Une nouvelle guerre de 14

Alors que les commémorations de la guerre 14-18 vont débuter, peut-on considérer que le monde est à l’abri d’un nouveau conflit à l’échelle planétaire ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Guerre de 14 18 à Verdun (Image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une nouvelle guerre de 14

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 janvier 2014
- A +

Par Guy Sorman.

Guerre14-18-Verdun

Les Européens s’apprêtent à commémorer ce qui, avec le recul d’un siècle, ne fut en réalité qu’une guerre civile. Il est aujourd’hui à peu près impossible de démêler l’enchaînement diplomatique et militaire qui a conduit au massacre, de 1914 à 1918, entre des peuples qu’unissait une civilisation commune et désunis par des querelles de bornage subalternes. Cette guerre étant supposée « mettre fin à toutes les guerres » – slogan de l’époque – nul n’envisageait que vingt ans plus tard en surgirait une seconde. Un siècle est passé : nul n’envisage plus maintenant de conflits autres que locaux et sectaires, à l’instar des tueries présentes au Congo ou en Syrie. Ce regard contemporain qui me paraît trop optimiste suppose que la guerre par nature ne serait plus qu’une conséquence, fâcheuse et accidentelle, de la pauvreté de masse et de querelles tribales, ethniques, sectaires appartenant à des temps révolus ou en cours d’extinction. À regret, cette vision confiante en la nature humaine tend à s’inverser dès que l’on regarde le monde depuis l’Orient, de Séoul, Pékin, Taïpei ou Tokyo. Cet Orient-là, parce qu’il n’a pas traversé les mêmes épreuves que l’Occident, ou n’en a pas tiré les mêmes enseignements, reste ancré dans des préjugés culturels qui ont disparu de notre univers occidental.

Considérons l’Occident, entre l’Empire Romain et feu l’Empire soviétique : ce territoire est devenu un continuum qui, de l’Atlantique aux Pays Baltes ou à la Turquie, est vécu comme une terre commune, à peine interrompue par des bornes frontières. Considérons la notion de race en Occident : ce terme est quasiment sorti de notre vocabulaire et peu envisagent que subsiste en Europe une hiérarchie entre races et cultures. En Asie, c’est l’inverse : les notions de territoire, de frontières et de races sont aussi prégnantes dans l’imaginaire collectif qu’elles le furent en Europe au XIXe siècle.

Coréens, Chinois, Japonais se perçoivent volontiers comme appartenant à des races distinctes, ils estiment que race et culture se confondent et qu’évidemment chacune est supérieure à sa voisine. À l’intérieur de la Chine, le sentiment populaire est qu’il existe entre les Provinces des hiérarchies ethniques, les Tibétains étant généralement considérés par les Hans, l’ethnie dominante (elle-même fort métissée), comme tout en bas de l’échelle. Quelques îlots rocheux inhabités comme Dokdo (Takeshima en japonais) entre la Corée et le Japon, Senkaku (Diaoyudao en chinois) entre la Chine et le Japon, l’archipel des Spratleys entre le Viet Nam, la Chine et les Philippines, sont des poudrières aussi symboliques que le furent l’Alsace et la Lorraine entre la France et l’Allemagne. Les conditions idéologiques d’une guerre généralisée en Asie sont donc réunies qui, par le jeu des alliances, comme en 1914, pourrait entraîner l’Occident dans son sillage. On observera aussi, comme en 1914 en Europe, que ni le développement économique, ni la mondialisation des échanges, ni la solidarité démocratique (l’Allemagne en 1914 était-elle vraiment moins démocratique que la France ?) n’apparaissent comme des remparts suffisants pour résister aux passions nationalistes : ni la croissance ni la démocratie n’éteignent les passions !

Poursuivons la comparaison : la guerre de 1914 éclata parce que nul gendarme en Europe n’était assez puissant pour imposer la paix. En Asie, aujourd’hui, seule la présence du gendarme américain – la Septième flotte en particulier – interdit aux revendications locales de dégénérer en un conflit global. Or, ce gendarme américain est las, son Président est incertain.

On ne peut plus exclure que l’impérialisme chinois, désormais avoué et chaque jour mieux équipé, puisse déclencher par dessein ou par quelque erreur de calcul, une réaction militaire en chaîne. Envisageons que les Américains défaillent, un seul pays pourrait dissuader la Chine de son aventurisme : le Japon.

Le Japon ? En Occident et en Asie, on s’indigne que le gouvernement japonais envisage de modifier sa Constitution pacifiste pour permettre à ses forces d’auto-défense (d’ailleurs bien équipées) de se livrer à des frappes préemptives ou punitives contre des agressions nord-coréennes ou chinoises. Mais seule dans la région, l’armée japonaise serait assez puissante pour dissuader la Chine et la Corée du Nord d’une aventure militaire. C’est ainsi. Il faut donc non pas s’alarmer mais accepter le réarmement du Japon parce qu’il peut nous protéger de la guerre de 2014. Ce retour du Japon en Asie ne sera tolérable en Occident comme en Asie qu’au terme d’un examen de conscience sur les crimes de guerre commis par l’Empire japonais dans les années 30 : les Allemands y sont parvenus, bien des Japonais y seraient disposés. L’actuel Premier ministre, Shinzo Abe, parce qu’il est nationaliste, est paradoxalement le mieux placé pour admettre les crimes du passé. L’équilibre de la paix repose sur cette admission des crimes japonais de naguère et des ambitions chinoises présentes. Le déni de cette réalité-là pourrait mener à un conflit aussi incontrôlable que celui de 1914 : la Chine vient d’entrer dans l’Année du Cheval mais l’animal reste indompté.


Sur le web.

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Moi mon colon, c’est celle que je préfère !

  • « nul n’envisageait que vingt ans plus tard en surgirait une seconde… » ah ben que si ! et ils étaient nombreux à la prédire, en fixant même la date.

  • 14-18 a vu s’affronter deux armées, ce qui n’est pas le cas dans une guerre civile.
    Et considérer l’Allemagne et la France de 14-18 avec les yeux d’aujourd’hui est un contre sens historique.
    Je dois dire que réécrire l’histoire est une mode actuellement, j’espère qu’elle passera vite ……. comme les autres.

  • J’ai du mal à imaginer un conflit qui engagerait une puissance nucléaire contre une autre puissance nucléaire. Aucun chef d’Etat, aussi taré soit-il, ne veut la destruction du monde, duquel il puise honneurs, richesses, servilité et puissance; on ne tue pas la poule aux œufs d’or.

    D’autre part, je ne vois pas en quoi les deux guerres mondiales étaient des guerres civiles, puisque les principales dissensions n’étaient pas idéologiques ou culturelles mais bien nationalistes.

    Par contre, cette analyse pourrait être plus juste pour les guerres à venir en Occident, car aujourd’hui il me semble que l’opposition idéologique entre socialistes conservateurs et socialistes libertins est plus grande que celle entre nation française et nation allemande. Et à la vitesse où la grogne monte en France depuis l’élection présidentielle, il ne suffirait plus qu’une forte perte de pouvoir d’achat, pour mettre le feu aux poudres.

    • civil : adj.
      1 Qui concerne les citoyens. La vie, la société civile. Guerre civile, guerre entre les citoyens.

      L’auteur soutient que les peuples en guerre appartennaient à la même civilisation, au même berceau.

      Ce qui est sous entendu est que la guerre n’est jamais là où on l’attend.

      Je suis désolé mais cela fait sens.

      • @ FRD

        citoyen
        « Terme par lequel on désigne tous ceux qui, dans un état organisé, jouissent des mêmes droits et obéissent aux mêmes lois. » (dictionnaire de l’académie française)

        Une guerre civile est donc par définition une guerre entre ceux qui jouissent des mêmes droits et obéissent aux mêmes lois dans un état organisé. Les guerres mondiales n’étaient donc pas des guerres civiles.

        Ensuite, les guerres mondiales ont eu comme acteur majeur l’Empire Ottoman pour la première et le Japon pour la seconde, je vois difficilement comment on peut les rattacher à la civilisation européenne… 

  • Impérialisme chinois, gentil Japon (juste quelques crimes de guerre, par ci par là !) dont il conviendrait de favoriser le réarmement à visée extérieure. L’auteur de cet article est juste fou.
    En plus d’être dément, il est ignorant. Son « analyse » des causes de la guerre de 14/18 (une bête question de bornage !) est à vomir de rire.
    Quel nivellement par le haut…

  • première assertion: la première guerre mondiale était une guerre civile !!

    est c’est parti mon kiki pour le grand n’importe quoi: s’il y a bien une guerre qui n’était pas une guerre civile, c’est la première guerre mondiale, qui , à contrario de la deuxième, n’a pas débouché, à part à la fin en russie, sur un affrontement à l’interieur des nations bélligérantes.

  •  » cet orient là, parce qu’il n’a pas subit les mème epreuve que l’occident …  »

    et ça continu dans les assertions inventées de toutes pièces: s’il y a bien un endroit, ou l’on s’est battu depuis 150 ans, c’est bien l’orient
    1840 première guerre de l’opium
    1850 début de l’ère des révolte en chine: 50 million de mort en 20 ans
    1895 prermière guerre sino-japonaise
    1904 guerre russo-japonaise
    1925-1950 guerre civile chinoise entre nationalistes communistes et seigneurs de la guerre
    1933 début de la guerre sino-japonaise
    1941 embrasement général de la region à cause de l’attaque japonaise
    1952 guerre de corée
    1946 à 1975 deux guerres du vietnam et la liste n’est pas exostive…

    mais d’ou sortez vous ce type ??

  • quand on remonte dans l’histoire de la chine, on s’apercoit quelle a rarement été une puissance agressive: en fait, sa masse est tellement importante, que son principale souci à toujours été d’éviter les scissions en son sein ( période des royaumes combattants, periode des printemp et des automnes, indépendance des royaumes du nord sous les songs, periode des seigneurs de la guerre pendant l’ére moderne… ) chaque foi qu’elle est désunie, elle s’est fait bouffé par les peuples nomades de la steppe ( tibétain, mongols, mandchous ). quand l’empire est reconstitué, elle controle alors facilement ces peuplades qui représente rarement un ensemble unies, sauf sous gengis khan.
    la chine n’a, par exemple, jamais conquis le japon. elle aspire simplement à redevenir se quelle était avant le 19ième siècle, la première puissance régionale, et mème mondiale. ni plus, ni moins. que fait la septième flotte US dans la région ? que dirait-on en europe, si une forte escadre chinoise prenait ses aises en permanence dans la médithérranée ou le proche altantique ?

  • Comme d’habitude, vous mélangez un peu tout. D’abord, vos désirs qui ne sont pas des réalités.

    Ainsi le « continuum ».

    « Ce territoire est devenu un continuum qui, de l’Atlantique aux Pays Baltes ou à la Turquie, est vécu comme une terre commune, à peine interrompue par des bornes frontières. « , osez vous écrire.

    Absolument pas. La Turquie n’appartient pas au « continuum ». Ca c’est bon pour les européistes fédéralistes qui veulent à tout prix dissoudre, nous dissoudre, nous faire disparaître dans un goulash délirant.

    Les derniers événements le montrent : nous n’avons rien à voir avec la Turquie, et la terre n’est pas « commune ».

    Mais passons.

    Ensuite, l’Asie. Oui en effet eux n’ont pas oublié : la culture, la nation ont un sens, sont des réalités charnelles et historiques.

    Les « lire » à l’aune de notre propre dégénerescence mentale n’a aucun sens.

    Et quand vous affirmez que la « la paix repose sur l’admission des crimes du Japon »… encore une fois votre prisme pleurnichard et repentant français vous fait rater la cible.

    Non monsieur, l’Asie ne fonctionne pas comme vous le souhaiteriez. Pour eux, un pays n’est pas un hôtel.

    Eh oui, chaque pays, chaque culture asiatique est fière d’elle-même, et n’hésite pas à faire des hiérarchies.

    Et alors ? C’est sain.

    Vous ne parviendrez pas à plaquer vos obsessions politiques sur cet ensemble de plusieurs milliards d’individus (Chine, Inde, Asie du sud-est).

    Donc la paix ne repose pas sur la « repentance ». La paix repose (et là je suis d’accord avec vous) sur l’équilibre des forces armées, car les frictions demeureront, et risquent même de s’accroître. Et d’abord au sujet des ressources.

    Ce problème des ressources ne sera pas résolu par la « repentance ».

    Le réarmement du Japon est inéluctable. Et la Chine continuera de son côté…

    Mal absolu ?

    Est et Ouest ont connu la guerre froide, l’équilibre par la terreur de la destruction mutuelle assurée… et pourtant nous avons évité le pire.

    Ca a fonctionné pour nous.

    Cela fonctionnera avec nos amis asiatiques.

    La « repentance » n’a rien à voir dans un tel mécanisme.

  •  » considerons l’occident entre l’empire romain et feu l’empire soviétique…  »

    mais qu’est ce que c’est que ce charabia ?

  •  » l’allemagne en 1914, était elle vraiment moins démocratique que la france …  »

    c’est le haut état major allemand avec l’aval de l’empereur guillaume qui prend la responsabilité de la guerre, sans que le peuple ou le parlement ne soit aucunement consulté. s’il y avait eu une vrai démocratie en allemagne, il est probable que la première guerre mondiale aurait été évité.

    • @ yeneralalcazar

      Je ne pense pas que la guerre aurait été évitée, tout le monde avait une bonne raison de faire la guerre à l’époque, il ne fallait qu’un prétexte.

      Quant au point de vue démocratique, les opinions publiques sont toujours manipulées dans ces cas.
      Prenons les guerres récentes menées par François Hollande, a-t-il consulté le peuple pour cela? Non, mais si cela déplaisait vraiment à la majorité, la France serait descendu en masse dans les rues…

      • OK mais on ne peut pas comparer l’intervention de la france au mali, avec des guerres entre nations européennes, dont on savait qu’elles seraient trés destructrices, mème si on pouvait penser qu’elles seraient courtes.
        l’allemagne du 2ième reich avait un système social avancé, mais n’était pas démocratique, seule la france et la grande bretagne était à cette époque de vrais démocratie ( en europe )
        les causes de la première guerre mondiale sont bien connues: l’alsace lorraine n’était qu’un prétexte. le vrai enjeu était la domination de l’europe de l’est, partagé entre les influence germaniques et russe. l’équilibre des alliances et la supériorité des armes défensives sur les armes offensives, empechant toutes décisions sur le terrain ont fait que le conflit fut si meurtrier et qu’il dura si longtemp. l’auteur parle de guerre civile, mais au contraire, le fait qu’a l’interieur des nations bélligérantes, il n’y a pas réellement eu de fracture souhaitant la victoire du camp adverse ( comme sous la révolution française, ou comme les collabos sous l’occupation ) à contribué à enliser le conflit: aucune nation n’acceptant une paix honorable aprés tant de morts qui auraient été mort pour rien si l’on avait subitement dit: pouce ! on ne joue plus !

        de toute façon, on ne peut pas refaire l’histoire…

  •  » coréens , chinois et japonais se percoivent comme étant une race supérieur à leur voisin…  »

    pierre boule, dans le pont de la rivière kwai, faisait remarquer, que presque tous les peuples se considèraient comme d’essence divine, ou amener à jouer un role primordiale…

    depuis 2000 ans, coréens et japonais se considèrent comme appartenant à la sphère culturelle chinoise et comme pays tributaires des différents empire chinois, qui par ailleurs, respectèrent toujours leurs intègrités géographique ( sauf sous les yuan, qui étaient une dynastie mongol et non chinoise )
    les choses changèrent au 19ième siècle: le japon réussit à ratrapper le niveau technique occidental en 40 ans. il pensait pouvoir trouver dans les autres nations asiatiques, des alliés pour mieux lutter contre la présence occidentale honnie. mais la chine, en plein déclin, fut bien incapable de jouer ce role. les japonais se mirent alors à mépriser ces  » bougnoules  » arrièrés, d’ou les massacre à grande échelle lors de la guerre sino-japonaise. et d’ou le racisme anti-japonais en réaction, aprés le conflit qui fit tant de victimes.

  • Les commentaires sont un peu hors-sujet… La question, c’est « le monde est-il à l’abri d’un nouveau conflit à l’échelle planétaire ? » … Moi je pense qu’effectivement, une bonne guerre impliquant la Chine arrangerait pas mal de monde, ne serait-ce que pour éviter de payer tout ce qu’on leur doit (Chine, premier créancier du Monde)

  •  » quand on remonte dans l’histoire de la chine, on s’apercoit quelle a rarement été une puissance agressive: en fait, sa masse est tellement importante, que son principale souci à toujours été d’éviter les scissions en son sein  »

    Oui en étant agressif contre ses populations. La Chine fut toujours dirigée par des empereurs qui régnaient avec une main de fer contre les populations par la soif de pouvoir. Et je parle pas de la période Mao est son agressivité qui a coûté la vie à 60 millions de chinois. Et la Chine qui a soutenu la Corée du Nord contre le sud et celle qui aujourd’hui réprime violemment les tibétains.

    Bref ne venez pas parler d’une chine qui n’a jamais été démocratique de puissance non agressive. Elel là toujours été.

    •  » la chine fut toujours dirigée par des empereurs assoiffés de pouvoir…  »

      et les chinois sont des gens cruels qui bandent les pieds de leurs femmes, et mangent les chiens et les chats… hergé, le lotus bleu.

      mao et son agressivité qui a couté la vie à 60 millions de chinois… mais c’est pas grave, puisque ce sont des gens cruels…

       » la chine a soutenu la corée du nord et qui reprime violement les tibétains  »

      libre à vous de défendre une théocratie moyenageuse, contre un peuple qui veut aller de l’avant, chacun ses idées.

       » bref ne venez pas parler d’une chine qui n’a jamais été démocratique de puissance non agressive. Elel là toujours été  »

      à part le fait que cette phrase ne veut rien dire, ou pas grand chose, c’est un conseil que vous me donnez, ou un ordre ?

      •  » et les chinois sont des gens cruels qui bandent les pieds de leurs femmes, et mangent les chiens et les chats… hergé, le lotus bleu.  »

         » mao et son agressivité qui a couté la vie à 60 millions de chinois… mais c’est pas grave, puisque ce sont des gens cruels…  »

        Critiquer les propos de Sorman et me sortir par la suite de telles conneries comme réponses montre le genre de niveau de vouloir débattre de votre part. Mais oui franchissez le pas et dites carrément que la Chine c’est le pays des droits de l’homme, de la démocratie depuis plus de 2000 ans.

        D.J

  •  » que fait la septième flotte US dans la région ? que dirait-on en europe, si une forte escadre chinoise prenait ses aises en permanence dans la médithérranée ou le proche altantique ?  »

    L’Amérique est une démocratie ( oui je sais en disant ça j’insulte la bien-pensante anti-américaine ) et la Chine non. Vous me faites penser aux gauchiste européens lors de la guerre froide qui ne comprenaient la présence des missiles US inter-continentaux en Allemagne mais qui ne voyaient pas d’inconvéniant concernant ceux qui se trouvaient en Pologne.

    D.J

    • on s’en fout de ton histoire de droit de l’homme et de démocratie ! l’article concerne les droits de l’homme et la démocratie ?
      la démocratie, c’est aussi l ‘election de la convention montagnarde en 1793, l’election d’hitler en 33 …
      jusqu’a preuve du contraire, la chine est aussi une démocratie ( mais populaire, c’est peut-etre le terme qui te gène ? ) sauf que les ivrognes et les fainéant ne votent pas ! les autres non plus d’ailleurs, comme ça, pas de jaloux… le PCC est un nouvel avatar qui prouve que la démocratie, c’est pas la panacée.
      probablement que les droit de l’homme, c’est pas la panacée non plus, ni les droit de la femme, d’aprés les saoudiens… et brigite bardot, elle défend les droit des animaux, c’est mieux ?

      en posant la question de la légitimité de la présence de la flotte US en mer de chine, je fait surement moins d’anti-américanisme que vous etes anti-chinois ! c’est du moins ce que je pense…

  • Il y a chez Guy Sorman une vraie volonté de ne pas dire la vérité. « Cet Orient-là, parce qu’il n’a pas traversé les mêmes épreuves que l’Occident, ou n’en a pas tiré les mêmes enseignements, reste ancré dans des préjugés culturels qui ont disparu de notre univers occidental. »
    L’Orient à connu la guerre, il a connu le racisme, il a connu les massacre japonnais racistes, je ne voit donc pas de quoi parle monsieur Sorman.
     » parce qu’il est nationaliste, est paradoxalement le mieux placé pour admettre les crimes du passé »
    Il est important de préciser que Shinzo Abe est aussi le fils de Nobusuke Kishi criminel de guerre de classe A jamais jugé….
    « ….. que le furent l’Alsace et la Lorraine entre la France et l’Allemagne »
    La seule différence c’est que les îles en question ne sont pas habités….
    La paragraphe sur la race est aussi HS parce qu’en 14 ce n’est pas l’idéologie raciste qui était à l’origine de la guerre. Je m’arrête là, merci monsieur Sorman de tant de précision………..

  • Quand je lis Sorman, le what the fuck o mètre se tient dangereusement dans le rouge.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Taiwan
1
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Depuis plusieurs mois, la presse étrangère évoque la pénurie de semi-conducteurs et de micropuces. Les mesures liées au covid ont perturbé leur production. Ces nouvelles sont passées relativement inaperçues et n’ont pas soulevé beaucoup de réactions en France. Pourtant, l’enjeu est beaucoup plus important qu’on ne le pense.

Dans notre monde actuel dépendant des appareils informatiques, les semi-conducteurs sont essentiels. Sans eux, nos ordinateurs ne pourraient pas être fabriqués. Ainsi, au début de l’ann... Poursuivre la lecture

L'escale à Taïwan de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants américaine, risque de relancer les tensions entre Washington et Pékin. La rivalité sino-américaine est à son comble, et se traduit partout dans le monde, avec l'Ukraine, comme point focal.

Sur le grand échiquier stratégique visant à conserver leur position dominante dans le monde, les États-Unis doivent rassurer leurs alliés en sortant de l'ambiguité face à leurs concurrents russe et chinois.

 

Un signal fort au camp atlantiste à Taiwan

... Poursuivre la lecture

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles