Raymond Aron, une altitude libérale

Réponse à un article intitulé « Raymond Aron, une attitude libérale ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2281 aron

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Raymond Aron, une altitude libérale

Publié le 19 octobre 2013
- A +

Par Marc Crapez.

imgscan contrepoints 2013-2281 aronLe libéralisme postule que de la confrontation des arguments jaillit la lumière. La diversité des points de vue est légitime. Ce qui l’est moins, c’est de vanter l’éthique de la discussion en ne la respectant pas toujours.

Un article intitulé « Raymond Aron, une attitude libérale » reproche à celui-ci d’avoir critiqué Hayek. Aron serait « tombé dans le piège tendu par les ‘constructivistes’ » en prenant les ultra-libéraux pour des « fanatiques » et il « porte ainsi, en quelque sorte, une part de responsabilité » dans l’hostilité française à l’égard du libéralisme.

Qu’on se rassure, Aron n’a jamais pris les purs libéraux pour des fanatiques mais pour des doux rêveurs. Il employait le terme de fanatique pour désigner le tchékiste soviétique et son cousin de la police politique nazie. Pas pour désigner un libéral. Même si ce libéral semble parfois un peu excessif.

Car n’est-il pas exagéré de voir partout « des constructivistes » ou « des étatistes » ? De juger qu’Aron tombait dans des pièges de gauche. Et de l’y voir tomber en utilisant un langage de culpabilité par contiguïté. Exagéré aussi d’écrire qu’Aron « a joué l’amalgame », employant ainsi un terme dépréciatif. Faut-il y voir l’influence d’un groupe d’universitaires très à gauche qui prétend qu’Aron avait des affinités avec le socialisme et détestait Hayek ?1

Dans un précédent article, notre libéral affirmait que Raymond Boudon « n’était pas tendre avec Raymond Aron ». Pour avoir eu, également, le loisir de parler d’Aron avec Boudon, je poserais la question en termes différents : pourquoi un immense sociologue tel que Boudon ne s’est-il guère inspiré d’Aron ?

Au-delà de la petite histoire, qui fait regarder l’aîné avec condescendance ou qui porte les hommes de plume à faire les coqs, on peut discerner deux raisons de fond. D’abord, Boudon a pu bénéficier d’une sorte d’imprégnation aronienne, à une époque où la libre-circulation des idées fausses était notamment contrecarrée par Aron. En second lieu, Boudon était essentiellement sociologue, tandis qu’Aron n’était pas seulement sociologue mais aussi philosophe politique, historien des idées, témoin, chroniqueur, politologue et spécialiste de politique étrangère.

Jean Baechler, le seul de ses disciples qu’Aron jugeait avoir « peut-être du génie » raconte que, dans le séminaire d’Aron, chacun émettait des hypothèses sur le vrai, et les autres se faisaient un devoir de les réfuter avec la rigueur la plus extrême. Voilà qui explique que l’esprit d’Aron puisse souffler, quoique toujours à une certaine altitude, là où on ne l’attend pas : certains sont des aroniens qui s’ignorent, d’autres se prétendent aroniens sans le démontrer.

—-
Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Retour au sommaire de l’édition spéciale Raymond Aron, 30 ans déjà

  1. Dans le livre collectif Raymond Aron, philosophe dans l’histoire (éd. de Fallois, 2008) S. Audier et G. Châton dénigrent le « durcissement » d’un libéralisme qu’Aron « radicalisera », pendant que C. Prochasson et V. Duclert prétendent effectuer une « opération de ‘désinstrumentalisation’ idéologique » (contre moi).

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

En 1983, dans son émission Apostrophes, Bernard Pivot interroge Raymond Aron sur l'université, la politique et Mai 68. Une archive à revoir pour retrouver celui qui a marqué l'histoire des lettres et de la télévision et celui qui fut l'un des grands intellectuels du XXe siècle.

#Pivot #Apostrophes : Raymond Aron en 1983 "L'université ne s'est pas encore remise des évènements de mai 1968. Je pense que les nations ont besoin d'une université, mais que dans l'université il ne faut pas abuser de la politique." pic.twit... Poursuivre la lecture

À l’heure où Stéphane Séjourné vient de succéder à Catherine Colonna au Quai d’Orsay, il ne paraît pas superflu d’esquisser un panorama de la situation de la France et de ses Outre-mer à l’international. Disons-le tout de go, la météo diplomatique n’est pas au beau fixe sur plusieurs fronts : celui, d’abord, de nos relations avec plusieurs pays du continent africain auprès desquels la France a accusé ces derniers mois une perte d’influence considérable ; celui des relations franco-américaines avec en toile de fond le conflit russo-ukrainien e... Poursuivre la lecture

N’en déplaise aux radicaux, l’émotion n’est pas bonne conseillère. Préserver le politique de nos sentiments, c’est faire un pas en direction de l’intérêt général. Adjoindre l’épithète « humain » à cette notion, c’est la dévaloriser. Mais qui a bien pu associer la rationalité responsable de l’intérêt général à un qualificatif empreint de sensibilité ? Un constitutionnaliste, expert des arcanes de la Cinquième République ? Un intellectuel de haute volée, versé dans les théories du contrat social ? Ni l’un, ni l’autre. L’auteur de l’expression «... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles