La dégringolade du prix de l’or, pourquoi ?

Le cours de l’or est en chute libre depuis quelques jours; baissant d’environ 15% depuis le début d’avril. Pourquoi ? Que faire ?

Le cours de l’or est en chute libre depuis quelques jours; baissant d’environ 15% depuis le début d’avril. Pourquoi ? Que faire ?

Par Le Minarchiste, depuis Montréal, Québec.

Le cours de l’or est en chute libre depuis quelques jours; baissant d’environ 15% depuis le début d’avril et de presque 8% seulement durant la journée de lundi (graphique 1).

La forte augmentation du prix de l’or suite à la crise financière, d’environ $800 en 2008 à $1,800 en 2011, est attribuable au désir des investisseurs de se prémunir d’un débasement massif de la monnaie. Au cours de ces années, les banques centrales du monde ont démontré leur dévotion immuable à imprimer de la monnaie à profusion pour soutenir leurs grandes banques, monétiser les déficits de leurs gouvernements, garder les taux d’intérêts à des niveaux très bas et dévaluer leur monnaie pour stimuler les exportations. Lorsque la quantité de monnaie en circulation augmente, les prix montent, ce qui fait en sorte que le pouvoir d’achat de la monnaie diminue. L’achat d’or a permis aux investisseurs de se protéger de ces dévaluations. Cependant, des choses inattendues se sont produites.

Premièrement, malgré la croissance fulgurante de la masse monétaire (graphique 2), l’inflation des prix à la consommation est demeurée timide, autour de 2% pour les États-Unis (graphique 3). Pourquoi? Parce que la nouvelle monnaie n’a pas été injectée dans l’économie; elle demeure sous forme de réserves excédentaires auprès de la banque centrale (graphique 4). La croissance du crédit est médiocre et la vélocité de la monnaie s’est grandement affaiblie (graphique 5), ce qui démontre que l’économie américaine (entre autres) est en période de désendettement. Cet environnement n’est pas propice à une accélération de l’inflation, surtout quand le taux de chômage demeure à un niveau élevé.

Deuxièmement, l’autre grande théorie des « gold bugs » était que le dollar américain allait s’affaiblir (graphique 6). Cela ne s’est jamais produit puisque presque tous les pays industrialisés ont maintenu des politiques similaires (création de monnaie, déficits, etc). Un taux de change est une chose relative; une comparaison entre deux monnaies. Si les deux côtés de la comparaison se détériorent, alors le taux de change….ne change pas!

Troisièmement, en 2011, le prix de l’or a commencé à ressembler à une bulle spéculative. À cet égard, il faut savoir qu’il est facile pour les grandes banques d’investissement d’emprunter pour acheter l’or sur les marchés des futures avec un levier de dix pour un, voire cent pour un. Le marché des futures sur l’or est 100 fois plus gros que le stock d’or physique sur la planète. Les banques peuvent aussi prêter de l’or sans que celui-ci ne sorte de leur voûte. L’or est ainsi devenu une valeur synthétique, gonflée par le crédit facile. L’or est en quelque sorte devenu la victime de son propre succès!

Quatrièmement, si l’inflation ne s’est pas manifestée dans les prix à la consommation, pour les raisons ci-haut mentionnées, elle s’est manifestée dans les prix des actifs; c’est-à-dire les actions boursières et l’immobilier (entre autres). Jusqu’en 2011, tout allait bien car l’or montait encore plus que la bourse, mais à partir de 2012, quand le dollar US s’est mis à s’apprécier, que l’immobilier résidentiel a entamé une reprise et que le prix de l’or s’est mis à stagner, le dégonflement de la bulle était imminent (graphique 7). Il n’y avait plus suffisamment d’acheteurs pour soutenir le prix à ce niveau, les investisseurs préférant acheter des actions à dividendes ou des obligations corporatives (car un lingot d’or ne génère pas de revenu).

Beaucoup de gens avaient investi dans l’or à travers des fonds négociés en bourse (ETFs), lesquels avaient accumulé d’importants stocks d’or. Comme la demande physique d’or est plutôt limitée (l’or est utilisé comme bijou et dans les circuits électroniques), la liquidation de ces fonds ne se fait pas sans heurt et fait chuter le prix drastiquement. Les achats des banques centrales des pays du BRIC ne suffisent pas à absorber ce métal.

Pour plusieurs, cette vente de feu est le résultat d’une manoeuvre d’étouffement du prix de l’or par le gouvernement, les banques centrales du G7 et/ou les grandes banques commerciales. Ce n’est pas impossible, mais je ne suis pas friand des théories du complot. Il est plus probable que ce soit des fonds de couverture qui ont vu l’opportunité de dégonfler la bulle en profitant du fait que le marché aurifère a été gonflé par des positions financées par marge de crédit et que le marché physique est peu liquide. L’un des catalyseurs a probablement été la rumeur voulant que la banque de Chypre allait vendre ses réserves d’or (14 tonnes) pour financer le sauvetage de ses banques.

Par ailleurs, les titres de compagnies aurifères baissent encore plus que l’or lui-même. Je n’ai jamais été friand de ces titres. Quand le prix de l’or monte, comme ce fut le cas de 2008 à 2011, les entreprises minières parent à la quête de nouveaux projets…toutes en même temps. Cela met énormément de pression à la hausse sur les coûts (salaires, machinerie, terrains, etc) car elles se concurrencent toutes pour les mêmes ressources. Ces projets mettent des années à être complétés. Pendant ce temps, la demande physique se rationne et le recyclage s’intensifie, ce qui fait baisser le prix. Les taux d’intérêt augmentent ce qui fait grimper les coûts de financement. Une fois les projets en opération, l’offre augmente, ce qui fait aussi baisser le prix. Les minières se retrouvent donc avec des marges compressées car les coûts ont gonflé et le prix a baissé. C’est pourquoi seulement 35% des mines sont rentables! Cette année, les entreprises aurifère canadiennes ont observé une compression significative de leurs marges de profit, et la baisse récent du cours de l’or accentuera cette tendance.

Conclusion

Certains, comme Paul Krugman, profitent de cette débâcle pour discréditer l’or comme alternative monétaire. Pourtant, cette baisse de prix ne change rien aux attributs de l’or comme monnaie. Les gouvernements du monde vont continuer de créer de la monnaie ex nihilo et de dévaluer le pouvoir d’achat de leur monnaie. Et le système étalon-or a démontré qu’il était plus stable et qu’il permet d’éviter les graves crises financières (voir ceci). Il faut différencier l’or comme investissement spéculatif dans un système de monnaie fiat de l’or comme assise d’un système monétaire à réserves entières.

En fait, le comportement du prix de l’or ces derniers jours et ces dernières années n’est qu’un symptôme des problèmes reliés au système monétaire actuel. Les bulles spéculatives et les récessions qui les suivent sont causées par la création excessive de monnaie. L’objet de la bulle ne dépend que de la « saveur du moment ». En 2000 c’était les actions reliées à l’internet. Puis ce fut l’immobilier résidentiel. Et suite à la crise financière de 2008, ce fut l’or. Le fait que l’or soit une alternative monétaire préférable au système actuel de monnaies fiduciaires centralisées ne le protège aucunement de faire l’objet de spéculation….avec de l’argent fiduciaire créé à partir de rien et prêté à un taux d’intérêt réel négatif!

Personnellement, je ne suis pas très friand de l’or en tant qu’investissement parce que je ne crois pas que nous assistions à un retour de l’étalon-or dans un futur rapproché et qu’entre temps, son prix est fort volatil en raison de la spéculation à crédit. Ceux qui ont acheté de l’or à $1,600, ou même $1,800, s’en mordent possiblement les doigts présentement. Ceci dit, il se peut bien qu’ils puissent réaliser un profit sur cet or dans 10 ou 15 ans. D’ailleurs, malgré cette forte baisse, le prix de l’or demeure 75% plus élevé qu’à son niveau de 2008 et n’est en fait revenu qu’à son niveau de début 2011. À noter que les ventes de pièces d’or du US Mint ont explosé mercredi, donc certaines personnes en profitent pour acheter de l’or physique (graphique 9). En passant, j’avais écris sur le sujet en 2010 (ici).

1 : Ce graphique montre le prix de l’or depuis 6 ans:

2 : Ce graphique montre la masse monétaire des États-Unis:

3 : Ce graphique montre le taux d’inflation aux États-Unis:

4 : Ce graphique montre les réserves excédentaires des banques américaines qui dorment à la Fed:

5 : Ce graphique montre la vélocité de la monnaie:

6 : Ce graphique montre le taux de change du dollar US versus un panier de devises:

7 : Ce graphique compare le prixde l’or à la bourse américaine (indice S&P/500):

8 : Ce graphique montre l’inventaire d’or du Comex, qui montre de grosses ventes au niveau des futures:

9 : Les ventes de pièces d’or ont explosé mardi et mercredi:

Sur le web