Fiscaletti : les petits cours de fiscalité d’Aurélie Filippetti

Lors d’une interview récente, Aurélie Filippetti aura montré l’étendue de son incompétence et l’obstination à vouloir taxer, encore taxer, toujours taxer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscaletti : les petits cours de fiscalité d’Aurélie Filippetti

Publié le 23 septembre 2013
- A +

Le président Hollande n’a vraiment pas de chance : non seulement il est poursuivi par la pluie, même au Mali, mais il semble que l’incompétence ahurissante qui frappe les hommes de son gouvernement n’épargne absolument pas les femmes, quand bien même la doxa actuelle impose de croire qu’elles leur seraient supérieures. Et ce qui est vrai avec Duflot ou Vallaud-Belkacem l’est aussi avec Orélifilipéti, l’interjection en charge du ministère de la Culture.

Soyons honnête : il ne s’agit pas d’une surprise. On savait depuis longtemps à quoi s’en tenir lorsqu’elle avait sorti, en juin de cette année, que – je cite – « tout le monde en a assez d’Amazon qui casse les prix » (et puis zut à la fin), avant de partir en bataille contre la distribution de livres au travers des interwebs de lolcat et tout le tralala. Et c’est donc tout naturellement qu’on la retrouve aux premières loges lorsqu’il s’agit de tortiller la réalité et l’odeur de charogne putride qui entoure ses idées renouvelées de taxations des tablettes et autres gizmos numériques à la mode.

Pour rappel, l’idée de la ministricule est de coller une bonne taxe sur les appareils électroniques susceptibles de diffuser du matériel vidéo, dans une sorte d’extension virulente de la redevance audiovisuelle à tout ce qui peut contenir le galimatias gluant et la propagande décontractée que produit la télévision publique française.

Dans une intervention dont la vidéo, édifiante, suit ci-dessous, la ministre se sera fendue d’une de ces analyses de marché que seul un socialiste qui n’a jamais mis les pieds dans une entreprise du domaine concurrentiel peut se permettre avec un parfait détachement de cuistre. Je vous laisse vous en délecter rapidement avant de revenir sur quelques uns des points saillants de l’intervention ministérielle.

À ce point, j’imagine donc que vous avez vu la performance d’Aurélie. Je vous laisse reprendre vos esprits, en introduisant ici une pause salvatrice devant ce niagara de conneries.

Oui, cette vidéo est consternante puisqu’encore une fois, on a la confirmation absolument certaine qu’une ministre de la République est totalement incompétente et rigoureusement étanche aux notions fiscales de base, ce qui devrait normalement imposer une démission bruyante et rapide.

Aurélie Filippetti CCCPAinsi, pour Orélifilipéti, consommer français signifierait s’imposer d’écouter de la musique française, consommer des émissions françaises et des produits français, ce qui représente un vrai défi dans la mondialisation actuelle, son copain Montebourg en ayant déjà fait la confuse expérience. Par exemple, si j’écoute du Daft Punk, groupe français, est-ce de la musique française ? Peut-on considérer qu’une musique pop qui agite du « She’s up all night for good fun, I’m up all night to get lucky » pendant plusieurs minutes fait du français ? Peut-on réellement demander à une personne normalement constituée de se taper une proportion donnée de production française douteuse pour que l’exception culturelle française justifie son existence ? « Plus Bête La Vie », exemple typique de production dans la propagandaleitung officielle de France Téloche, mérite-t-elle vraiment une taxe alors que le bon sens réclamerait plutôt une dose massive de thiopental sodique en intraveineuse ?

Ainsi, Orélifilipéti croit savoir qu’en France, depuis plus de trente ans, on finance la culture par ceux qui la diffusent, alors que tous les chiffres indiquent que cette fameuse culture est financée … par le contribuable. Ainsi, Orélifilipéti imagine qu’en camouflant son bricolage fiscal derrière le mot « contribution » au lieu de taxe, la ponction sera moins douloureuse, montrant à quel point elle prend ouvertement les Français, frétillants créditeurs de l’histoire, pour d’aimables pigeons.

Mais le pompon, tout de même, est l’embrouillamini dans lequel la pauvrette s’englue très rapidement lorsqu’il s’agit d’expliquer comment cette taxe, dont tout indique qu’elle sera enterrée, ne sera en réalité pas abandonnée, et — mieux encore — elle n’impactera pas sur le commerce.

Délicat exercice pour la petite soldate partie au front sans arme et sans bagages, il lui faut en effet composer avec la récente grogne des Français devant le passage à tabac fiscal dont ils sont les victimes, et qui a déclenché quelques moiteurs palmaires chez les clowns qui servent de gouvernement actuellement. La semaine qui s’est écoulée ayant donc été consacrée à tenter de désamorcer l’envie croissante des Français d’aller expliquer leur ras-le-bol général à coup de cric dans les palais de la République, ils auront rapidement introduit, dans une confusion tout à fait rassurante sur leurs capacités de communication, la notion de « pause fiscale », notion qui tombe fort mal pour la pauvre Aurélie et sa taxe sur les bidules connectés.

Le vigoureux rétropédalage qui s’ensuit est, malheureusement pour elle, de peu de résultat puisque pour Orélifilipéti, cette éventuelle nouvelle taxe, pas vraiment abandonnée vous verrez on va la remettre et puis de toute façon c’est pas une taxe c’est une contribution, sera de toute façon payée … par le fabricant. Pour elle, c’est évident, la taxation des tablettes et des bidules électroniques n’est en rien un obstacle à la vente, et les fabricants s’aligneront gentiment, d’une part parce qu’on leur demande gentiment et d’autre part parce qu’avec les marges de gorets qu’ils font sur ce genre de produits, un peu plus, un peu moins ça ne fera aucune différence, n’est-ce-pas, et emballez c’est pesé.

aurélie filippetti - nouvelles maths

Eh oui. Pour la ministre, un iPad 2, noir, 9.7″ LED, 16 Go, Wifi à la FNAC à 400 euros vaut le même objet, pourtant vendu à 400$ chez BestBuy aux États-Unis.

Ce que l’exercice aurélifilippettique démontre ici sans le moindre fard est qu’encore une fois, nos ministres ne sont d’aucune utilité. Elle, comme les autres, ne servent absolument à rien et ils ne peuvent justifier leur existence que presque exclusivement au travers de leur créativité fiscale. Il y a, effectivement, cette minuscule partie de la fonction qui leur impose de signer quelques papiers et de tamponner l’une ou l’autre circulaire pour que les administrations, réelles détentrices de la puissance publique en France actuellement, puisse continuer de fonctionner sans trop de souci. Mais au-delà de cette fonction très réduite de tamponneur glorifié, l’utilité d’une Filippetti ou d’un Moscovici est absolument nulle : mouches du coche qui s’agitent bruyamment en inventant des pas de danse furieuse pour montrer qu’ils existent, ils n’apportent au mieux qu’un peu d’entropie dans un bazar déjà bien complexe, et au pire une cataracte de nouvelles tuyauteries fiscales idiotes qui provoquent la ruine du pays.

Et plus ils s’acharnent sur les taxes, plus ils ruinent le pays, plus ils constatent qu’il faut trouver des fonds, ce qui les pousse à s’acharner sur de nouvelles taxes.

Et au-delà de cette consternante inutilité qui s’ajoute, dans le cas d’espèce de l’Aurélie, à une très jolie incompétence fumeuse, on peut aussi voir que pour nos minustres (les actuels et tous les précédents, sur des décennies), la notion même d’imposition trop lourde est quelque chose qui n’existe pas. L’effet Laffer, c’est une vilaine invention des turbo-libéraux pour empêcher l’État de ponctionner à loisir ; en réalité, ça n’existe pas, ça n’a jamais été prouvé, c’est un bricolage gribouillé sur un post-it à un coin de table, pas mieux que les 35 heures d’Aubry, par exemple. Et c’est tout. Circulez, y’a rien à voir et encore plein à taxer.

Cet acharnement morbide n’amène qu’à une seule conclusion : ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Prescrire du Thiopental avant de se taper « plus merdique la vie », relève de l’inconscience.
    Vous voulez des morts devant la TV ? remarquez il y a déjà pas mal de zombis.

  • Les taxosceptiques sont des affreux, liés au grand capital et aux compagnies pétrolières… Ils n’ont aucune compétence en économie et en gestion des finances publiques. En effet, ils voudraient, ces misérables, les réduire drastiquement au risque de mettre à bas tout le magnifique système de tonte de moutons que des générations d’experts politiques ont mis 30 ans à optimiser! Non mais!

    Vous remplacez taxosceptique par climatosceptique et le discours est très similaire…

  • Bon on voit bien qu’ils sont inutile, on a juste à regarder nos voisins belge – 541 j sans gouvernement et au final rien le néan…

  • Quand on compare la production, l’innovation et l’attractivité de la France à une époque maintenant lointaine où la plupart des créateurs vivaient dans la misère, on peut se demander si l’exception française n’entretient pas une confortable médiocrité.

  • Prix de l’ibidule corrigé du taux de change (eurdol à 1,35) : 500$ aux USA, 727$ en France. Dit autrement, l’idbidule devrait être vendu 500/1,35 = 370 euros. De 370 euros, prix de vente corrigé, à 539 euros, prix de vente constaté, on a 169 euros d’écart, soit un gap de 45% sur le prix US.

    Avant même l’imposition de nouvelle taxes socialistes inventives et exceptionnellement culturelles, l’ibidule est déjà 45% plus cher en France qu’aux USA ! Et c’est sans compter l’écart de revenus entre un Américain et un Français. En terme de pouvoir d’achat disponible, l’idibule coûte en réalité 100% plus cher en France qu’aux USA.

    100% plus cher, donc 50% plus pauvre : le socialisme au quotidien !

    • oui, certes.
      mais on ne peut tout de même pas lui enlever ceci : parmi les 38 ministres du gouvernement, c’est une des plus jolies.

      • Les concours de minimistres sont dorénavant interdits.

      • Ben, moi je (sic) vous la laisse (et les boutons avec)!
        De toutes manières, c’est encore un de ses innombrables « enseignants » qui débordent de ce ramassis d’incapables que d’aucuns osent appeller un « gouvernement », n’ayant même jamais été foutus d’enseigner mais fort capables, moyennant jeux de gambettes, de se retrouver à la tête d’un ministère (ça donne une idée du niveau où nous sommes tombés) et de dispenser leur immense savoir élucubratoire.
        Mais la réalitié finit toujours par rattraper ceux qui lui tournent ostensiblement les basques: on va se marrer, surtout après la claque de la réelection triomphale de Merkel. Le mou du pédalo a du souci à se faire et sa cohorte d’invalides du cigare encore plus, parce que la mayonnaise est en train de tourner!

  • Le plus consternant est qu’elle reconnaît, peut être inconsciemment, l’utilité de diminuer les taxes, lorsqu’elle se vante d’avoir fait baisser de deux points la taxe sur les billets de cinéma. Peut être que ça augmentera les profits des producteurs ou des exploitants de salles, qui feront plus de films ou mettront des fauteuils plus confortables. peut etre que ca créera un espace de concurrence et que les prix diminuant, le nombre de spectateurs augmentera, ou ils feront des économies dépensées a autre chose. En tout cas, ça n’a que des avantages, mais uniquement pour les parties prenantes a la transaction.
    Mme Filipetti est incapable de concevoir que ce raisonnement est valable partout, mais surtout, elle est politicienne donc clientéliste, elle veut avoir de l’argent à redistribuer à son choix, d’où la contributaxe (ou est ce la taxibution).

  • Cette Sinistre dit n’importe quoi:
    1) Dans la première partie, elle explique qu’un nouvelle contribution sur les tablettes n’augmentera pas le prix de celles-ci pour le consommateur
    2) Un peu plus tard, elle explique que baisser la TVA de 2% va faire baisser le prix des tickets de cinéma.
    L’autre jour, j’ai entendu notre chère ministre des Français de l’Étranger, la bien nommée Helène Conway, décréter: « nous sommes cernés par des paradis fiscaux: la Suisse, le Luxembourg, le Royaume-Uni, etc… ».
    En Suisse, au Luxembourg et au Royaume-Uni, mes amis me le confirme, c’est eux qui ont pour voisin un enfer fiscal!
    La Crétinocracie PS doit cesser au plus tôt, des vies sont en jeu…

  • J’ai même plus la force d’écrire une connerie. Ce billet est hélas tellement réel que le 3 eme degré ne fonctionne plus. J’ai juste envie de pleurer dans ma grotte.
    « créativité fiscale »….. »tamponner ». Je crois qu’ils ne font ni l’un, ni l’autre. La bande des 50 assistants de chaque ministre est largement équipée pour s’occuper de cela….la seule chose qui existe est notre putain d’impot à payer !!!! Ne payons plus !

  • J’ai rarement lu un article journalistique d’une aussi mauvaise foi. Venant probablement d’un de ces français dits pigeons, en réalité des favorisés de notre société néolibérale (la loi de la jungle) qui viennent de populariser le « raz-le-bol-fiscal » parce qu’ils refusent de contribuer à la solidarité nationale. Tant que ça touche les pauvres, on la ferme, n’est-ce pas ?
    L’efficacité des « contributions » des supports audiovisuels pour favoriser la création française est indéniable, historiquement. Adapter ces taxes aux nouveaux supports de diffusion est donc logique, puisque la contribution des supports obsolètes baisse ou disparaît et ne joue donc plus sa fonction.
    Par ailleurs, il serait élégant que l’auteur de l’article évite les termes orduriers et méprisants vis à vis d’un ministre (ou de tout autre citoyen). Une opposition politique claire, nette et courtoise suffit, en terme d’efficacité…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un planch... Poursuivre la lecture

https://www.youtube.com/watch?v=BK99Rh5Y0DE

 

Différents médias ont relayé la pénurie de Doliprane produit par Sanofi, qui a commencé à le rationner. Dafalgan et Efferalgan produits par UPSA sont bien achalandés, d’où l’intérêt de la concurrence.

Cette tension sur ce médicament est causée par la demande accrue entraînée par diverses infections, covid, infections ORL et respiratoires saisonnières, grippe et autres. Son principe actif, le paracétamol, provient de Chine, d’Inde ou des USA. Il n’est plus produit en Franc... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles