Programme d’assassinats ciblés d’Obama : les Américains inquiets

Selon un récent sondage, 57% des Américains pensent que le programme d’assassinats ciblés d’Obama est inconstitutionnel.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drone

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Programme d’assassinats ciblés d’Obama : les Américains inquiets

Publié le 5 mars 2013
- A +

Selon un récent sondage, 57% des Américains pensent que le programme d’assassinats ciblés d’Obama est inconstitutionnel.

Par Mike Riggs, depuis les États-Unis.

Un nouveau sondage Reason-Rupe révèle qu’une majorité d’Américains considèrent que le programme d’assassinats ciblés du président Obama – qui a permis à la CIA d’assassiner un imam et son fils adolescent, tous deux natifs des États-Unis et vivant au Yémen – est contraire à la Constitution.

Lorsqu’on leur demande s’ils pensent qu’il est « constitutionnel ou inconstitutionnel que le président des États-Unis ordonne l’assassinat de citoyens américains soupçonnés d’être des terroristes », 57% des répondants déclarent que c’est inconstitutionnel – les pourcentages varient selon les familles politiques : 65% des républicains, 64% des indépendants, et 44% des démocrates.

À l’inverse, 31% des répondants jugent qu’il est constitutionnel pour le président de tuer des Américains soupçonnés d’être des terroristes – 40% des démocrates, 27% des républicains et 28% des indépendants.

Comme en témoignent certaines réponses, les Américains portent un jugement très négatif à propos des drones. À la question suivante : « Concernant l’usage des drones, considérez-vous que le gouvernement abuse de son pouvoir… beaucoup, parfois, pas trop, ou pas du tout ? », les réponses se répartissent ainsi : 32% des répondants disent « beaucoup », 27% « parfois », 19% « pas trop », et seulement 17% « pas du tout ».

Quarante pourcent des répondants, dont 34% des démocrates, 36% des républicains et 47% des indépendants, estiment être très inquiets que la police puisse utiliser sur le territoire national des drones pour envahir leur vie privée, et pas moins de 60% ont déclaré être relativement inquiets. Seulement 21% des répondants ont dit qu’ils n’étaient « pas du tout » préoccupés par le fait que la police puisse faire usage des drones pour violer leur vie privée.

Sur la question suivante, les répondants sont divisés : « Si un drone survole votre maison et effectue des enregistrements sur vous et votre propriété sans votre permission, pensez-vous que vous devriez avoir le droit de le détruire, ou non ? » Quarante-sept pourcent répondent oui, 47% disent non, 4% ne donnent pas de réponse, et pour 1% « ça dépend ».

Ce que l’étude de Reason-Rupe dévoile à propos des sentiments des Américains à l’égard des assassinats ciblés contredit un récent sondage de WSJ/NBC selon lequel « une confortable majorité (64%) soutient la politique américaine d’assassinats ciblés de terroristes présumés par l’utilisation de drones dans des pays tels que le Yémen et le Pakistan. »

Une explication très simple pour la contradiction des réponses données par ces deux sondages peut être trouvée dans les questions.

Reason-Rupe a demandé:

Pensez-vous qu’il est constitutionnel ou inconstitutionnel que le président des États-Unis ordonne l’assassinat de citoyens américains soupçonnés d’être des terroristes ?

Alors que NBC/Wall Street Journal a posé la question suivante :

Comme vous le savez, les États-Unis ont pris pour cible et tué des membres présumés d’Al-Qaïda et d’autres groupes terroristes dans des pays tels que le Pakistan, le Yémen et autres. Bon nombre de ces homicides ont été réalisés en utilisant des avions sans pilote contrôlés à distance, aussi connus sous le nom de drones. Êtes-vous favorable ou opposé à l’utilisation d’avions sans pilote, autrement dit des drones, pour tuer des membres présumés d’Al-Qaïda et d’autres groupes terroristes ? Si vous ne connaissez pas suffisamment le sujet pour avoir une opinion, merci de le signaler.

La question du sondage de NBC/Wall Street Journal ne fait pas de distinction entre les terroristes nés à l’étranger et les Américains soupçonnés d’être des terroristes. Cette distinction, qui est adoptée par Reason-Rupe, fait toute la différence.


Article original titré New Poll Finds 57 Percent of Americans Think Obama’s Assassination Program Is Unconstitutional publié le 01.03.2013 sur Reason.com.
Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Dans une guerre tuer un ennemi n’est pas un assassinat. Les assassins sont ceux qui utilisent les civiles comme boucliers humain ou comme kamikaze; exactement ceux que les drones visent. Les américains étaient hostile à une large majorité de voir leur pays entrer en guerre contre l’Allemagne nazie jusqu’à Pearl Harbor. On voit que le 11 septembre date de bientôt 12 ans. Je doute qu’avec un attentats d’une même envergure demain sur sol US, que l’ on verrait les mêmes pourcentages d’avis négatif sur l’utilisation de drones contre les terroristes islamistes radicaux. Y compris si ces derniers sont originaire des USA.

    D.J

    • Les assassinats ciblés ne sont pas un acte de guerre légitime mais des exécutions extrajudiciaires. Le droit de la guerre ne le permet pas, pas plus que de tuer un prisonnier.

      Mais bien plus important : de nombreux non combattant meurent dans ces opérations.

      • On notera que parallèlement à l’usage systématique des drones le nombre de personnes capturées par les américains dans le cadre de la lutte contre le terrorisme a diminué. Autrement dit ceux qu’auparavant on aurait capturé désormais on les tue, montrant par là qu’il ne s’agit en aucun cas d’une action liée aux nécessités de la guerre, mais d’un choix délibéré de ne pas faire de prisonnier.

    • nuance: dans une guerre c’est un combat face à face. Sinon c’est plus un massacre quand un des belligérant n’est pas présent sur le terrain de combat !

  • Curieux débat, où la différence viendrait du lieu de naissance du terroriste 🙂

    En fait, la seule question est : « partant du principe qu’il est légitime de liquider des terroristes, pourquoi ne le fait-on pas chez nous, et qui dit que les cibles en pays lointains le sont réellement.

    Il est effrayant de voir d’une part les pires assassins « idéologiques » avoir droit à d’interminables procès, des libérations anticipées, et tout le toutim, alors que les mêmes (ou supposés tels) peuvent être refroidis s’ils sont loin …

    • Remarque très pertinente mauvaise langue!

    • On pourrait dire aussi que le fait que ce ne soit pas constitutionnel ne signifie pas que les Américains y soient contre pour autant.

    • oui en quelque sorte, un héritage génétique de la pauvreté qui mène au combat de la survie dans un monde peuplé de gens qui naissent riches et insouciants ….

      La terreur fait partie de l’histoire quand il s’agit de stigmatiser une population, on ne sait jamais vraiment si le terrorisme n’est pas une manipulation à plus grande échelle.

  • « Si un drone survole votre maison et effectue des enregistrements sur vous et votre propriété sans votre permission, pensez-vous que vous devriez avoir le droit de le détruire, ou non ? »

    Bientôt (si ce n’est pas déjà le cas) des américains partisans pour la vente libre de batteries de DCA pour la défense de la propriété privée !

    • Si ça peut éviter de se prendre un missile d’Obama sur la tronche, je ne vois pas le problème.

      C’est quand même incroyable de trouver que se défendre est plus criminel que d’assassiner des gens sans procès.

      • +1

        En ce moment le déchainement des régulateurs va sur les drones civils.

        Aux État-Unis, les micro-drones amateurs sont à bien des endroits menacés de bannissement (y compris le petit jouet Français, AR Drone) alors que la pire chose qu’ils peuvent faire c’est filmer pendant 20 minutes avant de tomber à cours d’énergie … ou s’écraser en zone habité, qui est déjà illégal avec les lois existantes …

  • Le jour ou le pilote pétera un câble derrière son écran, on se posera la question des sécurités face au pouvoir donné derrière un bureau bien propre qui est bien loin de la violence et des effets de boucherie propagés …

    Quel est l’impact psychologique d’une telle guerre indirecte, combien de temps avant que les effets soient perceptibles ?

  • A décharge pour Obama , ce programme a été initié sous l’ Administration Bush , mais prolongé et augmenté par l’ Administration démocrate . Il pose problème aux constitutionnalistes concernant les citoyens américains . Le cas de cet Imam est couvert par le Secret Defense ( à tort ou à raison ? ) . Il pose la question de la citoyenneté , lorsqu’ un Imam Américain d’ origine Yémenite , s’ autorisait des prêches belliqueux en direction de son pays natal . Son extradition ou son exfiltration du Yemen rendues extrêmement difficiles du fait du contexte , c’est un Predator qui mis un terme à son militantisme , aprés une première  » opération cinétique  » ratée .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

L'Ukraine connaît des combats limités depuis 2014 et une guerre inédite en 2022. Comment expliquer ce scénario tragique ukrainien? Quels sont les multiples enjeux du conflit russo-ukrainien?

L'Ukraine champ d'affrontement entre la Russie et les Etats-Unis

L'aspect global du conflit est perceptible à travers l'affrontement indirect que se livrent d'un côté les USA et de l'autre la Russie. Les Etats-Unis, chefs de file du camp occidental, ont les premiers violé le droit international avec d'abord la guerre du Kosovo en 1998 puis la guerr... Poursuivre la lecture

Le 2 mai dernier, Politico publiait en exclusivité un article traitant de la fuite d'un projet de jugement de la Cour suprême américaine relatif à la remise en cause d'un précédent jugement de cette même cour, Roe vs Wade.

Ce précédent arrêt avait posé les bases rendant légal l'avortement dans tous les États américains et limitant l'intervention de l'État dans la décision d'interruption de grossesse, considérée alors du domaine de la vie privée. Le projet actuellement en discussion et dont le contenu a fuité vers Politico renverrait à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles