L’Europe, remède miracle et bouc émissaire

François Hollande veut « sortir l’Europe de sa langueur ». On se demande où il vit pour proférer pareil propos : elle n’a jamais été aussi active !

Selon la presse, François Hollande veut « sortir l’Europe de sa langueur ». On se demande dans quel dimension il vit pour proférer pareil propos. L’Europe n’a jamais été aussi active. Entre l’aide au pays en difficultés, et la réforme bancaire, elle n’a jamais évolué aussi rapidement.

Par Vladimir Vodarevski.

Ce que veut Hollande, c’est que l’Union européenne emprunte pour donner de l’argent à ses membres. C’est toujours l’idée d’une relance par l’endettement financée par l’Europe que veut le socialiste. Il se place ainsi dans la continuité de l’utilisation que font les politiciens français de l’Europe.

Quand il s’agit de voter un référendum, l’Europe est parée de tous les atouts. Ceux qui votent contre sont des europhobes. Car l’Europe doit permettre à la France d’imposer sa politique à tout le continent. Par contre, quand la France connaît des difficultés économiques, c’est la faute à l’Europe. Celle-ci libéralise les services, et tire les salaires vers le bas, où elle maintient un euro trop fort et pénalise les exportations françaises.

Aujourd’hui, Hollande refuse toute réforme en France et attend le salut de l’Europe. Pourtant, croire qu’un emprunt européen relancera par miracle l’économie est une totale absurdité.

En effet, pour emprunter, l’Union européenne a deux solutions. Soit les États membres garantissent les emprunts. Ce qui fait que les emprunts dépendent de leur capacité à rembourser, finalement. C’est déjà ce qui existe aujourd’hui pour l’aide aux pays en difficultés. Et ne change rien pour la France.

Soit l’Union européenne instaure un nouvel impôt, sur les citoyens, les entreprises ou les nations, pour rembourser l’emprunt. Ce qui signifie des prélèvements supplémentaires sur la France. Et donc plus d’austérité. D’autant que la France est la deuxième économie de la zone euro. Elle supporterait une part importante d’un emprunt européen.

De plus, le taux d’intérêt d’un emprunt européen ne serait pas forcément très bas. Il dépendrait de la situation de l’Union dans son ensemble. Le taux pourrait dépendre du maillon le plus faible. Un problème en Espagne et le taux augmenterait. Finalement, la France devrait, indirectement, payer un taux plus élevé que pour ses propres emprunts.

Hollande considère sans doute que c’est l’Allemagne qui paiera. Mais l’Allemagne n’a pas une situation budgétaire si saine. Son endettement est important, du même ordre que celui de la France. D’autre part, l’Allemagne n’est pas assez grande pour financer l’Europe à elle seule. La France est la deuxième économie de la zone euro, l’Italie la troisième. L’Allemagne n’est pas à ce point puissante pour financer ces pays.

François Hollande propose donc un emprunt européen sans se soucier des modalités qu’il pourrait prendre. Dans la droite ligne de l’attitude des politiciens français vis-à-vis de l’Europe. Et se défausse sur l’Europe des problèmes de la France : si la France va mal, c’est la faute à l’Europe qui ne veut pas l’aider !

Et pourtant, la France a beaucoup profité de l’Union. Son agriculture s’est construite avec l’Europe. L’euro a maintenu des taux d’intérêt très bas pour les entreprises et les particuliers. L’euro a permis à la France d’emprunter à des taux très bas, et continue de lui permettre d’emprunter à des taux très bas. L’euro permet le déficit budgétaire, et la politique de relance que mène le pays. En effet, les établissements financiers de la zone euro ont des obligations d’investir en euro, et dans des titres d’État. La France, dans une Europe en crise, est un des pays les moins mal en point. Elle a une économie diversifiée. Son marché obligataire est large. Donc des capitaux affluent pour financer la France. Ils affluent d’autant plus que les difficultés d’autres pays réduisent le choix des gérants de fonds.

Malheureusement, la France n’a pas utilisé les facilités que lui offre l’Europe pour chercher à améliorer son économie. Elle en a profité pour ne rien faire. Et elle accuse l’Europe qui l’aide de l’obliger à des efforts, alors que l’Europe soulage les efforts que la France devrait faire sans elle. Ce faisant, elle crédibilise les extrémistes qui accusent eux aussi l’Europe.

L’Europe est une grande idée. Elle a permis la paix. Là est son plus grand apport. Auparavant, une crise comme celle d’aujourd’hui entraînait une guerre. Ce sont les leçons des guerres qui ont conduit à l’Europe. Malheureusement, les politiciens ne respectent rien. Ils sont prêts à gâcher une belle idée à leur intérêt personnel.

—-
Sur le Web