Fascisme rose

Le regard de René Le Honzec
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
rené le honzec : fascisme rose

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fascisme rose

Publié le 18 avril 2013
- A +

Le regard de René le Honzec sur la Manif Pour Tous, le mariage homosexuel et les débordements du gouvernement.

Sympathisant de la Manif pour tous, je ne partage pas les opinions de certains libéraux relatés sur Contrepoints ce qui est naturel, le libéralisme n’étant pas une science exacte. Mais c’est d’un autre aspect que je voudrais pamphléter : ce fascisme rose qui va du politiquement correct aux brutales répressions de la Manif, que tout le monde a pu apprécier sur le Net, les médias ayant complaisamment copié les mêmes rares échauffourées entre jeunes gens bien mis et CRS en habits de gala.

Ce long et vieux combat de la gauche socialo-marxiste depuis un siècle et quelque pour s’imposer par la rue qu’elle s’est appropriée avec ses nervis syndicalistes, ses retraités CGT, ses étudiants gauchards manipulés, ses associations bidons de bien-pensance.

Surtout cette vertu auto-proclamée par les partis de Ferry le colonisateur, Blum des races supérieures, du Front Popu’ fossoyeur de 40, de Mendès bradant l’Indo, de Mollet du contingent en Algérie, de Mitterrand de l’alliance avec le PCF du Goulag ; les sauveurs de Florange, Arcelor Mital qui avaient enterré la sidérurgie lorraine il y a 30 ans…

Courte mémoire, mais aussi et surtout, au travers de cette Manif qui rappelle celles de 84, le spectre d’une France discrète, d’une France profonde qui remonte et surgit à la surface de la vie citoyenne qu’elle assume et envahit, submerge, ridiculisant les traditionnelles manifs-de-gauche -syndicalistes par ses ampleurs, sa fraîcheur, son imagination. Danger bien perçu par Nabotrose Ier et ses cohortes de réseaux socio-politico-médiatiques qui vont tout faire pour transformer ces contrariants inattendus en factieux qui rappellent Les Pires Heures De Notre Histoire. De mon temps (68 et années 70), on ne sortait pas sans son casque et son manche de pioche ; la violence habituelle des syndicalistes (salariés) est telle qu’il faut une loi de complaisance pour la faire oublier des tribunaux. Ces jeunes gens et ces aimables quinqua/sexagénaires, hommes, femmes et enfants n’ont même pas réussi à blesser quelques policiers. Ultime guignolerie, l’interpellation de quelques joyeux drilles portant le sweat-shirt de la Manif en ville… Ultime preuve de ce fascisme rose et mou qui ne rêve que de contrôler régions, départements, état, gouvernement et idées et qui perçoit le danger de ce mouvement incontrôlé, échappant aux partis et à leurs caciques, qui pour l’instant ne s’occupe que d’avenir civilisationnel mais pourrait, lassé, s’ingérer dans la politique vulgaire du niveau de ces dirigeants, gauche et droite, incapables de prévoir pour gouverner, et qui n’ont su qu’emprunter pour exister.

Indignez-vous!

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Je ne suis pas le dernier à agonir la MpT, mais force est de reconnaître qu’elle a permis de faire tomber le masque du socialisme : soudain, est apparu le bon vieil autoritarisme de gauche, sa morgue idéologique, son goût turgescent pour la censure. En cela, quoique j’appelle de mes vœux son extinction, le mouvement aura été un révélateur intéressant.

  • https://docs.google.com/document/d/1bM-J0MDiO7lLbWZOvmZnkwTGyE3n6CYxik5RIgQdunI/edit?usp=sharing
    Le lobby guet s’oppose à la justice naturelle

    Pourquoi il paraît évident que les soi-disant « libertariens » qui défendent la dénaturation orwellienne du mariage par la police d’état
    n’ont pas lu Hans-Hermann Hoppe.
    ( http://docs.google.com/View?id=dc2m8p62_783g4fdb9dq )

    Le libéralisme minarchiste, en acceptant l’existence de l’état, accepte que les hommes de l’état usurpent le Droit que les propriétaires et leurs associations ont d’imposer chez eux leurs conceptions de la morale ; cependant, craignant l’arbitraire de l’état, il refuse que celui-ci impose un ordre moral, même correspondant aux préférences de la majorité.
    Dans cette mesure, le libéralisme minarchiste se fait le complice d’une « intégration forcée » qui permet à des Indésirables d’imposer leur présence à des communautés qui ne les ont pas invités quelle qu’en soit la raison, que leurs moeurs soient objectivement irrationnelles ou leur paraissent simplement incompatibles.
    Il s’ensuit que la condamnation des politiques d’ordre moral par le libéralisme minarchiste procède non pas de sa volonté d’appliquer jusqu’au bout les principes du libéralisme, mais au contraire de son refus de le faire en rejetant la légitimité même de l’état.
    http://lumiere101.com/2011/01/19/etat-minimum-et-anarcho-capitalisme-le-grand-ecart/

    En invoquant à l’appui de ce contresens cette vérité essentielle que les vices ne sont pas des crimes, le libéralisme minarchiste oublie que c’est seulement à certaines conditions que les propriétaires acceptent chez ceux ceux qui ne le sont pas, et que s’écarter de normes de comportement prévues par ce contrat constitue bel et bien bien une violation du Droit : unee société entièrement libre n’est pas res nullius, où n’importe qui peut faire n’importe quoi, c’est au contraire une mosaïque où certaines conduites acceptées ici seront au contraire réprimées là ; et c’est dans sa volonté d’imposer des règles uniformes que l’injustice de l’état apparaîtra d’abord, puisque la mise en oeuvre du seul principe objectif, celui du consentement des propriétaires légitimes, le seul qui soit justifié parce qu’il est le seul qui ne conduise à aucune contradiction, doit au contraire se traduire par une myriade de règles différentes — la cohérence logique étant le moyen de preuve de la philosophie politique :
    cette erreur sur le principe qui peut être mis en oeuvre sans contradiction, ce qui veut dire toujours et partout, est l’exemple même du « pseudo-universalisme ».
    http://lumiere101.com/2013/03/08/le-pseudo-universalisme/

    Nous avons aussi fait une émission sur la manière dont la Caste Exploiteuse du socialisme pseudo-démocratique invoque les « droits de l’homme » contre ceux du « citoyen » pour détruire plus avant ce qui reste des Droits de propriété en imposant son intégration forcée :

    Les pseudo-élites judiciaires contre la Justice Naturelle
    http://lumiere101.com/2010/04/19/les-pseudo-elites-judiciaires-contre-la-justice-naturelle/

    Ni les « droits de l’homme » ni ceux du « citoyen » ne sont en eux-mêmes des principes universels, ni universalisables : ils ne peuvent servir qu’à contenir l’arbitraire des hommes de l’état mais certainement pas l’empêcher parce que les uns et les autres ne sont que des Ersatz de la justice naturelle, que l’état viole par son existence même et une fois que la seule norme objective possible, celle du consentement des propriétaires légitimes, est violée, on est forcément dans l’arbitraire :

    « il n’existe pas de norme objective au nom de quoi on puisse violer le consentement d’autrui »
    (Ayn Rand).

    L' »idéologie des droits de l’homme » consiste à méconnaître la part d’arbitraire de ces « droits de l’homme » qu’en réalité on ne peut pas appliquer jusqu’au bout sans contradiction ; avec pour conséquence que dans bien des cas les « droits de l’homme » doivent contredire ceux du « citoyen » comme entre autres Benjamin Constant l’a souligné, non sans choisir parfois les uns contre les autres d’une manière qui ne peut être qu’arbitraire.
    Invoquer les « droits de l’homme » contre les « droits du citoyen » c’est donc méconnaître que les uns et les autres ne sont que des Ersatz incohérents et choisir les uns contre les autres sans comprendre à quel point ce choix est arbitraire.
    J’avais écrit, pour illustrer cet arbitraire et défendre l’Ersatz des Droits du citoyen :

    « Comme le minaretisme, le burqisme est un communisme »
    http://docs.google.com/View?id=dd5p97fh_24c3cmr2cq

    Cette démonstration, appliquée à des sophismes sans-papiéristes, décrit aussi bien ceux des défenseurs du « mariage »-partouze.
    La solution juste, celle d’une régulation naturelle des moeurs par contrat avec les propriétaires légitimes, étant exclue par hypothèse de l’imposition par la force d’un « espace public », on a le choix entre deux injustices :

    — celle qui impose à tout le monde par la force les préférences morales de la majorité, et
    — celle qui impose à tout le monde par la force les préférences morales d’une ou plusieurs minorités.

    Il va de soi que, toutes choses égales par ailleurs, la seconde option est la plus pénible, puisqu’elle empoisonne la vie de plus de monde, et qu’en tous cas par définition elle n’est pas démocratique.

    Le lobby de la sodomie, comme la Gestapo du racisme institutionnel anti-blanc se disant prétendument « antiraciste », est un exemple de ces minorités tyranniques qui prétendent imposer contre la majorité leurs conceptions de l’ordre moral, conceptions de l’ordre moral qui interdisent déjà par la violence toute critique de leurs Vaches Sacrées en tant que telles : violence qu’on ne voit pas beaucoup condamner par les soi-disant « libéraux » qui font de la politique, ce qui illustre une fois de plus à quel point est incohérente la condamnation des politiques d’ordre moral par le libéralisme minarchiste.

  • Houla… Mais dans quel pays vit l’auteur de cette parodie d’article ? Car affirmer, je cite : »ridiculisant les traditionnelles manifs-de-gauche -syndicalistes par ses ampleurs » c’est soit sortir de l’asile psychiatrique soit avoir été terré au fin fond d’une grotte pendant 20ans !!!!
    Ouah la belle ampleur… 340.000 manifestant au mieux (ah on me souffle dans l’oreillette 75 million selon les organisateurs….) quand y’a 3 ans, les fameuses manifs anti réforme des retraites (celles des méchants gauchistes syndicalistes…) regroupaient près de 3 millions de personnes (selon la police hein….) c’est a pleurer de rire !!!! Quand a dire que la manif-homophobe c’est de gentils bourgeois en manteaux de fourrure avec leurs joyeux bambins c’est être aveugle, ou, excusez-moi le terme, totalement con ! Ah moi s que la croix celtique, les Rangers et le crâne rasé ne soit subitement à la mode dans la « haute » (comme on dit).
    Quand a ce qui est du mariage, pour tous ou seulement quelques uns, en tant que « gaucho » (comme vous aimez le vomir cher auteur) je suis plutôt pour sa SUPPRESSION pure et simple !!! Car le naturalisme nous apprends que les animaux, qu’à rares exception, ne se « marient » pas… et donc fondamentalement l’homme n’est pas fait pour (loi naturelle, libéralisme…etc, etc.)
    Donc gardez vos arguments sur la dictature sanglante soflérinienne pour des choses plus crédibles, vous le seriez plus vous même. Et sachez bien qu’il s’agisse du peuple de droite ou celui de gauche, les règles d’une manifestation sont les mêmes pour tous: parcours défini en préfecture, lieu de dissolution obligatoire et service d’ordre de l’organisation grandement recommandé. Et de fait, les coups de matraques et autres lacrymos également les mêmes pour tous en cas de manquement…. Voilà.
    PS: je ne vous ai pas entendu pleurer quand des retraites de 75 barreaux se faisaient « lacrymer » pendant les manifs anti réforme des retraites, et je ne vous voit pas non plus larmoyer quand des étudiants de 20 piges se font casser des matraques sur le pif… Simple oubli ? Idéologie aveugle ? Bêtise ou mauvaise foie de votre part ? Ou un peu tout a la fois non ?
    Et bon samedi quand même…

    • René Le Honzec
      21 avril 2013 at 7 h 01 min

      le simple fait de reprendre le chiffre de la propagande officielle, pour un « gaucho », est amusant; prétendre avoir vu la croix celtique est dans le droit de fil du fascisme insineux rose-rouge; exiger une tenue « korrekte » des manifestants (elle le fut, moi aussi j’ai visionné quantité de vidéos) au moment de l’amnistie des manifs violente de vos kamarades gauchos, c’est se foutre du monde, cher contradicteur. Et en tant que catholique, moi non plus je ne reconnais pas le mariage…civil. Mais j’en admets la nécessité dans une société déchristianisée et par ce que je suis cultivé et connais 15 000 ans d’histoire des unions, toutes de pénis et de vagins, dans toutes les cultures et civilisations, qui cherchaient à stabiliser cette pratique pour empêcher razzias (Les Sabines) et esclavage..

  • Dessin excellent, comme toujours.
    Je souscris également au texte.
    Bravo.
    La France se réveille et réclame sa liberté.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

S’il est bien une chose qui frappe l’opinion publique française avec la violence d’une charge de nitroglycérine, ce sont les révélations de privilèges dont jouiraient ceux qui nous dirigent. Ça ne manque jamais. Jean Castex pris en flagrant délit de masque dans la poche, Jean-Michel Blanquer surpris à Ibiza, Olivier Véran testé positif ou plus anciennement, les costumes sur mesure offerts à un ancien Premier ministre candidat à l’élection présidentielle.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

Dès qu’une personnalité... Poursuivre la lecture

Extrait de Philippe Nemo, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains, PUF, 2002, p. 779-781.

Si l’on entend par socialisme une doctrine, ou une famille de doctrines, condamnant la propriété privée, prônant la mise en commun des biens, imposant des conduites normées qui restreignent la liberté individuelle, il est clair – et les premiers socialistes ont explicitement revendiqué cette parenté – que le socialisme peut et doit être rapproché des « communautés primitives » ayant précédé l’émergence de l’État et des so... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles