Cuba : Noël « à compte propre »

Ce Noël à Cuba, les travailleurs « à compte propre » ont fait leurs les festivités de fin d’année : une explosion de couleurs pour se démarquer du caractère impersonnel des lieux gérés par l’État.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
noel cuba

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cuba : Noël « à compte propre »

Publié le 24 décembre 2012
- A +

Ce Noël à Cuba, les travailleurs « à compte propre » ont fait leurs les festivités de fin d’année : une explosion de couleurs pour se démarquer du caractère impersonnel des lieux gérés par l’État.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Des petits arbres en plastique apparaissent ici et là, avec les guirlandes conservées des années précédentes et une étoile en fil de fer au sommet. Des conifères superbes, décorés dans le moindre détail, placés dans le lobby des grands hôtels ou les salons des résidences de Miramar. Des lumières, des couleurs, des mélodies qui commencent et repartent sans jamais se terminer. Dans une rue de Nuevo Vedado les habitants sont en compétition pour mettre les décorations les plus brillantes sur les grilles de leurs balcons ou les clôtures de leurs jardins. Mais il y a aussi des maisons, des milliers de maisons sans un seul détail qui rappelle les fêtes de ce mois de décembre. Peut-être par athéisme, par manque de revenus ou par simple apathie pour les célébrations. « Quelles célébrations ? » diraient nombre de gens si on le leur demandait.

Ce Noël, les travailleurs « à compte propre » ont fait leurs les festivités de fin d’année. Dans les petites échoppes où l’on sert des repas, dans les pièces minuscules où l’on vend des babioles, et dans les restaurants particuliers de la Havane, on a manifestement voulu garnir l’espace avec des images du Père Noël, des boules de cristal et des petites lumières clignotantes. Une explosion de couleurs et de chants de Noël qui démarque complètement le secteur privé des services de ses contreparties étatiques. Comme si l’excès de décors et d’ornements était une autre façon de se démarquer du caractère impersonnel de beaucoup de lieux gérés par les ministères ou les institutions. Ces excès visuels aujourd’hui sont très probablement la réponse populaire à toutes ces soirées de Noël à voix basse ou totalement évitées, celles où posséder un arbre et une crèche constituait une preuve de « déviationnisme idéologique ».

On garde aussi le souvenir d’une circulaire signée par José Ramon Machado, aujourd’hui vice président, qui interdisait les arbres de Noël dans les lieux publics. Tentative avortée d’aller jusqu’à règlementer la façon dont nous terminions l’année et que par chance il n’a pas pu poursuivre très longtemps. Ces excès d’interdictions et de fausse austérité ont conduit à l’exubérance actuelle. Nombreux sont ceux qui veulent avoir l’image de la Vierge et de l’Enfant dans leur salon, même s’ils ne savent pas s’il faut mettre du foin ou de la neige autour de la crèche. Il y a partout de grosses fleurs rouge vif, des lumières qui clignotent et des visages replets coiffés d’un chapeau pointu. Tellement de décembres passés dans le « va et vient » des « on ne peut pas » et des « oui, on peut » ont alimenté cette frénésie de Noël. Aujourd’hui ils sont peu nombreux à vouloir laisser les guirlandes dans leurs boîtes ou l’étoile de fer à cinq branches dans un tiroir.

—-
Sur le web.
Traduction : Jean-Claude Marouby.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Encore des demi vérité et un profonde méconnaissance de la vie cubaine vrai.

  • Noël a Cuba est une fête , n’en déplaise à Yoani !
    Les petits sapins décorés sont sortis dans presques toutes les maisons, le porc grillé embaume les rues et régale les familles, les gateaux multicolores portés à bout de bras sont partagés entre voisins et amis ,les fétes foraines ravissent les enfants jusque dans les villages, la « navidad » est présente partout.
    La fête de « Remedios » qui dure toute la nuit est un moment magique!
    Oui , les Cubains fêtent Noël dans la fraternité et la solidarité qui les caractérisent si bien .
    Bien sur , ce n’est pas la débauche de consommation que nous supportons chez nous chaque année et c’est tellement plus paisible.

    Encore une fois Yoani ne nous dit pas tout et ce qu’elle nous raconte n’abusent que ceux qui ont tellement envie d’y croire !

    Buena Navidad à tout mes amis et frére cubains!
    !

    • « Noël a Cuba est une fête , n’en déplaise à Yoani ! »

      C’est pourtant ce que dit aussi l’auteur. Avant de venir déverser votre propagande, vous devriez prendre le temps de lire l’article !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles