Smic : état des lieux sur ses effets indésirables

Smic (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Le rapport du groupe d’experts sur le SMIC, récemment remis au ministre du Travail, a été peu médiatisé. Il identifie les nombreux effets négatifs du salaire minimum.

Par Erwan Le Noan.

imgscan contrepoints 2013-2508 smic

Le 29 novembre dernier, le Groupe d’experts sur le SMIC a publié un rapport instructif, qui comporte de nombreuses informations intéressantes. On s’y intéressera d’autant plus que le sujet est dans l’actualité brûlante en Allemagne et aux États-Unis (où Obama se sert du sujet pour sortir, par la gauche, de l’échec de l’Obamacare).

capture-d_c3a9cran-2013-12-05-c3a0-17-27-22

Les salaires progressent bien plus vite que la productivité

Le premier élément intéressant dans le rapport du groupe d’experts, dont on parle assez peu, c’est que la productivité augmente bien moins vite que les salaires. Évidemment, c’est très contraignant pour les entreprises françaises et cela ne les aide pas dans la compétition internationale…

smic et productivité

Le groupe d’experts note « cette hausse des salaires supérieure aux gains de productivité accroît les coûts de production des entreprises, qui doivent réduire l’emploi, ou augmenter leurs prix de vente et partant perdre en compétitivité-prix, ou encore réduire leurs marges, ce qui pénalise leur capacité à investir et à innover« .

Les coûts salariaux augmentent vite en France

Par ailleurs, ce graphique montre l’augmentation claire des coûts salariaux en France, bien supérieurs à l’Allemagne.

smic coûts salariaux

Le SMIC, toujours plus proche du salaire médian

Un peu plus loin dans le rapport, figure ce graphique qui présente le ratio du SMIC mensuel au salaire médian. On y voit assez clairement qu’en France, le SMIC n’a cessé de se rapprocher du salaire médian et qu’il représente plus de 60% de ce dernier.

smic et salaire médian

« Le SMIC a fortement progressé entre 1995 et 2005, sous l’impulsion notamment de la politique de réduction du temps de travail puis de la convergence du SMIC et des garanties mensuelles de rémunération (GMR). En France, le niveau relatif du salaire minimum français est stable depuis le milieu des années 2000. En comparaison, le ratio du salaire minimum au salaire médian en Australie, aux Pays-Bas et en Espagne, initialement plus élevé qu’en France, tendait à diminuer au cours de ces dix années. Les États-Unis, le Japon et le Canada se démarquent par une augmentation plus forte du salaire minimum par rapport au niveau du salaire médian depuis l’année 2006 (respectivement +7 points pour les USA et +5 points pour le Japon et le Canada entre 2006 et 2011). Le niveau relatif initial du salaire minimum était cependant assez faible dans ces trois pays (31% aux États-Unis, 34% au Japon, et 41% au Canada en 2006). »

Augmenter le SMIC n’a pas d’effet sur le revenu disponible des ménages

Un argument souvent avancé pour augmenter le SMIC, c’est qu’il favoriserait le pouvoir d’achat des salariés qui en bénéficient. Le rapport des experts est plutôt d’un avis inverse :

smic et pouvoir d'achat

« Du fait du système socio-fiscal, sans même les effets potentiellement négatifs sur le risque de chômage, une hausse de 1% du SMIC a un effet très faible à terme, voire parfois nul, sur le revenu disponible des ménages en l’absence de modification des barèmes des prestations sociales (graphique 23). La hausse des revenus nets est en effet partiellement ou totalement compensée par une hausse de l’impôt sur le revenu et de la taxe d’habitation, et/ou par une  éventuelle baisse de la PPE, du RSA et des prestations logement (pour les ménages qui y sont éligibles).

En effet, une hausse du SMIC a, toutes choses égales par ailleurs, des effets négatifs sur le revenu disponible des ménages qui s’étalent sur une période de trois ans : (i) la première année, baisse du RSA, pour les ménages éligibles (ii) la deuxième année, augmentation de l’impôt sur le revenu et de la taxe d’habitation, diminution de la PPE avant imputation du RSA activité, partiellement ou totalement compensée par l’imputation d’un moindre montant de RSA activité (iii) la troisième année, baisse des aides au logement et des prestations familiales.

Parmi sept cas-types envisagés, seul le couple biactif avec deux enfants, dont chacun des membres travaille au SMIC à temps plein voit une augmentation significative de son revenu. Pour les autres cas-types, aux revenus plus modestes, l’impact est nul ou quasi nul. »

Les effets négatifs du SMIC sur l’emploi

Un passage final du rapport : les effets du SMIC sur l’emploi. Après une longue discussion, le rapport conclut :

« Si une étude plus approfondie de ces divers effets s’avère nécessaire, les études et informations disponibles à l’heure actuelle suggèrent que, au mieux, une hausse du SMIC n’aurait qu’un faible effet négatif sur le volume agrégé d’emploi. Même dans ce cas, cependant, il y a peu de doutes que, toutes choses égales d’ailleurs, l’emploi au niveau du SMIC, soit les 15% de salariés entre 1 et 1,1 SMIC, diminuerait très sensiblement. »

Enfin, augmenter le SMIC augmenterait le prix du Big Mac !

Pour finir sur une touche un peu moins sérieuse, mais tout aussi grave, voici une évaluation des effets de l’augmentation du salaire minimum aux États-Unis sur les prix des sandwiches des principales chaines de fast food, présentée par The New Republic. Aux États-Unis, l’augmentation du salaire minimum dans les fast food est une revendication forte et médiatique.

smic et fast food
Sur le web.