Le fonds Elliott débouté par la justice française

La Cour de cassation a créé la surprise en confirmant que le célèbre fonds d'investissement américain Elliott ne pouvait pas saisir en France des créances dues par trois sociétés à l'État argentin.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Allégorie de la justice (Crédits : Scott, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le fonds Elliott débouté par la justice française

Publié le 10 avril 2013
- A +
Allégorie de la justice (crédits Scott, licence creative Commons)
Allégorie de la justice (Crédits : Scott, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

La présence d’une clause contractuelle permettant des saisies sur « ses revenus, actifs ou biens » a semblé insuffisante à la justice française pour autoriser des saisies dans l’Hexagone.

Cette décision a étonné les professionnels. « Ce qui est incroyable, c’est que la Cour de cassation fait dire à la Convention ce qu’elle ne dit pas, s’étonne Mathias Audit, professeur de droit. Son rôle est d’appliquer les textes de loi, or on a le sentiment qu’elle traite l’Argentine comme un consommateur qu’il faut protéger à tout prix ; elle sort de son rôle. » Même son de cloche pour Caroline Kleiner, professeur d’université : « Il s’agit d’une interprétation osée de la Cour. ».

En les avocats français du fonds pourraient envisager un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme : « C’est une atteinte disproportionnée portée aux droits des créanciers, qui érode encore la confiance déjà ébranlée des investisseurs dans la dette souveraine et risque d’entraîner un assèchement du crédit sur les marchés pour certains pays ».

Lire l’article entier sur Les Échos.


À lire aussi : Le déclin de l’Argentine sous les Kirchner

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fabio Rafael Fiallo.

Quand on regarde l’état délétère où se trouve aujourd’hui l’Argentine, on a peine à croire que, au début du XXe siècle ce pays dépassait l’Allemagne et la France en termes de PIB par tête. Qui plus est, tout au long de quatre décennies, son taux de croissance annuelle fut supérieur à celui des États-Unis. Aujourd’hui, par contre, l’Argentine se débat avec un revenu moyen inférieur à celui de ses voisins le Chili et l’Uruguay.

Comment le pays a-t-il pu en arriver là ? Pour y répondre, il faut remonter au ... Poursuivre la lecture

Par Gabriel A. Giménez Roche. Un article de The Conversation

Depuis janvier dernier, le peso argentin a perdu 50 % de sa valeur face au dollar. D’ici la fin de l’année, l’inflation devrait dépasser la barre des 30 %. La pauvreté touche désormais 33 % de la population contre 20 % il y a un peu plus de dix ans. L’Argentine vient par ailleurs de négocier le plus grand emprunt jamais octroyé par le Fonds monétaire international (FMI) : 57 milliards de dollars. C’est à se demander où sont passés les taux de croissance de presque 10 % annuel... Poursuivre la lecture

Par Nick Hubble.

Les politiciens et les banquiers centraux adorent déprécier leur monnaie. C’est une politique vieille comme le monde – c'est leur côté mercantile.

Une monnaie meilleur marché rend vos exportations plus compétitives à l’international et vos importations plus chères, ce qui est censé encourager la consommation de biens locaux. Cette politique favorise le producteur plutôt que le consommateur, parce que les importations coûtent plus cher.

Pour une étrange raison, favoriser ainsi les producteurs plutôt que le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles