La maturité, ou comment assurer la croissance de la personne

La maturité est absolument indispensable pour s’assumer et vivre en pleine responsabilité sa vie d’adulte. Comment faire grandir les adolescents ?

La maturité est absolument indispensable pour s’assumer et vivre en pleine responsabilité sa vie d’adulte. Comment faire grandir les adolescents ?

Par Jean-Baptiste Noé.

La maturité, c’est devenir adulte. Un fruit passe par une phase de mûrissement, et quand cette phase est terminée il peut être consommé. De même pour un enfant, qui connaît une période de maturation jusqu’à un âge où il devient un jeune adulte, après avoir été un vieil enfant.

La maturité est absolument indispensable pour s’assumer et vivre en pleine responsabilité sa vie d’adulte. Le constat d’immaturité de certains étudiants, voire de certains jeunes professionnels, doit nous amener à réfléchir sur la meilleure façon de faire grandir les garçons et les filles qui nous sont confiés. La maturité ne s’acquiert pas avec le temps, elle s’acquiert par l’effort et par les circonstances. Il est illusoire de croire qu’un garçon de 18 ans qui n’est pas mûr le sera à 20 ans, simplement par l’effet du temps. Un arbre fruitier des régions froides a besoin d’une serre pour faire croître ses fruits, sans cela, même en passant beaucoup de temps, ils ne mûriront pas. Pour les hommes c’est exactement la même chose.

L’immaturité a plusieurs conséquences néfastes.

Au niveau professionnel, cela amène une attitude sans cesse irrésolue, l’incapacité de tenir ses objectifs, de faire des études complètes et longues, de choisir un travail. La personne immature papillonne d’une formation à l’autre, sans être capable de choisir et de trancher.

Au niveau social, l’immaturité se manifeste par une incompréhension des enjeux contemporains, une incompréhension des événements du monde, que ce soit les relations internationales, les situations économiques et culturelles. L’immature vit encore dans le monde de l’enfance et à beaucoup de mal à se rattacher à la réalité et à ses enjeux.

Au niveau comportemental, l’immature fait preuve d’une grande faiblesse vis-à-vis de toutes les tentations et de l’esprit du monde. Cela peut se manifester par une consommation excessive d’alcool, voire par l’usage de drogues et de stupéfiants, par un comportement affectif instable. Par ce comportement, l’immature cherche à faire croire aux autres, et à se persuader lui-même, qu’il est un homme mûr, alors qu’il est en réalité incapable de faire preuve de force et de tempérance, vertu de la maturité. L’immaturité conduit aussi au rejet de la foi.

Comment détecter l’immaturité.

Outre les éléments que nous avons vus ci-dessus, d’autres aspects permettent de repérer l’immaturité d’une personne, immaturité qui peut-être plus ou moins forte.

1/ L’immaturité se fait jour d’abord dans la tenue vestimentaire. Pour un garçon, il y a un âge où il est normal d’abandonner des vêtements d’enfants pour revêtir ceux de l’homme mûr. Le vêtement n’est pas qu’un symbole ou une norme sociale, il est aussi le reflet de l’état d’esprit de la personne. Le port de baskets et de tee-shirts, en dehors d’une activité sportive, est un signe extérieur d’immaturité intérieure. De même pour des vêtements aux couleurs trop bariolées ou à motifs enfantins. Chez l’adulte cela peut être le signe d’une fantaisie louable, chez le jeune adulte cela marque plutôt la présence d’une immaturité.

2/ L’immaturité est également visible dans les loisirs pratiqués. La lecture de livres de fantasy, ou des mangas, le visionnage de films déconnectés de la réalité (science-fiction, dessins animés), la pratique de jeux vidéos ou d’activités d’extérieurs non adaptées à l’âge (faire des cabanes ou des grands jeux est excellent quand on a 10 ans, ça l’est moins quand on en a 18), sont là aussi des signes d’immaturité. Bien sûr cela dépend de la dose à laquelle l’activité est pratiquée. Jouer à un jeu vidéo de temps en temps peut être utile pour se détendre. Mais d’une manière générale, cela est la marque d’un refus du réel et d’un refuge dans le virtuel afin de ne pas affronter le monde tel qu’il est, souvent parce que la personne ne sait pas comment l’affronter.

3/ L’immaturité est visible enfin dans les conversations. La méconnaissance des faits d’actualité basiques, notamment des enjeux politiques, l’ignorance des questions économiques ou diplomatiques, sont des signes d’immaturité. Une personne pourra bien évidemment avoir des goûts variés et préférer un sujet à un autre, mais chaque personne est appelée à être un citoyen de son pays, ce qui suppose un minimum de connaissances de la vie politique de celui-ci. C’est en outre le signe d’un égoïsme, vécu par une personne repliée sur elle-même et qui ne cherche pas à comprendre les autres. Comme le faisait remarquer Pie XI « La politique est le stade suprême de la charité ». Faire de la politique ne veut pas dire être inscrit dans un parti politique, mais se tenir informé des affaires de son pays, et des affaires du monde.

Comment rendre mûr ?

Le temps ne rend pas mûr, pas plus que les interdictions. On peut prohiber l’usage des boissons alcoolisées, ou les fréquentations des filles, cela ne tient qu’un temps et conduit soit au puritanisme, soit à la débauche. La seule solution reste l’éducation. L’éducation à la maturité doit se faire très tôt, elle se poursuit durant toute une vie. Si nous reprenons les éléments que nous avons analysé précédemment nous pouvons dégager différents moyens d’éduquer pour être mûr.

1/ D’abord, développer le sens du travail et de l’effort. Apprendre aux enfants à terminer ce qu’ils ont commencé, à aller jusqu’au bout. À ne pas entreprendre non plus de travaux que l’on n’a pas les moyens d’achever.

2/ Ensuite, développer le sens des vertus, éduquer à la tempérance, savoir pourquoi l’on fait les choses, et ne pas les faire par simples automatismes –notamment dans les questions de foi, et même dans le travail scolaire.

3/ Se demander ce qu’apportent les activités extra scolaires que l’on pratique, en quoi elles font mûrir, les qualités et les vertus qu’elles permettent d’acquérir.

4/ Avoir une tenue vestimentaire adaptée à son âge.

5/ S’intéresser au monde contemporain, visiter des expositions, chercher à se cultiver. Vouloir progresser personnellement, quitte à ce que cela entre en contradiction avec le milieu ambiant.

—-
Sur le web.