Pauvreté, capitalisme et libéralisme : ce qu’on ne vous dit pas

En 20 ans, le capitalisme et la mondialisation ont sorti 1 milliard de personnes de la pauvreté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pauvreté, capitalisme et libéralisme : ce qu’on ne vous dit pas

Publié le 6 juillet 2013
- A +

Par Loïc Gonsolin, depuis Montréal, Québec.

« S’il est facile de repérer la pauvreté, il est plus difficile de la définir ». La Banque mondiale, dont nous utiliserons ici les données, a tendance à mesurer la pauvreté à travers le pouvoir d’achat des ménages, leur capacité à subvenir aux besoins essentiels. C’est pourquoi le seuil de pauvreté peut varier d’un pays à un autre par exemple. L’objet de cet article sera l’étude de l’évolution de la pauvreté dans le monde au cours des vingt dernières années, période où libéralisme et mondialisation qualifiaient le mieux l’économie mondiale.

Au vu des critiques qui fusent envers la mondialisation d’un bord, et la libéralisation économique de l’autre (à la fois cause et conséquence de la mondialisation), nous pourrions, noyés dans un océan médiatique de plus en plus hostile à la mondialisation et aux idées libérales, croire que l’ultime solution pour un monde meilleur serait de mettre un frein au libéralisme typique des pays dits du Nord, qui exploitent les pays en développement par l’entremise des délocalisations notamment.

L’issue parait logique, limiter l’implantation d’entreprises multinationales à la recherche de contraintes syndicales moindres et d’une main-d’œuvre moins coûteuse dans les pays en développement limiterait directement l’exploitation de millions de travailleurs des pays du Sud et résoudrait partiellement les problèmes de chômage du Nord. Toutefois, la dynamique est en réalité plus complexe. Il faut savoir regarder au-delà de ces deux conséquences, les répercussions de ces délocalisations sur la vie des populations des territoires d’accueil – qui sont souvent mieux payées que par les entreprises nationales ou locales – et l’impact que pourrait avoir un potentiel départ des firmes multinationales d’un pays en développement.

« Entre 1990 et 2010, la part de la population mondiale faisant face à la pauvreté est passée de 43,1% à 20,6% »

C’est alors qu’il convient d’estimer les répercussions de cette fameuse libéralisation économique sur la présence de la pauvreté dans le monde. Les derniers chiffres de la Banque Mondiale, datés de 2010, indiquent une sensible chute de la pauvreté. Cette chute n’a malheureusement pas eu un écho à la hauteur de son importance dans les médias. En fait, entre 1990 et 2010, la part de la population mondiale faisant face à la pauvreté est passée de 43,1% à 20,6%.

Comment explique-t-on cela ? C’est cette fois très simple. Cette amélioration est due à la croissance économique et à la libéralisation qu’a connu cette période. L’essor de l’économie chinoise est un exemple. Suite à l’ouverture de son économie dans les années 1980, la Chine est passée du communisme, où l’extrême pauvreté touchait 80% de la population, à une économie nettement plus libéralisée, où 10% de la population demeure extrêmement pauvre, soit une baisse de 70% en 30 ans. Le pays a d’ailleurs vu l’incroyable nombre de 680 millions de ses habitants sortir de la pauvreté.

Certains diront pour montrer les limites du libéralisme que, pendant que la pauvreté a diminué, les inégalités économiques ont crû. C’est vrai. Une fois la pauvreté éliminée, ce sera le nouvel objectif que prôneront les ONG, améliorer le partage de la croissance économique. On ne peut être sur tous les fronts à la fois. Comment lutter contre la pauvreté tout en luttant contre les inégalités sachant que le premier objectif est largement tributaire de la croissance économique et que le second est la conséquence de la croissance économique ?

Pour finir, d’autres donneront pour alternative au capitalisme, avec pour rude conviction l’élimination des inégalités, le communisme (voir à ce sujet mon article ici). Croire en un tel mode de fonctionnement, de nivellement par le bas – qui plus est, ayant montré son incapacité à apporter une solution à la pauvreté et son incompatibilité avec la démocratie au cours du XXe siècle – serait ne pas connaître la nature et l’essence même de la pensée humaine, en plus de fermer les yeux sur l’impact positif de la libéralisation chinoise, entre autres, sur sa population. Près de six millénaires avant notre ère, les Sumériens (voir à ce sujet le livre de Thomas Cahill, The Gifts of the Jews), populations de Mésopotamie (actuel sud de l’Irak), première civilisation urbaine, ancêtres de la civilisation dite de l’Ouest, étaient déjà dotés de cet esprit de compétition que chaque humain, et même animal, a encore aujourd’hui, bien que ne se l’avouant pas toujours. Esprit de compétition que castre le communisme collectiviste.

Quoi de plus tyrannique que d’imposer un mode de vie contre nature qui n’a jamais montré de signes de réussite ? Réfléchissons, Staline avait dit que nul ne peut instaurer le communisme sans passer par un régime dictatorial. Restons modérés, améliorons le système capitaliste libéral qui a sorti, en vingt ans, 1 milliard de personnes de la pauvreté.


Sur le web.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • le terme « sorti » veut tout dire, comment peut-on affirmer 1 mia de personnes sont sortis de la pauvreté et de l’autre affirmer que 70% des chinois sont sortis de la pauvreté… serait-ce le fait que l’on a augmenté le nombre de pauvre hors de la Chine ?

  • L’État est entièrement responsable du chômage.
    Si l’État, demain, cessait d’imposer l’usage de sa monnaie fiduciaire, abolissait toutes les réglementations (excepté l’obligation de respecter ses contrats et la prohibition de la fraude), révoquait les lois qui punissent des actes non-violents (drogues, copyright, diffamation, prostitution…), supprimait les impôts et les taxes (qui sont impossible à distinguer du vol puisque payés sous la contrainte) leur substituant si nécessaire une participation volontaire ou un système de paiement contre service rendu, révoquait tous les privilèges, subventions et monopoles, supprimait les tarifs de douane, privatisait les hôpitaux, les transports et les écoles (en les transformant en coopératives gérées et détenues par les usagers et/ou les employés), remettait la solidarité sociale aux mains de la société civile (associations, mutuelles…), démantelait l’armée permanente (qui est une menace pour nos libertés, un outil aux mains des tyrans et un coût pour l’économie) en lui substituant des milices citoyennes et se limitait, enfin, dans un rôle de police, de maintien de l’ordre et de défense des droits et des biens de tous les citoyens; si l’État, demain, faisait tout ceci, le chômage disparaîtrait du jour au lendemain et la France entrerait dans une ère de prospérité sans précédent.
    (On peut bien rêver, non?)

  • essayons de contre-argumenter

    1 il y a quelques decenies une majorité de francais n’avait pas de compte bancaire il a fallu que le fisc impose l usage du chequier pour le versement des salaire …., j imagine que dans certain pays « en retard  » il en va de méme ( d’intuition je dirai que la Visa/mastercard c est pas la norme et que la tracabilité de l argent liquide ainsi que sa velocité sont tres difficile a aprehender )

    2 quelle place a l economie souteraine , le troc dans cette etude ?

    3 qu en est t il des individus vivant en autarcie ( type famille isolé vivant de l agriculture / du troc )?

    4 dans combien de pays l’etat est une notion bien plus abstraite que celle du clan ou de l ethnie ?

    5 qu en est t il de l inflation pour l histoire du seuil psychologique des 2 dollar par jours ? le pouvoir d achat d un dollars est il constant dans le temp ? l augmentation des revenus est t elle plus rapide moins rapide que l inflation reelle

    les etudes de la BM sont toujours tres rigolote si on reflechi a tout les parametres manquants et/ou ingnorés .

    de plus la notion de pauvreté et trés tres ethnocentrique

    • Les études de la banque mondiale n’utilisent pas le dollar mais le dollar PPA, donc votre argument est fallacieux 😉

      • Effectivement il a tort sur l’inflation, mais certains arguments ont du sens. 😉

        L’argent ne fait pas le bonheur, il ne fait qu’y contribuer.

        Le seuil de pauvreté est totalement arbitraire.

        Cependant, cher bobobo33, ce genre d’études reste intéressant parce qu’il permet une analyse stable dans le temps.

  • Juste pour me moquer : Comment on calcule un pauvre ?

  • Curieux… la population mondiale est actuellement de 7,1 milliards, en 1993 elle était de 5,6 milliards… différence : 1,5 milliards de nouveaux terriens. Sachant que sur ce « milliard » de nouveaux « non pauvres » 480 millions sont chinois (sachant que la démographie de la chine à augmentée sur la même période de 166 millions. 1.185 contre 1.351) il reste donc 520 millions de nouveaux « ex pauvres » sur 1.2 milliards de nouveaux terriens non chinois… total 700 millions de nouveaux vrais pauvres depuis 1993 soit + 14% de la population terrestre de 1993….quel résultat magnifique.

    Par ailleurs la chine n’est pas exactement une victoire du libéralisme mais celle d’un productivisme privatisée et encadrée par l’état doublé d’un protectionnisme assez malin… le « libéralisme » en lui même aura sans doute plus été une victime du système chinois qu’autre chose.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs jours, les médias et les réseaux sociaux crachent leur haine sur le milliardaire Elon Musk après son rachat de Twitter. N’aurait-il pas pu régler tous les problèmes du monde avec ces 44 milliards d’euros ?

À la base de ce déferlement, la haine de la liberté, l’ignorance de l’économie.

 

Merci au capitaliste !

Soyons clairs : Musk fait davantage pour le pouvoir d'achat de l'individu lambda que tous les syndicalistes et hommes politiques du monde, et davantage pour l'écologie en aidant à fournir des mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles