Quelle Afrique qui se lève ?

Le renouveau économique de l’Afrique ne doit pas occulter les points durs qui restent à résoudre : corruption, sous-utilisation des ressources et manque d’impact de la création de richesse sur la population.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quelle Afrique qui se lève ?

Publié le 15 juin 2013
- A +

Le renouveau économique de l’Afrique ne doit pas occulter les points durs qui restent à résoudre : corruption, sous-utilisation des ressources et manque d’impact de la création de richesse sur la population.

Par Obadias Ndaba [*].
Un article de Libre Afrique.

On nous rappelle constamment ces temps-ci que l’Afrique se lève et qu’elle abrite six des dix économies les plus dynamiques au monde. En mars, The Economist écrivait que « l’Afrique est le continent le plus dynamique au monde en ce moment », et « la frontière la plus chaude » pour les investissements. Selon la couverture du Times Magazine intitulée « Africa Rising » (L’Afrique se lève), le continent est « la prochaine puissance économique du monde », l’hebdomadaire ajoutant les défis à relever. Le Wall Street Journal y voit « une nouvelle ruée vers l’or ». Pour le Financial Times le phénomène est celui de « l’appel de l’Afrique ». Un rapport de McKinsey Global a pu appeler les pays africains en croissance « les lions en mouvement ». D’autres, comme le magazine Forbes, ne se satisfont pas simplement de l’éveil africain : c’est un éveil très rapide. Il y a même un nouveau livre intitulé The Fastest Billion (le milliard le plus rapide – en écho à l’ouvrage de Paul Collier The Bottom Billion, le milliard du bas).

Bien sûr il se passe de très bonnes choses en Afrique, mais l’histoire ne s’arrête pas là. Elle a plusieurs facettes. L’Afrique est en croissance, mais cette dernière semble laisser les populations sur le bord de la route. La célébration semble donc prématurée, un peu comme si nous posions le toit de la maison avant d’en avoir jeté les fondations. Voilà qui est très risqué : même un petit vent pourrait faire s’écrouler notre maison et conduire ce nouveau « slogan » sur l’Afrique à disparaître comme d’autres avant lui.  Africains, soyons prudents : il faut du temps pour construire une maison !

Une nouvelle étude de la Banque africaine de développement (BAD) et le Global Financial Integrity révèle que de 1980 à 2009 l’Afrique a perdu 1,2 milliard à 1,4 milliards de dollars en sorties illicites de capitaux financiers, c’est-à-dire de l’argent sale, comme la corruption, l’évasion fiscale etc. C’est une quantité incroyable d’argent, plus de trois fois le montant total de l’aide étrangère reçue sur la même période. Cela remet en question l’hypothèse courante que l’Afrique reçoit de l’argent sous forme d’aide à l’étranger et d’investissements étrangers de ses donateurs et partenaires. En effet, l’Afrique donne plus au reste du monde qu’elle n’en reçoit ! Le rapport montre que le continent est un créancier net ; mais à travers des moyens illicites.

« La fuite des ressources de l’Afrique au cours des 30 dernières années, presque équivalente au PIB actuel de l’Afrique, bloque l’envol de l’Afrique », selon le professeur Mthuli Ncube, économiste en chef et vice-président de la Banque africaine de développement. Il ajoute que « le continent africain est riche en ressources naturelles. Grâce à une bonne exploitation des ressources, l’Afrique pourrait être en mesure de financer une grande partie de son propre développement ».

La « puissance économique » de l’Afrique a tendance à faire pire que le reste du monde. Le rapport indique que l’Afrique du Sud, la première économie de l’Afrique, a perdu 170 milliards de dollars en ressources nettes sur une période de 30 ans en sorties illicites. Pour le Nigeria, la deuxième économie africaine, les choses sont encore plus graves : plus de 250 milliards de dollars ont quitté le pays. Un autre rapport en 2012 montrait que le Nigeria a perdu plus de 400 milliards de dollars seulement en corruption pétrolière depuis l’indépendance en 1960, ce qui est beaucoup plus que son PIB courant de 268 milliards.

Juste avant le dernier rapport, l’Afrique faisait les gros titres encore pour de mauvaises raisons. Un nouveau rapport de l’Africa Progress Panel présidé par l’ancien secrétaire général des Nations unies, M. Kofi Annan, révèle que l’Afrique est en proie à des contrats miniers et transferts financiers secrets, et que des entreprises exploitent les vastes ressources naturelles de l’Afrique à cause de la mauvaise gestion, de la corruption et de la faiblesse du leadership dans de nombreux pays riches en ressources.

La République démocratique du Congo permet d’illustrer ce problème. Emblème de la richesse en minéraux (on estime qu’elle abrite plus de 2.400 milliards de dollars dans son sous-sol), le pays est également le plus pauvre de la planète selon l’indice de développement humain de l’ONU. Le rapport détaille l’ampleur des tractations secrètes au Congo, qui partent de la plus haute sphère du pouvoir, avec cinq contrats au prix sous-évalué, coûtant au pays 1,4 milliard de dollars. Le rapport a noté que « le chiffre était équivalent au double des budgets combinés de l’éducation et de la santé de la RD Congo». Dans un seul contrat avec l’Eurasian Natural Resources Corp, le pays a perdu 725 millions de dollars. Et pourtant, la croissance économique du Congo en 2012 a été très forte, à 7,2%, et devrait être encore plus élevée en 2013.

Pas étonnant que la croissance économique soit impressionnante dans une grande partie de l’Afrique, mais qu’elle ne profite pas encore aux populations. L’Afrique a son problème des « 1% ». Avec plus de 5% de croissance annuelle du PIB, et des projections à la hausse, la croissance s’est accompagnée de peu de croissance de l’emploi et la pauvreté ne diminue pas aussi rapidement qu’elle le devrait. Dans certains pays, comme l’Afrique du Sud, la richesse est si concentrée entre les mains de l’élite que regarder le PIB par habitant n’a plus aucun sens. Si l’on observe globalement, l’impression est bonne, mais après examen, les choses ne sont pas exceptionnelles. Ou, du moins, pas encore. Pas d’afro-pessimisme ici, simplement les faits.

Voilà le paradoxe économique : à quoi servent des chiffres  impressionnants de croissance du PIB sans création d’emploi et sans impact réel sur la vie des gens ? L’indice de développement humain des Nations unies, une mesure du bien-être général des populations, fournit une meilleure illustration. Son dernier rapport montre qu’une grande partie de l’Afrique occupe encore le rang le plus bas par rapport à d’autres régions. Et les dix pays les moins avancés appartient à l’Afrique.

Il semble que faire croître une économie soit beaucoup plus facile que d’en tirer un véritable développement. Le point de départ devrait être une guerre contre la corruption et le transfert illicite de ces énormes sommes d’argent hors de l’Afrique. Avec une bonne gestion de ce que nous possédons, nous n’avons pas besoin d’aide extérieure.

Le changement de récit médiatique à propos de l’Afrique, auparavant considéré comme trop négatif, est bienvenu. Mais cela ne doit pas signifier être aveuglément positif, car cela nous amènerait à devenir complaisants et à oublier comment aborder nos plus grands défis. Les défis qui nous attendent, comme la lutte contre la corruption et le déficit de gouvernance dans certains pays, sont énormes. Les optimistes et les pessimistes sur l’Afrique ont raison, avec des données et des faits pour étayer les arguments.

Oui, l’Afrique s’éveille dans le nouveau siècle après des décennies de stagnation. Mais elle est encore le continent le plus pauvre, et de loin, et sa croissance a tendance à être davantage tirée par ses matières premières que par la création de valeur ajoutée sur la base de ses ressources ; d’où une position beaucoup plus fragile au sein de la compétition économique internationale.

L’Afrique de demain sera le résultat de ce que ses dirigeants actuels décident aujourd’hui. Les dirigeants doivent assurer une meilleure gestion et un investissement des recettes provenant des ressources naturelles, ainsi qu’une Afrique plus intégrée pour parvenir à une sorte de pouvoir de négociation dans les enceintes internationales et une Afrique mieux gouvernée, pour continuer à avancer. Sinon, le nouveau récit médiatique ne tiendra pas et la maison pourrait bien tomber avant d’être construite. Ce serait une tragédie.


Sur le Web.

[*] Obadias Ndaba est président du World Youth Alliance, une organisation internationale ayant un statut consultatif auprès de l’ONU et de l’Union européenne.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • malheureusement pour l’afrique , ces dirigeants sont aussi corrompus , voire plus que les dirigeants d’autres pays ; ils délaissent leur population , et ne pensent qu’à s’enrichir impunément ; il y aura beaucoup de mort et de misère avant que les choses ne changent…..si elles changent ….c’est la cupidité et la bétise de quelques uns qui foutra le monde en l’air ;

  • Quelques pistes pour comprendre.
    L’Africain n’appartient jamais à un « pays », mais à une tribu. Ce sentiment évolue, mais très lentement.
    Un dirigeant, lui aussi, fait partie de sa tribu, et se fout du reste.
    Gagner sa vie n’a pas le même sens qu’ici, puisque celui qui a de l’argent doit le partager avec une 50aine de personnes de sa famille.
    La notion d’épargne est donc totalement inconnue.
    Les choses évoluent par assimilation de certains vues occidentales : je connais des africains/africaines qui ont de belles plantations ou de jolis business, mais qui le cachent soigneusement à leur famille …
    A grande échelle, tout cela porte à planquer son magot aussi loin que possible.

    Autre point : la richesse d’un pays n’est jamais répartie dès le départ. On voit une classe supérieure s’enrichir, puis leur prospérité descendre progressivement vers leurs fournisseurs, et ainsi de suite.
    Les pays pauvres qui ont des très riches ont bien plus d’avenir que ceux où tout le monde est pauvre …

    Foutez la paix à l’Afrique ! C’est un continent extraordinaire, fait de gens imaginatifs, débrouillards, positifs, courageux et philosophes.

    Notre martingale sociétale s’est développée pendant 2 mille ans, et le résultat est assez médiocre pour que nous cessions de vouloir l’imposer partout.

    Cessez aussi de prendre les africains pour de « bons nègres naïfs » : quand vous aurez eu à discuter avec eux, vous verrez qu’ils sont tout sauf niais !

    Laissez le temps au temps. Laissez les empocher leurs royalties ultra copieuses, ou de croire que les méchants occidentaux les plument.

    Rome ne s’est pas faite en un jour, laissez-lui le temps, laissez-là commercer, cessez ces valses hésitations entre subsides et protectionnisme, aimez-la et faites-lui confiance.

    • Entièrement d’accord avec vous, MPS

    • « Foutez la paix à l’Afrique ! » +1000

    •  » Notre martingale sociétale s’est développée pendant 2 mille ans, et le résultat est assez médiocre pour que nous cessions de vouloir l’imposer partout. » Ah bon !

      J’ai pourtant cru observer naguère que les japonais imitaient, avec réussite les produits occidentaux.

      Je crois savoir que les chinois imitent, illégalement, des produits occidentaux.

      Je ne vois pas en quoi la détention de richesses naturelles est une fragilité.
      Je ne vois pas en quoi disposer de richesses naturelles ne servirait pas le développement d’une économie évoluée.

  • Encore une fois, les « ressources naturelles » ne peuvent pas servir de base de développement d’une économie un tant soit peu évoluer. Tout comme l’économie de la France à du laisser de coté sont économie agro alimentaire pour progresser les seuls vrai moyens de faire décoller l’économie d’un pays réside dans l’innovation. il faut créer, inventer, être plus performant. Si l’argent quitte l’afrique c’est parce qu’il ‘pas de projets réellement innovant et en rupture et cet état de fait est évidemment du à la présence écrasante des états plus ou moins autoritaire qui (à l’image de la France) détruise la liberté, taxe toute création de valeur de manière rédhibitoire, foule au pied la propriété, organise le capitalisme de connivence et font reigner une insécurité chronique.
    Il n’y aura aucun décollage véritable en Afrique tant qu’un minimum de liberté, de sécurité et de stabilité se seront pas en place.

  • Cet article c’est du vœu pieux, de l’incantation, la danse autour du totem.

    Dénoncez donc les corrompus, plutôt que la corruption qui n’est pas un concept spécialement importé.

  • Cet article est stupide.

  • C’est marrant mais la moitié des dictateurs là-bas (ou l’on été) sont marxiste-leniniste. Faut pas s’étonner qu’ils soient pauvres.

  • Peut-être le premier handicap de l’Afrique est-il mental. Riche en ressources, le continent est pauvre en entrepreneurs. Les élites formées sur place ou à l’étranger visent des situations de prestige et comptent s’établir socialement sur les bienfaits qu’elles leur autoriseront. Le seul risque accepté est celui du concours.

    Or, il y a un artisanat africain, lucide, compétent et très inventif. Il serait intelligent de pousser les meilleurs à se transformer en petites industries, puis de les faire grandir et de les gérer. Tant que l’Afrique n’aura pas d’industrie banalisée (comme le Sud-est asiatique) elle restera sous la ligne de flottaison des statistiques mondiales. Les PIB relevés ne veulent rien dire, on le sait bien.

    Mais l’Afrique aspire aussi à faire des choses en commun, entre soi.
    Serait-il interdit d’imiter la Chine qui développe son « farwest » sur la base de la double grille ?
    Couvrir le continent d’une grille (réseau) électrique en même temps qu’une grille ferroviaire. Il y a déjà de beaux tronçons.
    C’est ce qui fut développé par ici…
    http://royalartillerie.blogspot.fr/2012/06/la-double-grille-africaine.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Par Jean-Michel Lavoizard[1. ancien officier des forces spéciales, dirige une compagnie d’intelligence stratégique active en Afrique depuis 2006].

Alors qu’au cœur de l’été occidental les baromètres climatiques et géopolitiques enregistrent des « pics de température », une double activité diplomatique parallèle, française et russe, s’attache à réchauffer des alliances politiques africaines jugées trop tempérées.

Vu d’Afrique, malgré une couverture médiatique flatteuse d’une presse de régime, la France a beaucoup à perdre dans ce... Poursuivre la lecture

le wokisme neo-racisme gauche
7
Sauvegarder cet article

L'obsession de la gauche radicale de tout centrer sur la race et le sexe a abouti à l'apothéose de la prochaine sortie du film The Woman King.

L’épopée historique est centrée sur le véritable royaume africain du Dahomey, qui existait pendant le partage de l'Afrique à l'âge des empires, entre 1800 et 1904.

Viola Davis incarne le général Nanisca, chef d'un groupe de guerrières composé intégralement de femmes baptisées les Amazones du Dahomey, alors qu'elle lutte contre les tentatives européennes de conquérir le royaume.

Oua... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles