Théâtre : François et Jean-Marc jouent à la marchande

Et si la politique gouvernementale se jouait en une pièce de théâtre ?

Et si la politique gouvernementale se jouait en une pièce de théâtre ?

Un sketch en un acte par LeRus.

François : Bonjour Madame Michu, comment allez-vous aujourd’hui ?

Mme Michu : Oh, ça va. Enfin, à cause de cette foutue flotte depuis des mois, j’ai mes rhumatismes qui me lancent.

Jean-Marc : Pourquoi vous ne mettez pas un peu de baume PS, vous savez la crème à base de vaseline, ça aide bien, hein François ?

François : Mouiiiii. Arrête ! Tu es coquin Jean-Marc. (rires) Bon, alors Mme Michu qu’est-ce que je vous mets ?

Mme Michu : Avez-vous un peu de Francapaisée fraîche ?

François : Heuu, attendez que je regarde….

(il descend à la remise)

François (de loin) : Je croyais en avoir, c’est ballot. J’en avais promis à Melle Modème mais en fait je n’ai que de la poudre aux yeux en bouteille. C’est un peu vieux, 1981, mais c’est de la bonne qualité !

Jean-Marc : Oh oui, qu’est-ce qu’on en a vendu pendant les années 80 ! À présent tout le monde en fait, c’est bien triste.

François (plein de toiles d’araignées dans les cheveux) : Tenez ! J’ai retrouvé une boîte de Clairevoyance ! Euh, en fait non, la boîte est vide… Zut alors ! C’est de plus en plus difficile à en avoir, tout part à l’export.

Mme Michu : Ça n’arrange pas mes affaires ça. Vous avez des pots de Compétences ?

François : Oui, mais pas beaucoup. Elles sont un peu décrépies, je vous vends les trois pour le prix de deux.

Mme Michu : C’est gentil comme tout. Au fait, vous avez entendu ce qui est arrivé à Monsieur Cahuzac, le docteur ?

François : Oh oui, c’est terrible ça… Perdre tout son stock de Crédibilité si rapidement ça doit faire un coup. Enfin, il n’a pas tout perdu, on a découvert dans son cabinet tout un tas de Fokurie de première qualité. Il devrait pouvoir les revendre à bon prix, il y a de la demande dans le quartier.

Jean-Marc : Et avec ça ?

Mme Michu : Où avais-je la tête ? On y perd la tête avec toutes ces histoires ! Bon, il me faut absolument de la Croissance à longue tige.

Jean-Marc : Ah ça, vous êtes mal tombée ! Toute la cargaison commandée est bloquée à la douane. Ils ne veulent pas laisser passer, il paraît que nous avons reçu de la contrefaçon made in china. Vous vous rendez compte ! Par contre, j’ai un bon Chômage si vous voulez ?

Mme Michu : Il est frais ?

Jean-Marc : Oui, très frais, on en reçoit tous les jours de Monsieur Paul Employ. En plus il est lardé de Tripatouillages certifiés par l’Insee.

Mme Michu : Bon d’accord, mais pas trop quand même…

François & Jean-Marc (en cœur) : Non, bien sûr !

Mme Michu : Et des Investisseurs, vous en avez ?

François : Ah ça, de moins en moins. On en a reçu du Qatar, mais ce n’est pas terrible terrible. J’ai de l’Emploijeune, euh pardon, de l’Emploidavenir. Ils changent tout le temps la marque, on s’y perd !

Jean-Marc : Ahahah (rires)

Mme Michu : Pourquoi pas. Vous en avez en quelles variantes?

Jean-Marc : Voyons ça. On a beaucoup de Kevins, du Wesh, du Zep, et puis du Domtom bien sûr.

Mme Michu : Mettez-moi un peu de Wesh et quelques Kevins pas trop nazes.

Jean-Marc : Je vous mets ce qu’il y a de meilleur, Mme Michu, vous pouvez compter sur moi. Au fait, cette fois-ci il n’y a plus de consigne à retourner. C’est moins cher et plus pratique, vous pouvez les garder.

Mme Michu : Ouais, je ne sais pas trop où je vais les caser une fois utilisés, mais bon, ça peut toujours servir. Sinon, pour ma voisine, j’aurai besoin d’un peu de Bonnezidées.

François : Mais c’est très cher de nos jours ! Ça aussi ça part illico à l’export. J’ai un peu de Mariagegay si vous voulez.

Mme Michu : Non merci, j’en n’ai pas besoin. Et puis avec toute cette pub à la télé, ils m’ont un peu fatiguée. Alors, pour ces Bonnezidées ? Ne me distrayez pas trop s’il vous plaît.

Jean-Marc : Eh bien, repassez la semaine prochaine, on en aura peut-être de fraîches.

Mme Michu : Alors, qu’est-ce qui me reste à prendre… Ah oui, il me faut de la Compétence !

Jean-Marc (d’un air triste) : Tout parti à l’export… Il reste quelques vieux çà et là qui en produisent, mais il faut bien chercher. Nous, dans notre boutique on n’en a pas. On a déjà cherché, on n’a pas trouvé.

Mme Michu : Alors mettez-moi une botte de Courage, il en faut ces temps-ci.

Jean-Marc : Je suis un peu embêté parce que nous n’en avons plus beaucoup.

François : On n’en a jamais eu beaucoup il faut dire ! (rires)

Mme Michu : Bon, je vous le laisse pour des plus nécessiteux. Il vous reste quoi alors ?

Jean-Marc : Voyons ça… Euh, des Taxes bien sûr, du Boukemissaire de droite, de la Loisociétale de gauche, des Bobards tous neufs et aussi beaucoup de Toupets par boîte de 12.

Mme Michu : Et de l’Espoir ?

François : Pas beaucoup… Mais on le remplace facilement par de la Démagogie en tube. Tenez, je vous en fait cadeau d’un !

Mme Michu : Bon, j’imagine que vous n’avez plus de Honte non plus ?

Jean-Marc et François (en cœur) : Mais on n’en a jamais eu ma brave dame.

Mme Michu : Ah oui, j’oubliais. Bon, ça nous fait combien tout ça ?

Jean-Marc : Mais rien du tout ! Vous payerez plus tard ! On n’est pas difficile.

Mme Michu : C’est gentil ça. Eh bien mettez moi donc en plus un paquet de Grandprojets, quelques Profs (on n’en a jamais assez) et une Usine-à-gaz en kit.

Jean-Marc : Voilà, je vous ai tout mis dans un cageot.

François : Merci Mme Michu, et à bientôt

(Une fois seuls) Jean-Marc : Eh, François, tu sais quoi, je lui ai mis du fonctionnaire à la place de lemploidavenir, Pfff (rires).

François : Oh, ce n’est pas grave, c’est un peu la même chose !

François : Et cette pluie qui tombe…

Jean-Marc : On pourrait peut-être vendre des parapluies?