La France sur le chemin de Damas

Le rôle joué par la France en Syrie à travers l'histoire n'est pas des plus glorieux et devrait donner à réfléchir à nos va-t-en-guerre.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
alaouite-grand

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France sur le chemin de Damas

Publié le 7 septembre 2013
- A +

Quelques rappels historiques sur le rôle joué par la France en Syrie, qui n’est pas des plus glorieux : voilà qui devrait donner à réfléchir à nos va-t-en-guerre.

Par Philippe Alouates.

Sans remonter jusqu’à Paul, il me paraît que deux époques plus récentes devraient réveiller notre méfiance dans l’affaire franco-syrienne de ces derniers jours, les nains n’ayant pas de mémoire.

La première est celle du Mandat sur la Syrie, attribué à la France par la SDN en 1920. Nous estimions alors (vieux fond colonial…) que tout le littoral syrien relevait d’une zone où devait s’exercer la « mission civilisatrice » de la France républicaine.
Le général Gouraud fut seul jugé capable de s’imposer face aux Britanniques (ah, cette mésentente cordiale !) et aux populations arabes emmenées par un Fayçal auquel Clémenceau avait garanti une Syrie indépendante, et qui voulait – le fou – imposer une Syrie arabe. Gouraud aplatit donc Faycal, entre à Damas, et décide d’organiser la Syrie en la divisant pour mieux régner, en quatre entités politiques distinctes, dont un Territoire Autonome des Alaouites (leur religion est dérivée de celle des Chiites), dans l’idée – typiquement Quai d’Orsay modèle entre deux-guerres – de contre-balancer le pouvoir de la majorité sunnite.

Éclate alors la révolution syrienne de 1925, la plus importante révolte ayant eu lieu sur le territoire de l’actuelle Syrie contre le pouvoir français. L’opposition venait surtout des Druzes, exaspérés par les méthodes des autorités militaires françaises, qui pratiquaient une administration directe, sans discernement ni égard envers les élites et les coutumes locales (toujours ce fond colonial…).
L’attaque du Palais Azem, siège de l’administration française en Syrie, provoque un nouveau soulèvement, et Damas est considérée comme « territoire rebelle ». La loi martiale est instituée, et le général Gamelin (oui, celui qui s’est distingué ensuite en 1940) décide d’utiliser l’artillerie pour écraser la résistance. La ville est bombardée pendant trois jours, et un énorme incendie embrase Damas.
L’état de siège est imposé et les Français préparent un plan de défense de Damas qui a pour but d’isoler la capitale de la guérilla. Ils prévoient d’entourer la ville d’une barrière de fil de fer barbelé. Le projet est nommé « embellissement »…
L’insurrection finira par s’essouffler et la République reprendra le dessus, mais tout cela fait un énorme pataquès dans la communauté internationale, et le Mandat prend du plomb dans l’aile.

La seconde est le soulèvement de 1945.

Après des manifestations réclamant l’indépendance promise, une véritable révolte éclate au Liban et en Syrie. Des affrontements sanglants ont lieu à Damas entre l’armée française et la police syrienne. Les Français bombardent Damas (encore !). La Grande-Bretagne menace d’intervenir militairement. Le parlement syrien a le culot de réclamer avec insistance l’indépendance de la Syrie : l’autorité mandataire le suspend illico en 1934.
Un « traité franco-syrien » conclu sous les auspices du Front populaire en 1936 et prévoyant l’indépendance de la Syrie, restera lettre morte – ce qui n’étonne vraiment personne.
Enfin, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, la France cède à la Turquie la ville d’Antioche, ancienne capitale syrienne, ainsi que sa région, Alexandrette, débouché naturel d’Alep sur la Méditerranée, en échange de la neutralité d’Ankara dans la Deuxième Guerre mondiale : les Alaouites n’oublieront pas ce marchandage indécent.

Devant les promesses françaises non tenues (indépendance proclamée par la France Libre le 9 juin 1941), les nationalistes déclenchent en mai 1945, un soulèvement armé. Il est violemment réprimé par l’armée française, qui bombarde le Parlement syrien et le centre de Damas. Une partie de la citadelle deux fois millénaire est détruite, et on dénombre près de 700 morts.
Cet acte inconsidéré fait réagir les Anglais qui neutralisent les troupes françaises. Humiliation cuisante à laquelle succède une non moins cruelle humiliation : l’expulsion sans ménagement des Français de Damas. Le naufrage du mandat est consommé dans la honte, et les troupes françaises quittent définitivement la Syrie le 17 avril 1946.

Je fais partie de ceux qui ne souhaitent pas leur retour dans ce pays sans mandat. Ni même avec.

À lire aussi :

Syrie : ah, la belle colonie! par Guy Sorman

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Si Obama consulte d’abord le Congrès , c’est ,à mon avis , qu’il espère que le Congrès sera opposé à une intervention en Syrie ,le libérant par là même de sa parole , car le Président US est opposé , lui aussi depuis longtemps à toute intervention en Syrie N’oublions pas les mensonges de Collin Powell au sujet de l’Irak et surtout la « ligne rouge » dont a parlé il y a environ un an Obama lui-même sans se douter ce vers quoi il s’engageait Quant à « Notre Président » il reste fidèle à lui-même : il suivra ce que décidera Obama ,et même l’ONU en espérant que ses rodomontades initiales vont lui servir et contribuer à servir sa cote de popularité et ce peuple de « gôche  » ,qui , parait-il , a contribué à son élection !

    • Ce n’est pas si simple…. Il faudrait arrêter de voir en Obama le gentil « prix nobel de la paix ».

      Rappel :Obama revoit lui-même les death list, les assassinats ciblés par drone.

      http://tinyurl.com/8gks5lj

      Article du New York times de mai 2012.

      Je sais que tous les gogos français (et autres) étaient en extase au sujet d’Obama, contre le méchant Bush, mais n’oublions pas les faits.

      Mais okay admettons qu’Obama ne veuille surtout pas du guépier syrien… pourquoi alors depuis 2 ans… les USA font tout pour Y ALLER ?

      Cette affaire de « ligne rouge » n’est pas récente. Ca fait 2 ans que les USA courent après El Assad. Les USA arment des rebelles (indirectement voire directement), font la guérilla à l’ONU au sujet de la Syrie, multiplient les provocations, rallient des opposants, etc.

      Il y a une REELLE volonté d’en découdre, étalée dans le temps.

      Donc comment peut on affirmer aujourd’hui : « le Président US est opposé , lui aussi depuis longtemps à toute intervention en Syrie » ?

      Ca ne colle pas avec les faits, avec l’histoire récente.

  • Barack Obama prix Nobel de la paix?Quelle imposture!Au moins Bush était clair dans ses intentions!Même si je n’approuve pas ce qu’il a fait comme la torture , Guantánamo ou le patriot act…

    • Ah la torture. C’est vraiment une question délicate que voilà. On parle de la torture moderne de Guantánamo plus psychologique que réellement physique pas de la cruauté moyenâgeuse. A priori comment peut on être pour un truc pareil. Mais d’un autre côté savoir qu’en tartant un dingue on peut sauver des gens ça fait réfléchir. J’suis incapable d’émettre une opinion. Est-ce que ça a fait de Bush un monstre? D’Obama un héro pour l’avoir supprimée?
      En tout cas ça a fait un prix Nobel (en partie)

  • Aucune colonie ou « protectorat » (on sait ce que cela signifié en vérité ce terme édulcoré) n’a eu la quelconque légitimité. C’est la plus grand honte française moderne que cette colonisation civilisatrice. La négation absolue du bon sens libéral et des droits des autochtones sur leurs terres.
    Et on voudrait y retourner parce qu’on a foiré notre mission civilisatrice quelque part… Pauvre socialisme, toujours hanté par ses vieux démons.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

Par Samuele Furfari.

Après avoir adopté une stratégie hydrogène pour faire comme tout le monde, l’écologiste Tinne Van der Straeten, ministre fédérale belge a signé ce 3 novembre 2021 un protocole d'accord avec la Namibie pour produire de l'hydrogène baptisé vert parce que produit par électrolyse de l’eau grâce à de l’électricité photovoltaïque solaire, hydrogène qui sera transporté en Belgique. L’écocolonialisme est la forme moderne du colonialisme.

On comprend que madame la ministre, au demeurant historienne, ne soit pas en me... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Armen Tigranakert.

Le 28 juillet, le département du Trésor américain a imposé des sanctions au groupe rebelle soutenu par la Turquie, Ahrar Al-Charqia responsable du meurtre scandaleux de la femme politique kurde syrienne Hevrin Khalaf en 2019, afin que les auteurs de violations des droits humains répondent de leurs actes.

La décision prise à l’initiative de l’administration Biden peut difficilement être considérée comme amicale envers la Turquie, a apparemment fait craindre à Ankara  le sort de ses alliés dans le nord-ouest... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles