La CAF tousse. La France se gangrène.

L’implication sociale des difficultés croissantes de la CAF à distribuer l’argent gratuit attise un sentiment de catastrophe imminente.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
logo caf - allocations familiales (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La CAF tousse. La France se gangrène.

Publié le 18 mars 2013
- A +

Ce week-end, nous avons tous découvert que la ponction directe sur les comptes bancaires, c’est possible ! Aujourd’hui, nous allons découvrir que le dépeçage du système social français (que Le Monde Nous Envie), c’est possible aussi…

Pour la saisie directe, on me dira : « C’est pour Chypre. C’est loin, Chypre, et puis ils sont tous corrompus, là-bas, tout gangrené de mafiosi russes ; et puis ils sont comme les Grecs, ils l’ont bien mérité, et patati c’est bien fait et patata tous des tricheurs ! » , exemple délicat de discours pas du tout xénophobe et emprunt de cette solidarité si spéciale dont se gargarisent ceux qui prétendent, justement, socialiser les pertes. Délicieux.

Pour le dépeçage du système social français, je me doute que ça ne se passera pas dans la même dentelle que pour Chypre, mais je n’ai aucune certitude. La résignation, la soumission face au collecteur d’impôts, à l’autorité (aussi néfaste soit-elle) des Français me surprend souvent.

Prenons les allocations familiales. Soyons clair : c’est la foire la plus compacte depuis qu’ont été murmurés des projets ministériels de lui assujettir d’amusantes ponctions, de nouveaux modes de calculs et autres modifications pour en diminuer globalement l’enveloppe qui commence à peser furieusement sur des comptes sociaux dans un état catastrophique.

gustave labarbeEt par foire, j’entends bien « bordel généralisé d’ampleur biblique dans lequel une vache ne retrouverait pas ses chatons ». Il ne faut pas bien longtemps pour découvrir que, par exemple dans le sud de la France (Bouches-du-Rhône, en l’occurrence), on en est réduit à fermer boutique pendant deux semaines histoire de traiter les 100.000 dossiers en souffrance.

Et la situation, paroxystique à Marseille, est tout de même très dégradée partout ailleurs en France, au point que les articles se multiplient sur une Caisse d’Allocation Familiale au bord de la rupture. Pensez donc ! Pour qu’ils en soient au point d’écrire une lettre, le 6 mars dernier, adressée à la ministre déléguée à la Famille, l’illustre Dominique Bertinotti, c’est que toute les bornes des limites ont été franchies allègrement et foulées au pied par la poigne de fer qu’une situation économique catastrophique leur impose à tous (si vous me suivez).

Bien évidemment et comme d’habitude dans ce genre de cas où une administration croule sous le travail, le Revendicotron est allumé et fournit rapidement les demandes indispensables à la résolution du problème : il va falloir Plus De Moyens car Nous Manquons De Personnel.

logo caf - allocations familialesNotons que si nous avions à faire avec France Télécom, GDF ou un problème logistique à la Poste, le gouvernement aurait probablement agi prudemment, touillant soixante fois sa langue dans sa bouche pour parler, prendre une décision. Ici, le rendez-vous avec la ministre déléguée va avoir lieu dès ce lundi, le problème devra être réglé et des moyens seront trouvés, soyez en sûr. Bien évidemment, la presse semble ne faire qu’un écho pondéré et circonstancié, calme pour ainsi dire, de ce qui se passe à la CAF actuellement, indiquant, par ci, par là, que la situation est un peu tendue, relatant les problèmes avec un détachement mesuré, en insistant (par exemple au travers d’un titre bien choisi) sur une situation globalement contrôlée …

Il n’est pas étonnant, dès lors, que la gravité de la situation échappe à l’œil inattentif du Français moyen, baigné qu’il est par les consternantes niaiseries dont on remplit sa télévision, par exemple en relatant abondamment les aventures de Cahuzac ou les déboires de touristes en périodes de sports d’hiver. La réalité est cependant extrêmement préoccupante et on ne peut que la deviner dans les quelques articles qui parlent des problèmes des Caisses.

Par exemple, on peut lire ceci :

«Pour l’instant, nous arrivons toujours à payer les droits le 5 du mois, grâce aux efforts des agents», assure le responsable. «En revanche, nous affichons des retards conséquents pour les nouveaux dossiers ou ceux qui nécessitent des modifications.»

Ce qu’on peut comprendre assez facilement, c’est que la masse de travail et le manque de personnel provoque des tensions au niveau des paiements des prestations, au point que les dossiers s’entassent. Ce qu’on ne veut évidemment pas trop dire, c’est que le nombre de dossiers demandant des RSA, réclamant des droits, ou qui nécessitent des modifications (parce que le demandeur subit une période de chômage impromptue) enfle violemment. Ce que cela veut dire de façon limpide, c’est que la CAF est maintenant le thermomètre précis d’une situation sociale française explosive, où le nombre de chômeurs est très supérieur aux chiffres officiels aussi rigolos que bidonnés, où le nombre de ceux qui sont en fin de droit grimpe lui aussi dans des proportions inquiétantes, où le nombre des individus qui dépendent maintenant de façon vitale des prestations sociales fournies par la CAF atteint un niveau jamais vu auparavant.

Et bien évidemment, alors que les agents sentent monter l’agressivité des usagers de ces administrations tentaculaires et distributrices de tickets de rationnement camouflés en chèques sociaux, la presse se fait fort de ne quasiment pas s’étendre sur les modifications législatives récentes (au 1er février) élargissant le champ des rémunérations saisissables par l’administration fiscale ou les huissiers, dans lesquelles on retrouve justement les prestations familiales, jusqu’à 50% de leur total.

À l’évidence, le terrain se prépare doucement : le système est à bout.

D’un côté, le nombre de bénéficiaires augmente sans arrêt. De l’autre, le nombre de ceux qui abondent au tonneau des Danaïdes diminue. De surcroît, l’État et les administrations de Sécurité Sociale sont, pour être clair, exsangue alors que les marges de manœuvre en matière d’emprunts sur les marchés se sont réduites drastiquement (et avec la dernière petite cascade chypriote, on peut s’attendre à une tension encore plus grande à ce niveau).

Pas étonnant, dès lors, que des sondages sortent commodément en ce moment, découvrant (ô divine surprise) que les Français sont prêts à des concessions, à des sacrifices concernant les allocations familiales : alléluia, une petite baisse des prestations n’est plus un tabou !

Il est maintenant difficile de ne pas brosser l’état des lieux réaliste d’une situation à proprement parler catastrophique. Et le mot « catastrophique » n’est pas trop fort : il ne faut pas perdre de vue que, dans les populations qui bénéficient actuellement des prestations de la CAF, il en existe une frange qui n’a plus rien à perdre et qui, si le robinet se referme un peu trop, n’hésitera pas à user de violences parce qu’il ne lui restera que ce moyen pour subvenir à ses besoins.

Ne vous y trompez pas : lorsque ce gouvernement socialiste baissera effectivement les prestations sociales, cette distribution gratuite d’argent des autres à ces populations qu’ils ont eux-mêmes nourries pour qu’elles votent pour eux, vous aurez un signal clair qu’il est aux abois.

Ce jour là, les cabrioles bancaires de Chypre ressembleront à une blague.

kitty fail jenga blocks demotivator
—-
Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Il y a trop de sources, je n’y arrive plus. Bientot un texte entièrement rouge, et là, ça fait Baoum en France. Courage H16, on y est presque !

  • Au niveau de certaines CAF de région parisienne il y a eu sans nul doute tellement « d’incidents » qu’ils ne reçoivent plus que sur rendez-vous.
    Je puis apporter le témoignage suivant m’étant déplacé moi-même(sur rendez-vous) pour le compte d’une personne ne pouvant s’y rendre, et m’ayant donné une procuration pour régler un problème d’allocation logement.
    J’arrive devant la CAF qui ressemble à un établissement placé sous haute sécurité dont les portes sont verrouillées.
    Je sonne , un vigile, black, musclé (genre garde du corps de Gbagbo) vient m’ouvrir et me demande une pièce d’identité et la carte de CAF de la personne qui m’envoie.
    Il a un listing de noms (mentionnant tous les rendez-vous) et pointe le mien , puis donne la carte CAF à un autre vigile qui la passe dans un lecteur pour vérifier si ce n’est pas une fausse carte.
    Enfin il me donne en main propre un numéro et me demande d’attendre que ce numéro soit appelé par un bureau où je serai reçu par un employé de la CAF.
    Toute cette sécurisation excessive indique qu’il a du se passer de gros incidents, car auparavant on entrait librement dans cette CAF.

  • J’abonde dans votre sens, cher H16. Tous ceux qui ont toujours compté sur les autres pour s’en sortir, voire mener grand train (en tous cas un train bien au-dessus de leurs moyens, choses qu’ils ne savent même plus évaluer aujourd’hui), tous ceux-là vont tomber de haut et vont rugir, car c’est vrai ils n’ont plus rien à perdre, puisque, de toutes manières, ils dépensent tout ce les autres leur octroient (contraints et forcés). Bref, ils sont totalement déresponsabilisés et c’est bien l’effet systématique qu’on obtient avec le « Tout État » auxquel la plupart des Français sont désormais « accros ».
    Les plus malins auront, je l’espère, pris leurs précautions…
    Quant aux CAF, on connait fort bien la vitesse à laquelle les fonctionnaires sont si vite débordés, dès qu’on leur demande de faire le travail pour lequel les contribuables les paient.

  • Le vol des système sociaux à déjà eu lieu en 1941, avec le dépeçage des caisses de retraite par capitalisation, pour créer la retraite par répartition, ce qu’à confirmé en grande pompe, le Conseil National de la Résistance pour s’en approprier la prétendue gloire.

    Concernant la CAF, je reçu le témoignage direct d’un salarié d’une CAF, m’expliquant que lorsqu’ils sont trop débordés, ils « égarent » volontairement quelques pièces des dossiers, puis, renvoient une lettre à l’usagé lui disant que son dossier n’est pas complet. Il ne s’agit pas d’un dossier par ci et d’un dossier par là, mais bien de fournées de 200 dossiers d’un coup, histoire de se donner un peu d’air !!!

  • de toute façon , tout ça va se casser la bobine dans la moitié de pas longtemps ; trop de chomeurs , pas assez de cotisations , trop de feignants , trop de profitteurs ,des milliers de gens qui palpent tout un tas d’alloc et qui roulent dans des voitures à 20 000 euros, et j’en passe et des pas mures ……il ne faut pas se leurrer , ce n’est pas avec 18 millions d’actifs que l’on peut entretenir 65 millions d’habitants , c’est tout simplement impossible ;

    • Dans les actifs vous avez inclus chomeurs et retraités ? Si on enlève les fonctionnaires il ne doit plus rester grand chose.
      Autre chose, je vais prendre un abonnement hadopi et une fibre optique, pour 140 Euros hadopi nous offre le plein débit. Elle est pas belle la France. Faut dire que cette administration doit être, loin, mais très loin, d’être rentable et utile à quelque chose (sauf pour se verser des gros salaires et autres avantages). J’ai vu le film Brazil recommandé par H16 : on dirait la France. Le quid de se que représente le héro ? Une idée ?

  • Quitte à passer pour une naïve ou une imbécile je pose les questions suivantes:
    1- Si des fonctionnaires ont trop de travail, ce qui peut être véridique, pourquoi ne pas créer des postes supplémentaires?
    Une personne qui travaille et touche un salaire revient bien moins cher à l’Etat qu’un chômeur ou qu’un abonné au RSA (allocation pour vivre + allocation logement + CMU + diverses allocations!)
    De plus il y a de très nombreux individus qui escroquent la CAF en touchant des allocatiuons frauduleuses et créer des postes d’inpecteurs pour les découvrir serait très bénéfique!
    Enfin, quitte à passer pour raciste , ce que je ne suis absolument pas, quand va-t-on cesser de verser des allocations à des étrangers qui n’ont jamais travaillé et qui viennnent en France uniquement pour vivre des allocations que distribue beaucoup trop largement notre pays et aussi aux très nombreuses fausses mères célibataires françaises ou pas!!!

    • Je vais vous faire la réponse que font en général les libéraux.
      Lorsque vous leur dites que la CAF serait financièrement en equilibre s’il n’y avait pas autant de fraudeurs, leur réponse est de dire que pour arrêter la fraude il suffit de fermer les CAF.
      C’est plus simple que d’embaucher des inspecteurs
      Et que ça penalise les non fraudeurs , ça n’a pas l’air de les gêner.

      En revanche quand on parle de frapper indistinctement à Chypre les comptes de tout le monde (mafieux russes traités de la même façon que le petit épargnant local) ils s’insurgent et crient à l’injustice.
      Totalement incohérents !

      • Ou alors on peut faire comme en Suède : on apprend à utiliser une calculatrice. Le plus drole c’est que les réformes ont été faites en Allemagne et en Suède par des socialistes. Pourquoi à votre avis ? Pour sauver les restes. En France nous avons la gauche la plus conne du monde et sans rougir…mais cela va faire une belle place pour l’extremisme et la monté de la violence en France, et ça c’est une certitude.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les drames aux urgences hospitalières rebondissent avec le retour massif des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis ces 10 dernières années, avec plus de 25 000 000 passages par an.

Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par le covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

La liste des hôpitaux en difficultés est longue <... Poursuivre la lecture

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Par Ben Krishna. Un article de The Conversation.

La question de savoir si les virus sont vivants reste controversée. Cependant, comme tous les êtres vivants, ils évoluent. Ce fait est apparu très clairement au cours de la pandémie de SARS-CoV-2, le coronavirus responsable du Covid-19 : de nouveaux variants préoccupants ont émergé régulièrement, venant bousculer l’actualité.

Certains de ces variants se sont révélés plus efficaces que les précédentes versions du SARS-CoV-2 pour se propager d’une personne à l’autre et ont fini par ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles