Les Charlots de retour

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
img contrepoints055

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Charlots de retour

Publié le 17 février 2014
- A +

img contrepoints055

Les Charlots furent une grande époque d’un genre comique (sketch, films, chansons…) qui n’a plus d’équivalent, ce dont tout homme de bien et ayant amassé des décennies en nombre suffisant pour cotiser au Clud des « Je Vous l’Avais Bien Dit » ne peut que se lamenter en silence, les grandes douleurs, etc.

Mais heureusement, dans  cette morosité étouffante entretenue par des Bedos ou son compère M’Bala, de joyeux lurons reprennent le flambeau. Hier je vous parlais de Polit Buro : j’avais tort, ce qu’un libéral se doit de reconnaître avec élégance. Non,au gouvernement, ce sont des Charlots ! Ils reprennent le tube de « Merci patron » (1971) avec le doux refrain « Quel plaisir de travailler pour vous/on est heureux comme des fous/ce que vous faites ici-bas/ un jour Dieu vous le rendra. » Et c’est ce que le social-démocrate va chanter aux 34 patrons étrangers-mais-travaillant-en-France pour les persuader de renflouer la pérestroïka.

Ah, zut, raté. Finalement, c’est bien un Polit Buro aux abois qui renoue avec la glorieuse NEP (Nouvelle Économie Politique) de Lénine : « Nous ne sommes pas assez civilisés pour pouvoir passer directement au socialisme, encore que nous en ayons les prémices politiques », déclara Lénine, qui précisait : « faire au capitalisme une place limitée pour un temps limité ». On sait ce qu’il en advint. Bon, je vous accorderai que Flanby en Lénine, non, non. Mais il est amusant de constater cette manie des socialistes de repasser au capitalisme libéral quand ils ont tout raté. Y compris dans les fameux pays-exemples scandinaves.

On ne boudera pas notre plaisir à écouter les hurlements à la trahison de Mélenchon, seul devant un Front populaire de classe « ouvriers-patrons-socialistes ». La Droite, Sarkozy ? Lisez Philippe Robert.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Perseverare diabolicum est !

François Hollande a osé déclarer le lundi 8 mars dans le tchat vidéo sur internet animé par Samuel Étienne, se référant bien évidemment au bilan de son successeur (Le Point 9 mars 2021).

Mon grand regret, c'est de ne pas m'être représenté.

Certes, le bilan d'Emmanuel Macron n’est pas fantastique. Mais peut-on imaginer que François Hollande puisse espérer faire significativement mieux, après les dégâts qu’il a lui-même causés pendant les cinq années précédentes ?

... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Tandis que la gauche allemande a fait son Bad Godesberg en 1959 et que l’italienne a fait son aggiornamento quelques décennies plus tard, chez nous, fin 2020, François Hollande se demande s’il ne faut pas renommer le PS.

Le doux confort d’une réalité parallèle

Tout n’est pourtant pas rose pour le socialisme franchouillard. D’une part, la tornade LREM a complètement siphonné un PS qui était déjà mal en point.

D’autre part, de nombreux leaders de la droite républicaine et du centre se sont convertis à son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles