Monnaies, la guerre pour rien

La stagnation prolongée des économies occidentales rallume quelques vieilles lanternes. La lubie du moment est de jouer sur les cours des monnaies de manière à doper les produits nationaux sur le marché mondial

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
guerre de devises

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Monnaies, la guerre pour rien

Publié le 26 février 2013
- A +

La stagnation prolongée des économies occidentales rallume quelques vieilles lanternes. La lubie du moment est de jouer sur les cours des monnaies de manière à doper les produits nationaux sur le marché mondial.

Par Guy Sorman.

Le développement économique exige effort et continuité. Mais, souvent les peuples se lassent ; la classe politique et les commentateurs imaginent alors des raccourcis qui se subsisteraient à l’effort. L’histoire économique est ainsi un cimetière de gadgets, chemins de traverse illusoires qui jamais n’ont conduit à la croissance mais d’ordinaire la retardent. Pour mémoire, on citera le protectionnisme, la politique industrielle, la dévaluation compétitive, la banqueroute volontaire, le Grand bond en avant. Eh bien, rien de tout cela ne marche : le protectionnisme affaiblit l’innovation et favorise les rentiers, la politique industrielle conduit tout droit à la corruption, la dévaluation renchérit les importations et suscite le protectionnisme chez les partenaires commerciaux, la banqueroute interdit d’emprunter pour une génération, et le Grand bond en avant engendre la pauvreté de masse.

Ce rappel est nécessaire puisque la stagnation prolongée des économies occidentales rallume quelques-unes de ces vieilles lanternes : en économie, dix ans suffisent pour que tout le monde ait oublié les leçons du passé et s’apprête à réitérer les mêmes erreurs. La lubie du moment est de jouer sur les cours des monnaies de manière à doper les produits nationaux sur le marché mondial. Le gouvernement japonais est tenté par cette drogue et n’est-ce pas ce que font les Chinois depuis vingt ans ? En Europe aussi, on entend dire que l’Euro serait trop fort et que sa baisse nous tirerait d’affaire. Tout cela n’est que déni du réel.

Considérons la Chine. Nul ne connaît la juste valeur de la monnaie chinoise puisqu’elle n’est pas convertible : peut-être le Yuan libre augmenterait-il, mais certains envisagent qu’il baisserait. Ce n’est pas pour favoriser ses exportations que la Chine contrôle le Yuan, mais pour interdire aux Chinois d’investir à l’étranger. De plus, le Yuan ne cesse de renchérir depuis cinq ans, sans que cela n’affecte les exportations chinoises : la valeur de la monnaie n’est donc pas la clé de la performance chinoise sur le marché mondial. Le succès tient à l’esprit d’entreprise : la capacité de fournir en masse à qualité constante, des produits relativement simples. La Chine est à peu près seule sur ce marché-là.

Considérons la monnaie japonaise. Une baisse du Yen ferait flamber le coût de l’énergie importée dont le Japon est de plus en plus tributaire : les prix à l’exportation ne pourraient donc pas baisser puisque les entreprises devraient incorporer le supplément payé pour l’énergie. En réalité, les entreprises japonaises sur le marché mondial sont souvent les seules à fournir des composants indispensables et irremplaçables : leur prix est un aspect secondaire pour les acheteurs. La stagnation japonaise, sans relation avec la monnaie, vient de ce que la population vieillit et diminue. La baisse de la quantité de travail au Japon explique la baisse de la production : la solution à terme serait de s’ouvrir à l’immigration, pas de faire baisser le Yen. La Corée du Sud sera bientôt confrontée à un choix similaire.

Ce qui nous conduit à l’Euro. Lorsqu’il était faible (il valait au départ 20% de moins que le Dollar US), on se plaignait en Europe de ce que la facture d’achat de pétrole et de gaz libellée en dollars était insupportable. Souhaiterait-on retourner à cette case départ ? Et vendrait-on plus avec un Euro faible ? Les Européens exportant en majorité vers d’autres pays européens, la valeur de la monnaie n’a évidemment aucun impact sur ce commerce-là. Pour le reste du monde, les exportations européennes ou nord-américaines jouent de moins en moins sur la valeur, et de plus en plus sur l’innovation, la qualité et le suivi commercial. Là encore, l’effet d’une dévalorisation de l’Euro serait nul sur le type de produits et services que l’Europe vend.

Ce qui nous ramène à l’effort et à la continuité. Le pire destin pour l’économie européenne serait de s’aventurer dans un chemin de traverse, d’abandonner les politiques de retour à l’équilibre des finances publiques et de libéralisation du marché du travail. La science économique nous enseigne que l’entreprise est le moteur de la croissance : il est donc inutile de réécrire l’histoire, mieux vaut en appliquer la leçon.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Quand on voit les chinois racheter des entreprises d’Europe et non acheter les produits de ces entreprises.
    Le démantèlement de ces entreprises capable de générer des échanges, va peu à peu placer l’Euro sous la coupe de la monnaie de l’acheteur.

  • ‘la banqueroute interdit d’emprunter pour une génération’

    Vous n’avez pas expliqué en quoi ceci serait une mauvaise chose. Pour ma part je n’y vois que des avantages. D’une maniere ou d’une autre, les etats vont faire defaut: soit par l’inflation, soit par la banqueroute. La banqueroute serait moins couteuse pour la population et elle entrainerait une modernisation de l’Etat.

  • Si l’on peut éliminer l’étalon or, il faudrait pousser plus loin et faire abstraction de la monnaie pour voir ce qu’il reste réellement comme valeur dans cette globalisation.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours, cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji, une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue, permettent de se faire une idée de l’... Poursuivre la lecture

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles