Serge Schweitzer sur les mouvements contestataires

Serge Schweitzer (Crédits : Serge Schweitzer, tous droits réservés)

De nombreux mouvements se sont créés depuis près d’un an pour protester contre l’augmentation continue des prélèvements obligatoires. Interview.

De nombreux mouvements se sont créés depuis près d’un an pour protester contre l’augmentation continue des prélèvements obligatoires. Contrepoints organise une matinée-débat consacrée à ce sujet brûlant le samedi 21 septembre. Le Professeur Serge Schweitzer introduira la conférence. Interview.

Pourquoi avoir proposé d’assurer l’introduction avec une perspective historique sur les mouvements de révolte lorsque Contrepoints vous a demandé d’intervenir lors de sa conférence du 21 septembre ? 

Serge Schweitzer : D’une part Contrepoints est un média particulièrement sérieux. Et surtout je suis heureux d’intervenir pour un site qui, au lieu de prononcer des exclusives, des exclusions, des évictions, donne la parole à tous les courants libéraux, y compris à des gens qui sont plutôt conservateurs mais qui déjà ne sont pas sociaux-démocrates ou socialistes, ce qui n’est pas rien. D’autre part le risque inhérent au sujet et à de multiples interventions de gens qui sont dans l’action est d’entendre toute la matinée des histoires intéressantes mais particulières, pour ne pas dire catégorielles. Ce n’est d’ailleurs pas du tout insultant, mais une matinée où chaque intervenant raconte ses déboires, désillusions et la  façon dont il essaye d’éviter le pire ou de faire reconnaître ses intérêts peut vite se transformer en catalogue de la Redoute. Il n’est donc pas superflu d’imaginer qu’un propos introductif donne, si le pari est relevé, un sens à la matinée et aux multiples dimensions de cette question délicate.

L’idée même de révolte n’est-elle pas à double tranchant, en ce qu’elle peut aboutir au chaos ?

Serge Schweitzer : J’aurai l’occasion dès le début du court propos introductif de marquer les coûts et les avantages de la notion de révolte. Certes, une vision exogène capable de mettre fin en bloc et d’un coup au système existant peut sembler une opportunité attractive, mais l’historique des stratégies « du passé faisons table rase » invite à une extrême prudence. C’est une chose de renverser l’ancienne France, mais autre chose que de vivre la Terreur. C’est une chose de renverser l’autocratie tsariste, c’est autre chose de vivre le goulag…

Comment voyez-vous évoluer les mouvements actuels, à la lumière des révoltes connues dans l’histoire ?

Serge Schweitzer : Il est rigoureusement impossible de répondre avec certitude à cette question. Les révoltes/réactions actuelles ont ceci de particulier par rapport aux siècles passés que jamais l’emprise et les moyens de répression des hommes de l’État n’ont été aussi puissants, y-inclus dans les régimes démocratiques. Si bien, pour ne prendre qu’un exemple, que sous le temps de la monarchie dite « absolue », en particulier sous Louis XIV, des régions entières sont en quasi-sédition pendant des mois. Peut-on imaginer aujourd’hui l’Ardèche ou le Vaucluse dans une telle situation ? Cela signifie – et c’est l’un des grands intérêts de la matinée – que les voies à découvrir pour endiguer la fiscalité des hommes de l’État sont à construire, car contrairement à la Suisse ou aux États-Unis où le référendum permet des coups d’arrêt puissants ou des retours en arrière, la France ne dispose pas, du moins dans sa pratique, d’un tel outil. Si bien que nous sommes dans une situation assez comparable  à la stratégie des missiles, mesures/contre-mesures, où chaque pas d’une contestation voit les hommes de l’État opposer une parade, sous forme éventuellement de pots-de-vin, qui entraine alors en retour le contestataire à riposter ou pousser son avantage, et ainsi de suite dans un jeu vicieux, pervers, mais qui paradoxalement est fait de points d’équilibre successifs. C’est ce qui explique que depuis au moins 50 ans les prédictions du type « le système est à l’agonie » ou encore « la pression fiscale ne peut plus monter » sont régulièrement démenties.

Comment analysez-vous le dénouement de la contestation la plus médiatisée, celle du mouvement des Pigeons ?

Serge Schweitzer : Les Pigeons ont fait le choix d’un rapport de force et d’une stratégie endogène. À ce jeu leur succès n’a pas été négligeable et naturellement, une fois le résultat obtenu, ils sont retournés dans leurs entreprises, cautionnant par le fait même la survie du système, ce qui vous ramène à votre précédente question : faut-il une stratégie de type tsunami pour tout emporter ou bien faut-il une stratégie de type « donnant-donnant » ? Espérons que cette matinée éclaircira au moins ce point crucial.

MATINÉE DÉBAT

Samedi 21 sept. 2013

08:15 – 12:00

AGECA, salles 7 et 9

177 Rue de Charonne
75011 Paris

 

https://revoltes.eventbrite.fr/

Programme :

Petit-déjeuner offert, de 8h15 à 8h40

Introduction par le Pr. Schweitzer

Tables rondes de 8:40 à 12:00 (pause à 10:20)