Vers l’exploitation minière des astéroïdes ?

La ruée vers l’or de l’espace devient rapidement une réalité, avec l’exemple de l’exploitation minière des astéroïdes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vers l’exploitation minière des astéroïdes ?

Publié le 18 mars 2013
- A +

Grâce à la baisse des coûts de l’accès à l’orbite terrestre permise par la « privatisation » de l’accès à l’espace, une flopée de nouveaux concepts voient le jour telle que l’exploitation minière des astéroïdes géocroiseurs. Qui sont les pionniers ? Dans quel laps de temps comptent-ils exploiter les astéroïdes ? Et pour quoi faire ?

Par Aymeric Pontier.

Tout a commencé l’année dernière avec la société américaine Planetary Resources, annonçant son intention de développer des technologies d’exploitation minière au sein des astéroïdes orbitant à proximité de la Terre. L’équipe de Planetary Ressources travaille toujours en ce moment à la construction de l’Arkyd-100, un télescope spatial chargé de repérer les astéroïdes les plus intéressants pour la prospection. La mise sur orbite est prévue pour 2014 suite à partenariat avec Virgin Galactic. Ce projet considéré comme « un peu fou » est financé entre autre par l’un des créateurs de Google, Larry Page, et le réalisateur et producteur de films, James Cameron.

Début 2013, une seconde société américaine a décidé de se lancer à son tour, Deep Space Industries. Comme sa concurrente, cette entreprise prévoit le lancement d’un satellite de détection, mais probablement pas avant 2016. On parle bien sûr ici de sondes spatiales à très bas coût, accessibles à des start-ups de ce genre. Pas de satellites à 300 millions de dollars pièce. Sondes spatiales qui seront elles-mêmes mises sur orbite par les lanceurs bon marché des sociétés privées de transport spatial qui ont cassé les prix de l’accès à l’espace récemment.

Aucune de ses 2 compagnies n’envisagent de missions humaines pour l’instant, uniquement des missions robotisées. Y compris pour les phases ultérieures du plan, lorsque l’extraction à proprement parler débutera. L’ensemble des missions sera opéré par des véhicules spatiaux inhabités, gérés depuis la Terre.

C’est le tout début du processus. Les premiers retours d’échantillons pour analyser le potentiel des géocroiseurs ne devraient pas avoir lieu avant 2020. Et l’exploitation commerciale des astéroïdes en tant que telle devrait commencer vers 2025. Mais en comptant les incidents et les délais inévitables, je parie plutôt sur 2030-35.

En qui concerne l’utilisation finale de ces minerais, l’objectif n’est pas forcément de les ramener sur Terre. Ce qui serait extrêmement coûteux, et ne permettrait pas de retour sur investissement aux cours actuels. Ils espèrent davantage les utiliser sur place. Par exemple pour créer des pièces de rechange en utilisant l’impression 3D, à destination des satellites artificiels ou des véhicules spatiaux qui en auraient besoin. Autrement dit, il s’agirait de créer des sortes de « stations de réparation » dans l’espace. L’autre objectif serait de fournir de l’eau dont certains astéroïdes regorgent, à la Station Spatiale Internationale et aux autres missions habitées. Le développement de cette activité pourrait donc s’avérer rentable à moyen terme, contrairement à ce qu’on a pu en dire. Puisque les deux sociétés gagneraient de l’argent en permettant à d’autres organisations (NASA, ESA, Entreprises des télécoms) d’économiser le coût exorbitant du transport d’eau et de pièces de rechange de la Terre à l’Espace.

Cependant, à plus long terme, il sera indispensable de ramener une partie de ses minerais sur Terre. Les quantités de fer, de cobalt, de nickel ou de platine (et bien d’autres) qui sont disponibles à l’intérieur des astéroïdes sont trop gigantesques pour ne pas y penser. Un seul astéroïde de 500 mètres suffirait à assurer les besoins de la population humaine pendant des années. Pour le moment, ces minerais sont trop abondants à la surface de la planète pour justifier le coût économique de ces missions spatiales. Mais plus tard, lorsqu’ils commenceront à manquer, on pourrait fort bien assister à une ruée vers l’or de l’espace

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Louis Anders.

 

Le lieu est envahi par la végétation et par les grands pins typiques de la région. Quelques murs en béton armé subsistent, et l’on distingue entre les arbres comme des murailles de terre qui cerclaient une aire délimitée. Dans cet espace où la nature sauvage reprend irrésistiblement ses droits, on peine à croire qu’a eu lieu l’une des plus impressionnantes réalisations technologiques de l’Homme : le 3 octobre 1942, des ingénieurs y envoyaient pour la première fois un engin conçu de leurs mains au-delà de... Poursuivre la lecture

L'ESA souhaite plus d'argent. Développons plutôt une industrie spatiale et des partenariats comme aux USA. Et si on s'inspirait du modèle capitaliste américain, plutôt que d'attendre tout de l’État ?

 

La dépense publique pour l’espace, un geste sans possibilité de résultat

Dans un article daté du 13 septembre La Tribune rapporte que le directeur de l’ESA (Agence Spatiale Européenne), Joseph Aschbacher, veut obtenir des états membres[1. L’ESA, European Space Agency est financée par ses 22 États membres (et quelques États co... Poursuivre la lecture

Si tout se passe bien, la fusée géante SLS (Space Launch System) de la NASA pourrait faire son premier voyage dans l’espace ce 29 août. Ce serait la première mission du programme Artemis qui, outre le lanceur, son second étage et sa capsule Orion, comprend une station spatiale lunaire, le Lunar Gateway et un camp de base, au sol de la Lune. Pour joindre ces deux derniers en navette, un transport doit être assuré par SpaceX avec une version spécifique de son Starship.

 

Une préparation américaine du retour vers la Lune

Mais ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles