Une nouvelle collection libérale francophone aux Belles Lettres

Le silence de la Loi, par Cédric Parren (Crédits : Les Belles Lettres, tous droits réservés)

Une nouvelle collection de livres libéraux, baptisée « Les Insoumis », est lancée par Les Belles Lettres.

22510100735890LLa chose est suffisamment rare pour mériter un article sur Contrepoints : une nouvelle collection de livres libéraux, baptisée « Les Insoumis », vient de voir le jour chez l’éditeur parisien Les Belles Lettres. Reprenant le format compact de la fameuse collection « Les Iconoclastes », « Les Insoumis » entend proposer au grand public une défense radicale de la liberté à travers des ouvrages courts et accessibles, d’une lecture agréable. Loin du jargon académique, les auteurs s’adressent directement aux lecteurs avec des exemples parlants et des raisonnements explicites.

Dirigée par Patrick Smets, par ailleurs président du Parti libertarien belge, la collection accueille aussi bien des auteurs confirmés que des talents émergents, comme le prouvent les trois ouvrages déjà parus ou à paraître : Le silence de la loi de Cédric Parren, Libérons-nous de Pascal Salin, et Prohibitions de François Monti.

22510100816450LPremier volume de la collection, Le silence de la loi est un pamphlet bien argumenté qui attaque avec verve et humour la société actuelle, où le (mauvais) Droit règne en maître, restreint les libertés et uniformise les êtres humains. Le livre débute par un état des lieux du phénomène de l’inflation législative, avec de nombreuses statistiques à la clé, pour analyser ensuite les raisons – historiques et philosophiques – de ce dérèglement et terminer par des solutions efficaces et réalistes.

Le célèbre économiste libéral Pascal Salin, quant à lui, propose avec Libérons-nous ! un essai animé de sagesse et d’espérance, faisant l’éloge d’une réflexion économique hédoniste.

22510100546450LEnfin, dans Prohibitions (sortie le 15 février), François Monti décortique les échecs des différentes politiques prohibitionnistes en matière d’alcool. Cet essai historique passe en revue l’échec de l’interdiction du gin dans l’Angleterre du 18e siècle, celui de la prohibition aux États-Unis, ainsi que l’interdiction de l’absinthe en France, causée par les visées guerrières du gouvernement au début de la guerre de 1914.

D’autres auteurs préparent déjà les prochains volumes de la collection, notamment H16, Emmanuel Martin et Benoît Malbranque.

Le catalogue des Belles Lettres vaut également le détour, puisqu’il compte pas moins de quatre collections libérales : les Insoumis, les Iconoclastes, les Penseurs de la liberté et la Bibliothèque classique de la liberté. Tous les grands auteurs libéraux et libertariens du 19e et du 20e siècles y figurent, dans des éditions complètes et d’excellentes traductions.