Pékin libéralise à petits pas sa monnaie et sa finance

En février 2012 la Banque populaire de Chine (PBOC) a publié un plan de libéralisation finanicère. Elle se donne trois ans pour assouplir le contrôle des investissements directs étrangers et pour encourager les investissements des entreprises chinoises à l’étranger. Et cinq ans pour déréguler la distribution de crédit commercial avec un yuan, la monnaie chinoise, passant en régime de change flottant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pékin libéralise à petits pas sa monnaie et sa finance

Publié le 4 décembre 2013
- A +

En février 2012 la Banque populaire de Chine  (PBOC) a publié un plan de libéralisation financière. Elle se donne trois ans pour assouplir le contrôle des investissements directs étrangers et pour encourager les investissements des entreprises chinoises à l’étranger. Et cinq ans pour déréguler la distribution de crédit commercial avec un yuan, la monnaie chinoise, passant en régime de change flottant.

À lire sur l’Agefi.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours, cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji, une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue, permettent de se faire une idée de l’... Poursuivre la lecture

Surprise ces derniers jours : l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le but semble de se mêler de plus en plus de politique, a clairement pris position contre l'actuelle stratégie zéro covid actuellement déployée en Chine, rejoignant en cela les critiques déjà nombreuses de l'opinion internationale vis-à-vis de la politique interne de la Chine.

Eh oui : même pour une organisation ayant nettement tendance à préférer la centralisation et les mesures fortes (voire dictatoriales), ce qui est actuellement mis en place par les autor... Poursuivre la lecture

Il y a moins d’un an, en juillet 2021, le Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président de la République populaire de Chine Xi Jinping avait toutes les raisons d’être heureux : non seulement c’est à lui qu’est revenu l’honneur de célébrer le centième anniversaire du PCC, mais surtout, c’est lui et aucun autre de ses prédécesseurs depuis Deng Xiaoping qui a réussi à impulser et incarner la troisième ère du glorieux socialisme chinois. Un socialisme « moderne », inspiré de Mao et de Deng malgré leurs contradictions et leurs ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles