« Shutdown » du gouvernement américain ? 36 faits qui prouvent que l’État fédéral tourne presque normalement

L’État fédéral continue ses activités presque normalement. 85% de toutes les activités gouvernementales continuent d’être financées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Shutdown » du gouvernement américain ? 36 faits qui prouvent que l’État fédéral tourne presque normalement

Publié le 10 octobre 2013
- A +

L’État fédéral continue ses activités presque normalement. 85% de toutes les activités gouvernementales continuent d’être financées.

Par Michael Snyder, depuis les États-Unis.

Toutes ces pleurnicheries au sujet d’une fermeture (shutdown) du gouvernement sont une vaste blague. Il n’y a presque aucune raison pour laquelle cette « fermeture » ne pourrait pas se prolonger indéfiniment, et cela simplement parce que le gouvernement continue ses activités presque normalement. 63% de  tous les employés fédéraux continuent à travailler et 85% de toutes les activités gouvernementales continuent d’être financées.

L’administration Obama nous à offert une belle mise en scène en arrêtant les sites du gouvernement et en bloquant les monuments aux morts de la Seconde Guerre mondiale, mais dans l’ensemble, à Washington, les affaires continuent comme avant. Il semble bien que la définition de « personnel essentiel » se soit tellement étendue qu’on en est arrivé à un point où tout le monde ou presque est considéré comme « essentiel ». En fait, cette « fermeture » est tellement un non-événement que la qualifier ne serait-ce que de fermeture partielle est déjà exagéré. Voici 36 éléments qui montrent que presque tout fonctionne normalement pendant le « shutdown ».

  1. Selon le sénateur Rand Paul, 85% de toutes les activités du gouvernement restent financées pendant le « shutdown ».
  2. Environ 1 350 000 travailleurs fédéraux « essentiels » continueront à travailler pendant le « shutdown ».
  3. Environ 63% des fonctionnaires fédéraux continueront leur travail pendant le « shutdown ».
  4. Le service postal continuera à délivrer le courrier.
  5. Le personnel militaire restera en service et sera payé.
  6. Les bénéficiaires de la sécurité sociale continueront à percevoir leurs allocations.
  7. Les bénéficiaires de medicare continueront  à percevoir leurs allocations.
  8. Les bénéficiaires de medicaid continueront  à percevoir leurs allocations.
  9. Les bénéficiaires de coupons alimentaires continueront  à percevoir leurs coupons.
  10. Les chômeurs continueront à percevoir leurs allocations.
  11. Les retraites des fonctionnaires fédéraux continueront à être payées.
  12. Le programme fédéral de repas scolaires a assez d’argent jusqu’à la fin du mois.
  13. Les écoles publiques du pays resteront ouvertes.
  14. Presque toutes les forces de maintien de l’ordre continueront leur travail.
  15. La Réserve fédérale restera « totalement opérationnelle. »
  16. La Cour suprême continuera normalement et les Cours fédérales ont assez d’argent pour tenir deux semaines.
  17. Les contrôleurs continueront à molester les passagers dans les aéroports
  18. Les contrôleurs aériens continueront à gérer le trafic vers nos aéroports.
  19. Les agents des frontières continueront à essayer de refouler les immigrants illégaux.
  20. Les visas et les passeports continueront à être émis par le département d’État.
  21. L’administration des vétérans continuera à offrir des services médicaux de mauvaise qualité et sera capable d’effectuer ses paiements pour le moment.
  22. L’administration Obama a apparemment plein d’argent à dépenser pour fermer un mémorial en plein air qui est en général ouvert au public 24 heures sur 24.
  23. Le Département de la Défense a annoncé l’attribution de 94 nouveaux contrats d’une valeur combinée de plus de 5 milliards de dollars le 30 septembre – le jour précédant le « shutdown ».
  24. La « fermeture » du gouvernement n’a pas empêché le nouveau centre d’espionnage de la NSA à deux milliards de dollars d’ouvrir.
  25. Les prisons fédérales continueront à fonctionner normalement.
  26. Les trains de l’Amtrak continueront à rouler.
  27. L’office des brevets restera ouvert.
  28. La commission de sécurité des produits restera opérationnelle si un produit s’avère dangereux.
  29. Le service météorologique national et le centre national des tempêtes continueront à surveiller la météo.
  30. Si le gouvernement doit répondre à une catastrophe naturelle, le « shutdown » ne l’affectera pas.
  31. La NASA continuera à assister le robot sur Mars et les deux Américains qui séjournent dans la station spatiale internationale.
  32. Tous les employés municipaux de Washington ont été considérés comme essentiels et continueront leur travail.
  33. Même si le site Obamacare ne fonctionne pas correctement, les gens pourront toujours y avoir accès.
  34. Les impôts continueront à collecter les taxes, mais arrêteront de harceler les organisations conservatrices.
  35. Barack Obama continuera de percevoir son salaire pendant toute la durée du « shutdown ».
  36. Le salaire des membres du Congrès continuera d’être payé pendant le « shutdown ».

Bien sur, tout ne fonctionne pas normalement pendant la fermeture du gouvernement. Les parcs du gouvernement et le département de l’Énergie ont presque totalement fermé leurs portes. Mais dans l’absolu, la plupart des Américains ne verront pas de grands changements dans leur vie.

Peut-être est-il temps pour le peuple américain de se demander s’il a vraiment besoin d’un gouvernement fédéral gargantuesque qui gaspille d’énormes quantités d’argent public. Par exemple notre gouvernement à récemment dépensé 98.670 dollars pour construire une seule cabane en Alaska, ce qui est plus que ce que dépensent nombre d’Américains pour leur maison. Pour plus d’exemple, je vous renvoie à l’un de mes précédents articles, « La liste des gaspillages : 66 manières avec lesquelles le gouvernement gaspille votre argent durement gagné.

Il est temps que Washington commence à connaître un peu l’austérité que le reste du pays a subi. Depuis bien trop longtemps, les gros bureaucrates de Washington ont vécu dans une réalité alternative où ils ont pu vivre la belle vie à nos dépens. Sous l’administration Obama, la dette fédérale a augmenté de 90%, tandis que les dépenses gouvernementales ont bondi de 317% depuis 1990.

Est-ce une si mauvaise chose que le gouvernement ait été forcé de reculer pour une courte période ? Nos politiciens peuvent pleurnicher autant qu’ils veulent, je ne risque pas de les plaindre.


Sur le web. Traduit de l’anglais pour Contrepoints.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Une grossière erreur au n°15, la réserve fédérale américaine n’est pas une institution publique mais un cartel d’intérêt privé fondé en 1913,sur lequel obama n’a aucun pouvoir.
    Lire l’excellent livre d’Eustace mullins  » les secrets de la réserve fédérale »

    • la Fed a été crée par une loi (depuis quand un cartel privé a-t-il besoin d’une loi pour exister ???), son organe de direction a le statut d’agence fédérale et ses membres sont nommés par le président.
      Et c’est probablement juste un curieux hasard si la politique de la Fed est exactement celle que souhaite le président.
      A part ça la Fed « n’est pas une institution publique » et « Obama n’a aucun pouvoir » …
      O_o
      Change de pharmacie, Eustace mullins n’a pas l’air d’être une marque bien terrible… Même wikipedia est plus fiable pour le coup, c’est dire
      http://en.wikipedia.org/wiki/Federal_Reserve_Bank
      http://en.wikipedia.org/wiki/Federal_Reserve_Board_of_Governors

    • Foutaises.
      « il suffit de rappeler que les banques privées nationales ont l’obligation d’être actionnaires, à hauteur d’un montant défini par la loi, d’une des douze banques régionales de la Fed [3], que ces actions ne sont pas transférables, ne comportent pas de droit de vote et ne donnent droit qu’à un dividende statutaire de 6% du montant investi. Par ailleurs, la politique monétaire est décidée au sein du FOMC qui est composé de douze membres dont sept (le Board of Governors) sont désignés par le Président des États-Unis et confirmés par le Sénat. La Fed n’est donc pas plus privée que notre Sécurité sociale : c’est bien une agence fédérale réputée – je dis bien réputée – indépendante. »
      http://www.contrepoints.org/2013/09/19/139625-lindependance-fed

    • Obama a si peu de pouvoir sur la FED qu’il en nomme le Board, y compris le Président et le Vice-Président.

  • Les points 6,7,8,9 et 13, au moins, n’ont rien à voir avec le rôle de l’État fédéral et devraient lui être soustraits.
    Sans parler d’Obamacare…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles