L’Afrique pour locomotive ?

Alors que les économies européennes et américaines se contentent de montrer de légers frémissements positifs, l’Afrique confirme son rythme de croissance élevé avec un taux moyen de 5% pour l’année 2013 selon le Fonds monétaire international (FMI).

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Afrique pour locomotive ?

Publié le 28 octobre 2013
- A +

Par François de Senneville.

pouce_Afrique_0Les prévisions concernant les performances du Continent à court et moyen terme sont aussi très encourageantes, notamment pour 2014 : d’après les experts de la Banque mondiale, cette croissance pourrait même augmenter de 20% l’année prochaine pour atteindre 6%.

Ce rythme soutenu du développement africain est particulièrement impressionnant lorsqu’on tient compte du fait qu’il est de moins en moins dû aux matières premières dont les cours sont en baisse.

C’est bel et bien l’effet d’un marché intérieur qui prend de l’ampleur avec une demande de plus en plus forte. De fait, les entreprises mondiales s’organisent pour augmenter leur présence sur le continent pour répondre aux besoins de ces nouveaux marchés. La masse des investissements étrangers continue donc à augmenter, consolidant ainsi cette spirale positive de développement.

L’analyse de ces performances débouche sur un autre constat intéressant : l’Afrique du Sud a perdu un peu de son rôle moteur sur le continent. Cependant, à l’exception donc de cet État mais aussi de la République Centre Africaine et du Swaziland, la croissance africaine devrait rester assez robuste. Un tiers des pays du continent affichent ainsi une croissance de 6%, ou plus pour 2013.

Ces bons résultats et ces perspectives encourageantes ne doivent cependant pas faire oublier que les retombées de cette croissance africaine ne permettent pas encore de réduire la pauvreté sur le continent. Les économies occidentales devront donc se pencher activement sur ce phénomène avec une attention particulière s’ils veulent enrayer les flux migratoires et les tragédies auxquelles ils nous ont habitués.

Nos démocraties savent bien également que cette pauvreté est également le principal terreau des radicaux islamiques qui s’étendent maintenant sur une ceinture « verte » de la Mauritanie à la Somalie. Les événements récents au Kenya sont venus le démontrer de nouveau.

Cette course entre le développement économique et le terrorisme islamique est donc bien d’actualité et les solutions pour sortir de cette situation de crise ne peuvent résider que dans un développement économique mais également une retombée équitable de ce développement sur les populations africaines.

Pour éviter l’exode, celles-ci devront trouver chez elles les possibilités de formation et d’embauche qu’elles recherchent aujourd’hui à l’étranger.

Dans ce contexte, la constitution de zones franches économiques au sein desquelles les entreprises internationales trouveraient de bonnes conditions de développement pourrait être la réponse au problème…

En effet, compte tenu, notamment, du niveau de la fiscalité des pays africains, ces entreprises préfèrent aujourd’hui limiter leur présence sur le continent et loger l’essentiel des équipes dédiées, à l’accompagnement de leurs projets africains, dans des États comme l’Ile Maurice qui offrent, entre autre, un environnement légal plus sécurisé et une fiscalité plus attractive. N’en démontre également le business modèle chinois qui consiste souvent à importer une main d’œuvre chinoise plutôt que de former et d’embaucher une main d’œuvre locale. Ce type de pratique devra donc être repensé pour offrir au continent les conditions du développement durable que souhaitent ses différents États.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

Avec un PIB par habitant de 1606 dollars début 2022, le Sénégal, pays du train le plus rapide d’Afrique subsaharienne, affiche désormais un niveau de richesse par habitant près de deux fois supérieur à celui du Rwanda, parfois surnommé le « Singapour africain ». Le dynamisme sénégalais s’accompagne d’une modernisation rapide du pays, qui maîtrise dans le même temps sa dépendance aux aides publiques étrangères au développement et démontre par ailleurs que progrès et démocratie ne sont pas incompatibles.

Selon les dernières données pu... Poursuivre la lecture

Kenya OGM
1
Sauvegarder cet article
La voie est libre pour des maïs génétiquement modifiés

Le président nouvellement élu William Ruto (et ancien ministre de l'Agriculture) a convoqué son cabinet le 3 octobre 2022 pour examiner principalement les progrès réalisés dans la réponse à la sécheresse en cours. Celle-ci affecte 23 comtés du Kenya sur 47 et a touché au moins 3,1 millions de Kenyans (sur quelque 54 millions) ; c'est la pire sécheresse depuis 40 ans dans la Corne de l'Afrique.

Lors de cette réunion, il a été décidé de lever l'interdiction de la culture et des impor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles