L’assemblée nationale doit dire non à la censure privée !

L’État recrute continûment des auxiliaires à l’insu de leur plein gré. Le 20 janvier, au nom de l’égalité hommes-femmes (il faut toujours un prétexte) il tentera de contraindre les hébergeurs internet à développer des mesures de censure privée inacceptables dans un État de droit. Un appel à l’action à lire sur La Quadrature du Net