Rapport Gallois : un choc ou un floc ?

Aux banalités du rapport Gallois succède l’obscurantisme du gouvernement : le choc promis sera tout sauf ça.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rapport Gallois : un choc ou un floc ?

Publié le 15 novembre 2012
- A +

Aux banalités du rapport Gallois succède l’obscurantisme du gouvernement : le choc promis sera tout sauf ça.

Article publié en collaboration avec l’Aleps.

Le 5 novembre, Louis Gallois remet son rapport à Jean-Marc Ayrault.

Fallait-il un énième rapport pour découvrir que les entreprises françaises sont « malades de la peste étatique » comme dit Jean-Yves Naudet et ne peuvent lutter avec nos concurrents étrangers dans de nombreux secteurs ? On a fait beaucoup de bruit autour de ce document qui se proposait de provoquer un « choc de compétitivité ». Il a finalement conclu que le coût du travail était trop élevé en France, ce qui est de notoriété publique, et que les entreprises étaient mal aimées de l’administration, ce qui tranche avec le discours tenu par les socialistes (et parfois l’opposition) sur les entrepreneurs, les patrons, les actionnaires, etc. La réforme qui s’imposait, aux yeux de Monsieur Gallois, était de transférer une partie des charges sociales sur les contribuables, avec augmentation de la TVA ou de la CSG : un quasi-retour à la « TVA sociale » chère à Sarkozy. En faisant la comparaison avec le jeu de mistigri, Jacques Garello avait soutenu que se débarrasser des charges des uns en les chargeant sur les autres ne résolvait pas le problème. La question de fond est d’alléger les charges en mettant fin au surcoût de la Sécurité Sociale et en réduisant la sphère de l’État : des cotisations et impôts en diminution rendraient les entreprises plus compétitives ; cependant les contraintes d’un droit du travail inepte, d’un syndicalisme tout-puissant et d’une fiscalité imprévisible sont aussi nécessaires que la réduction des charges.

Là-dessus, le bon monsieur Ayrault et ses ministres font semblant de comprendre, et déduisent du rapport qu’il faut mettre en place un système de crédit d’impôts applicable en 2014, mais que certaines PME pourront anticiper en demandant un chèque à leur percepteur dès 2013 (sur des résultats qu’ils ne connaissent évidemment pas). Une hausse de la TVA de 0,4 points est la bienvenue, et on bouclera avec 10 milliards d’économies sur les dépenses… à trouver, au niveau de l’État ou des collectivités locales (lesquelles ?). Voilà un stimulant extraordinaire pour nos entrepreneurs ! En fait, ces « mesures » sont de simples annonces destinées à rassurer le bon peuple, le « nouveau modèle français » de Jean Marc Ayrault étant celui de l’immobilisme, de l’impuissance et sa politique celle du chien crevé au fil de l’eau…Silence, on plonge. Floc !

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • M Gallois ,interrogé le 9/11 par BFM business ,a déclaré que l’adoption d’une partie de son rapport marquerait un « changement de climat « dans l’équipe dirigeante Oui , en effet . Il n’en reste pas moins que rien n’est bouclé et que tout peut être « détricoté » ( terme de Gallois ) par les élus du PS D’ailleurs , la rapidité de JMA à se servir dans son discours d’une partie des mesures préconisées ( crédit d’impôt ,TVA etc ) parait au moins suspecte Passé la satisfaction immédiate de certains chefs d’entreprises , de nombreuses craintes sur ces mesures apparaissent peu à peu , telles le report effectif à 2014 , la limitation à une partie seulement de la masse salariale etc etc ,et majoritairement le silence sur des mesures essentielles à la compétitivité de la France Attendons donc la suite !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean Kircher.

Patron de deux PME, l’une en France et l’autre au Luxembourg, je cherche en vain de quelle façon mon entreprise française pourrait devenir une start-up performante !

Parlons coût du salaire d’un cadre moyen que je déplace du Luxembourg vers la France tout en lui assurant le même revenu net.

Le Luxembourg est peut-être un paradis fiscal, surtout pour les 15 000 portefeuilles français qui y sont logés mais il est sûrement un paradis social. Il y a certes 2,5 fois plus d’inspecteurs du travail qu’ailleurs ... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Il est temps de raisonner Europe. Aucun des pays de l’Union européenne ne peut entrer seul en concurrence avec les deux poids lourds que sont les États-Unis et la Chine et bientôt d’autres blocs en formation : Asie-Pacifique, Afrique et Amérique du sud.

La pandémie nous a ouvert les yeux sur les carences d’une Europe qui avance à très petits pas. Nous avons une monnaie commune mais nous n’avons pas encore su résoudre le problème de la fiscalité d’entreprise et de règles sociales communes, ce qui engendre d’un... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jules Devie. Un article de l'Iref-Europe

La course aux vaccins contre le Covid fut un révélateur du déclassement européen en termes industriel et économique par rapport au reste du monde, et plus particulièrement les États-Unis. Ce phénomène est toutefois plus général : les multinationales de l’Europe dans son ensemble pèsent peu dans le jeu international.

Moins de grandes entreprises, c’est moins d’emploi, moins d’innovation, moins de leadership international, moins de richesse créée pour le pays d’implantation, moins d’ex... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles