Historique : la suppression de Fannie Mae et Freddy Mac est envisagée !

fannie-mae

La suppression des agences Fannie Mae et Freddy Mac pourrait bien être un geste historique, mais sans effet si la relance par le crédit est toujours à l’ordre du jour.

La suppression des agences Fannie Mae et Freddy Mac pourrait bien être un geste historique, mais sans effet si la relance par le crédit est toujours à l’ordre du jour.

Par Vladimir Vodarevski.

La nouvelle la plus importante du numéros des Échos du mardi 7 août se trouve page 5. Elle aurait pu faire la une. En effet, le quotidien annonce que le président des États-Unis Obama veut supprimer les agences Fannie Mae et Freddy Mac !

Ce serait un geste historique. Fannie Mae a été créée par le New Deal, pour faciliter l’accession à la propriété des habitants des États-Unis. Freddy Mac a été créé plus tard, mais reprend la même philosophie. Ce serait un symbole du New Deal qui serait supprimé.

Ces deux agences rachètent aux banques les crédits hypothécaires, afin de permettre à ces dernières d’augmenter le volume des prêts immobiliers. Ainsi, Les Échos rapportent qu’avant la crise neuf demandes de prêt sur dix sont passés par une des deux agences. Et, à ce titre, ce que ne souligne pas le quotidien économique, ces deux agences ont été parmi les principaux vecteurs de cette crise.

Sous les présidence de G. W. Bush et B. Clinton, il a été demandé à ces agences de soutenir davantage l’effort envers les emprunteurs plus fragiles, comme l’écrit Les Echos. En clair, il s’agit d’accorder des prêts à des populations peu ou pas solvables. Cela afin de soutenir la croissance. Ce sont ces crédits, appelés crédits subprime, qui ont provoqué la crise [1].

Cependant, Obama veut supprimer les agences, mais continuer à encourager le crédit, ce qui n’est pas logique. C’est supprimer un moyen pour le remplacer par un autre, pas de supprimer le principe de favoriser le crédit. Selon Les Échos, l’idée de l’administration US est de faire assumer les risques par le privé. Mais, dans le même temps, il propose que l’État ait un rôle de réassurance. Un rôle « limité » selon Les Échos. Mais la garantie de l’État a-t-elle jamais été limitée ? Les États-Unis ont connu un précédent sauvetage bancaire, il n’y a pas si longtemps, celui des caisses d’épargne. À partir du moment où l’État garantit, le risque repose sur l’État.

En outre, faire peser le risque sur les banques privées supposerait également de retirer à la Fed, la banque centrale US, le rôle de prêteur en dernier ressort, qui garantit aux banques qu’elles disposeront toujours d’une sources de refinancement en cas de problème. Il n’y a pas de moyen terme en matière de risque : soit le privé assume tout, soit les autorités publiques garantissent tout. À partir du moment où l’État entre en jeu, le mécanisme de responsabilisation des acteurs est faussé.

D’autant que l’administration des États-Unis continue de vouloir stimuler l’économie par le crédit. Il y aura donc toujours des encouragements aux banques pour qu’elles prêtent sans être trop regardantes.

La suppression des agences Fannie Mae et Freddy Mac serait donc un geste historique, mais sans effet si la relance par le crédit est toujours à l’ordre du jour, à travers la Fed notamment, et de nouveaux canaux.


Sur le web.

Notes :

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.