Le fonds Elliott débouté par la justice française

La Cour de cassation a créé la surprise en confirmant que le célèbre fonds d’investissement américain Elliott ne pouvait pas saisir en France des créances dues par trois sociétés à l’État argentin.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Allégorie de la justice (Crédits : Scott, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le fonds Elliott débouté par la justice française

Publié le 10 avril 2013
- A +
Allégorie de la justice (crédits Scott, licence creative Commons)
Allégorie de la justice (Crédits : Scott, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

La présence d’une clause contractuelle permettant des saisies sur « ses revenus, actifs ou biens » a semblé insuffisante à la justice française pour autoriser des saisies dans l’Hexagone.

Cette décision a étonné les professionnels. « Ce qui est incroyable, c’est que la Cour de cassation fait dire à la Convention ce qu’elle ne dit pas, s’étonne Mathias Audit, professeur de droit. Son rôle est d’appliquer les textes de loi, or on a le sentiment qu’elle traite l’Argentine comme un consommateur qu’il faut protéger à tout prix ; elle sort de son rôle. » Même son de cloche pour Caroline Kleiner, professeur d’université : « Il s’agit d’une interprétation osée de la Cour. ».

En les avocats français du fonds pourraient envisager un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme : « C’est une atteinte disproportionnée portée aux droits des créanciers, qui érode encore la confiance déjà ébranlée des investisseurs dans la dette souveraine et risque d’entraîner un assèchement du crédit sur les marchés pour certains pays ».

Lire l’article entier sur Les Échos.


À lire aussi : Le déclin de l’Argentine sous les Kirchner

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Octavio Bermudez.

L'Argentine, le mystère de l'Amérique du Sud. Comment un pays qui était autrefois le plus prospère du monde peut-il se classer aujourd'hui au soixante-treizième rang (voir figure ci-dessous) ? Il se trouve également à la sixième place de l'Annual Misery Index. Comment cela s'est-il pu produit ? Que se passe-t-il maintenant ?

L'histoire de la façon dont l'Argentine s'est engagée sur la voie de la décadence est une bonne histoire pour une autre fois (restez à l'écoute pour cet article). Pour l'instant, je me ... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Les mots les plus dangereux en matière de politique monétaire et d'économie sont "cette fois-ci est différente". La grande erreur des politiciens argentins est de croire que l'inflation est multicausale et que tout se résout avec des doses croissantes d'interventionnisme.

L'indice des prix à la consommation en Argentine a connu une hausse de 58 % en glissement annuel en avril 2022, soit 2,9 points de pourcentage de plus que la variation enregistrée en mars dernier. Une véritable catastrophe. L'inflation en Ar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles