L’euthanasie du socialisme

Le regard de René Le Honzec sur l’Euthanasie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euthanasie (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’euthanasie du socialisme

Publié le 30 juin 2013
- A +

La commission a rendu son rapport en demie-teinte (rose) après les promesses du programme de Flanby, dépassé par sa gauche-verte qui veut euthanasier en joie.

Le problème du socialisme, c’est qu’il refuse de reconnaître la gravité de son état de délabrement avancé et qu’il essaye par toutes les perfusions de durer (enseignants en rab, vote immigré, emprunts, déficit aggravé…), craignant la contagion de son modèle soviétique, qui, lui, a été acculé au suicide par Eltsine assisté. On pourrait lui proposer des soins palliatifs avec la lente perfusion de sérum libéral pour remplacer le sang leucémié rose. Mais les atteintes déjà très anciennes au cerveau ne m’apparaissent gère encourageantes quant à une issue heureuse.

De requiem socialibus

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Dans son sketch sur les sens giratoires et les sens interdits, le génial Raymond Devos dénonçait il y a plus de 50 ans quelques-unes des contradictions du mode d’administration de notre économie. Enfermé dans un système circulaire dont il ne peut plus sortir, son automobiliste est sommé par un agent public de payer une taxe de séjour…

Depuis, les ronds-points ont proliféré et les choses ne se sont pas du tout arrangées.

La France, pays du fromage et du vin est aussi devenu celui des ronds-points. On sait qu’il y en avait 12 000 ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

John Maynard Keynes est un orphelin idéologique.

Il suffit de lire des passages de sa Théorie Générale, pour s’apercevoir que le grand homme, sentant que son texte renforçant les prérogatives de l’État s’éloignait grandement du libéralisme, prît soin de flatter, autant que faire se pouvait sans trahir son propos, la famille qu’il quittait, sans manquer d’attaquer le marxisme.

Orphelin idéologique, et mort à l’issue de la guerre, J.M. Keynes a été adopté post-mortem par les socialistes, alors que lui-même s’en était explicitement... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles