Les pièces d’or de la Colombie

Doublon de 8 escudos colombiens

Une présentation des principales pièces d’or de la Colombie.

Une présentation des principales pièces d’or de la Colombie.

Par Charles Sannat.

Les pays de l’Amérique latine ont une histoire très riche en numismatie de par les différentes périodes qu’ils ont traversées de la conquête, en passant par l’Indépendance et les différentes républiques dans certains cas. Dans le cas de la Colombie, ce sont six différentes périodes qui ont influencé la frappe des pièces, en voici le détail :

  • Époque coloniale
  • La première République de la Colombie ou patrie BOBA.
  • La République de la Nouvelle-Grenade
  • La Confédération grenadine (formée par la Colombie et le Panama)
  • Les États-Unis de la Colombie
  • La République définitive, que nous connaissons jusqu’à de nos jours

Époque Coloniale 

Elle s’étend de 1550 à 1810, période au cours de laquelle les Espagnols se sont installés sur le continent américain nouvellement découvert, implantant ainsi la culture espagnole sur les terres colombiennes. Les changements furent nombreux au cours de cette période couvrant les domaines politique, économique, religieux et la culture en général.

L’or était au centre de l’économie à cette époque. C’était la raison pour laquelle les Espagnols avaient décidé de s’installer et de s’étendre sur tout le territoire colombien, à la recherche de métaux précieux. Pour les Espagnols, l’or était un moyen qui leur permettait d’occuper une meilleure position en Espagne, puisqu’à cette époque-là, les titres de noblesse étaient donnés en fonction des quantités de métaux précieux détenus.

C’est au cours de l’époque coloniale que commencèrent à être frappées les premières pièces en Colombie. En 1621, l’ingénieur militaire Alonso Turrillo de Yebra, par ordre royal, fonda le premier atelier colombien, où furent frappées de manière artisanale les premières ‘macuquinas’ d’or d’Amérique, qui sont connus aussi sous le nom de ‘doublons’.

Les doublons équivalaient à 2 escudos et ces derniers à 16 réales.

Description des Escudos

Il existait différents types : de 1, de 2, de 4 et de 8.

Ceux de 1 Escudo pesaient 3,38 grammes, 0.8750 d’or et 0.952 d’once et furent frappés sous le règne de Charles IV.

Avers: Buste de Charles IV, en uniforme regardant vers la droite.

Revers:  Armoiries apparaissant dans une chaine de l’Ordre.

Selon la légende, certaines pièces faisaient allusion à Charles III alors que d’autres tendaient vers Ferdinand VII.

Les premières pièces étaient plutôt irrégulières. Elles ne maintenaient pas la forme parfaitement circulaire de toutes pièces d’aujourd’hui, de par leur conception artisanale. Peu à peu, elles furent conçues par des machines sous le règne de Fernand VI, qui rendirent possible une finition circulaire et la perfection de la frappe.

Les 2 escudos pesaient 6.76 grammes – 0.8750 d’or et 1904 d’once..

Avers: buste de Charles IV, en uniforme, regardant vers la droite.

Revers: Armoiries apparaissant dans une chaîne de l’Ordre.

Les 4 et 8 escudos pesaient 13.5337 grammes et 27.0674 grammes respectivement, l’avers et le revers sont communs à ceux antérieurement décrits, en incluant sur certains la légende de Charles VII et sur d’autres celle de Ferdinand VII.

La première République de la Colombie

Connue aussi sous le nom de la Patrie Boba, ce fut une période comprise entre 1810 et 1816 où il fut question de mettre en place un nouveau gouvernement après l’expulsion des Espagnols. D’un côté, les centristes dirigés par Antonio Nariño dont le modèle de gouvernement centriste échoua la première fois, essentiellement à cause de l’opposition de certaines provinces comme Antioquia, Cartagena, Pamplona, Neiva et Tunja qui souhaitaient un gouvernement indépendant par régions. Ces discussions menèrent uniquement à une guerre civile, favorable à la reconquête espagnole. L’indépendance absolue fut obtenue en 1819.

Ce fut à cette époque que vit le jour le peso colombien en 1810, remplaçant le real.

1 escudo: 16 reals

1 peso: 8 reals

Il est possible de trouver au cours de cette période tant des pesos que des escudos.

Sur ces pièces, commence à apparaitre pour la première fois sur le revers un des éléments qui fait partie des symboles patriotiques de la Colombie comme la cornucopia ou la corne d’abondance, qui apparait de nos jours sur les armoiries de la République de la Colombie.

Cette corne d’abondance déverse l’or et les fruits de la zone la plus chaude du pays.

Revers de la pièce de 8 escudos de la 1ère République de la Colombie

Sur le revers des premiers pesos, il peut être observé les fruits de la terre qui sont déversés.

Sur la partie supérieure du revers, il est porté mention du nom de l’atelier qui a frappé la pièce : Bogota ou Popayan.

Noms des ateliers colombiens

  • B, BA: Bogotá
  • P, PN, Pn POPAYAN: Popayán
  • C, NER, NR,NRE,R,RN,S: Cartagena
  • M: Medellin
  • SM: Santa Marta

Initiales des essayeurs des ateliers de Bogota et Popayan :

  • F: Francisco Rodríguez (de 1800 à 1822)
  • J: Juan José Trujillo y Mutienx (de 1780 à 1803, 1810 à 1822)
  • J: José Antonio Rodríguez et Uzguiano (de 1803 à 1822)

République de Nouvelle-Grenade

Au cours de cette période, commencèrent à être frappées des pièces avec les armoiries de la Colombie et le condor apparaissant sur le revers. Sur la partie supérieure, apparaît la valeur nominale de la pièce : Dix pesos, six pesos, etc …au lieu de l’atelier.

Sur l’avers, bordant la silhouette féminine, peut se lire : République de Nouvelle-Grenade.

La République définitive : les 5 et 10 pesos de Simon Bolivar

C’est au cours de cette période que furent frappées les  pièces de plus grande importance pour les numismates actuels. L’exemple nous est fourni avec les pièces de 5 et 10 pesos colombiens qui intéressent tant les collectionneurs que les investisseurs qui souhaitent disposer de quelques pièces colombiennes au sein de leur portefeuille.

Sur ces pièces, apparaît Simon Bolivar sur l’avers marqué para la légende : République de la Colombie, et sur la partie inférieure du buste, la date de frappe.

Sur certaines des pièces de 5 pesos, des années 1924 à 1927, peut se lire sous le buste de Simon Bolivar : Medellín, désignant l’atelier.

Sur le revers, les armoiries affichant le condor, et sur la partie inférieure est mentionné le poids. Sur la partie droite, s’affichent la pureté ou le décret de la pièce.

– Poids de la pièce de 5 pesos : 7.981 grammes – 0.9170 d’or. 2355 Onces.

– Poids de la pièce de 10 pesos : 15.9761 grammes – 0.9170 d’or. 4710 Onces.

Elles ont un diamètre de 25.90 mm et un alliage en cuivre.

Pour les Colombiens, ces pièces ont une valeur spéciale : elles représentent la liberté obtenue après tant de batailles et de sang déversé. Une manière de faire honneur à son libérateur Simon Bolivar qui a donné sa vie pour une terre libre.

Ce sont des pièces de design très simple mais elles sont riches d’une grande histoire.

Sur le web