Croatie : la désillusion européenne

En Croatie comme dans beaucoup d'autres pays d'Europe, le désamour pour l'Union Européenne est fort.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Croatie : la désillusion européenne

Publié le 3 juin 2013
- A +

En Croatie comme dans beaucoup d’autres pays d’Europe, le désamour pour l’Union Européenne est fort.

Par Alex Korbel.

Le taux de participation lors des premières élections législatives européennes en Croatie le 14 avril 2013 a été un maigre 21 %. Ce n’est que le dernier exemple en date de la déconnexion qui existe entre les décideurs de l’Union européenne (UE) à Bruxelles et les électeurs dans les différents États membres du continent.

Moins d’un quart des Croates ont ainsi décidé d’aller aux urnes. Ceci est sans doute révélateur de la désillusion des citoyens croates à l’égard de alors même que la Croatie est prête à adhérer à l’Union le 1er juillet prochain. Ce phénomène ne se semble d’ailleurs pas se cantonner au cas de la Croatie.

Le Parlement européen, où siègent 754 députés, est le seul organe de décision directement élu de l’UE. En tant que tel, il représente l’unique possibilité pour les électeurs à travers l’Europe de jouer un rôle direct dans l’élaboration des politiques de l’Union.

Il est également l’organe de décision le plus faible de l’Union. Bien que les différents traités successifs aient donné au Parlement européen un peu plus de prérogatives, il lui manque encore quelques-uns des pouvoirs législatifs fondamentaux que l’on trouve au sein des parlements nationaux. Il n’a même pas de droit d’initiative pour proposer un texte et doit demander formellement à la Commission de le faire en son nom.

Or, l’élite politique de l’Union européenne continue de prôner qu’une  « union sans cesse plus étroite ». Ce serait à la fois ce que les peuples d’Europe veulent mais aussi ce dont ils auraient besoin. Reste que les tendances électorales ne semblent pas du même avis. Après avoir atteint un taux de participation de 62 % lors des premières élections législatives européennes en 1979, la participation électorale n’a pas cessé de diminuer  à chaque élection parlementaire européenne ultérieure.

En février 2013, les électeurs italiens ont aussi manifesté leur mécontentement en votant massivement pour un parti politique mené par un comédien. Cette élection est rapidement devenue une source d’embarras pour l’ancien Commissaire européen et Premier ministre italien Mario Monti.

En effet, les sondages récents officiels montrent que le soutien à l’UE est au mieux mitigé. Seuls 33 % des Européens déclarent avoir confiance en l’Union européenne, alors que 29 % d’entre eux déclarent que l’UE représente quelque chose de très négatif pour eux.

La crise économique qui couve toujours à Chypre ainsi que dans le reste de l’Union a envoyé aux électeurs croates un rappel brutal, à savoir que la poursuite de l’intégration politique européenne pourrait ne pas être une panacée.

Ce faible taux de participation électorale semble indiquer que la plupart des Croates en ont pris bonne note.


Publié le 28 mai 2013 sur 24hgold.com

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Qui peut s’en étonner, quand certains pays comme la France ont la manie de s’attribuer tout ce qui va (les financements de grands travaux par le Feder, par exemple), et de rejeter sur l’UE toutes leurs propres bourdes.

    Si les députés, cependant mandatés par leurs électeurs nationaux, se les roulent dans la farine et ne font jamais rapport de leurs activités à leurs électeurs.

    Si la presse, qui ne couvre déjà que très subjectivement quelques débats à l’Assemblée Nationale, est d’une vacuité totale pour tout ce qui se passe au Parlement européen.

    Preznez mille types au hasardn et demandez-leur ce qui a été débattu au P

  • {Le Parlement européen, où siègent 754 députés, est le seul organe de décision directement élu de l’UE.}

    Effectivement, élus. Mais la bonne question à se poser serait :
    QUI sont donc ces éligibles (forcément à confirmer, sinon restez silencieux, Mr/Mme l’électeur).
    Sachant que nos régimes européens sont hautement particratiques, leurs « envoyés spéciaux » vers cet hémicycle sont très peu représentatifs d’un véritable souhait de la population. Suffit d’observer la manière de « travailler » en usage dans ces cercles.
    Soit la justification de tous les discrédits à propos des institutions.
    Carriérisme et juteux émoluments sont deux ressorts puissants des « aspirations idéologiques » parmi la plupart des 754 qui vont pointer entre Strasbourg – Bruxelles – et le PARTI ! Soit de la démocratie à la sauce particratique…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs mois, une escalade militaire se dessine à la frontière ukrainienne, des déclarations inquiétantes sont formulées côté russe, des avertissements solennels sont donnés côté occidental. Des officiels et des medias rappellent que le risque de guerre entre l'Ukraine et la Russie n'a jamais été aussi élevé. Mais la guerre à l'Est aura-t-elle lieu ? Rien n'est moins sûr.... Faisons un tour de la question pour comprendre les enjeux et ressorts de cette situation problématique.

La montée des tensions à la frontière ukrainienne, l'... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

La présidente de la Commission européenne Ursula van der Leyen vient d’annoncer qu’elle est en faveur d’une discussion sur la vaccination obligatoire dans les pays de l’Union européenne. Si pour l’instant le choix est laissé aux États, une brèche est ouverte. Le risque que les dirigeants européens s’y enfoncent est important.

La position favorable de la Commission envers la vaccination obligatoire risque de soulever des remous majeurs dans l’UE et tout particulièrement dans des pays eurosceptiques aussi bi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles