prison numérique à ciel ouvert ? Diable, n’est-ce pas un peu exagéré ?

Il suffit en réalité de constater le niveau de frétillance élevé du commissaire Breton pour comprendre que non : ce dernier a tout récemment annon... Poursuivre la lecture

Il est bien sûr présomptueux, presque risible, de prétendre rédiger l’histoire du XXIe siècle alors que nous sommes en 2023.

Pourtant, des tendances structurelles nettes se dégagent, et même s’il est impossible de prédire les prochains « cygnes noirs » — événements radicalement imprévisibles aux conséquences considérables (Taleb) — ces tendances sont si bien installées qu’il sera malaisé de s’en écarter.

J’en distingue quatre.

 

La stagnation de l'Europe

La première est la stagnation de l’Europe.

Depuis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles