Inspirons-nous de la Suède plutôt que du Québec !

Pour le gouvernement du PQ au Québec, le gouvernement est encore trop petit semble-t-il. Il est temps de s’inspirer des réformes suédoises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Réformes : à quand une réduction de l'Etat obèse

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Inspirons-nous de la Suède plutôt que du Québec !

Publié le 5 novembre 2012
- A +

Pour le gouvernement du PQ au Québec, le gouvernement est encore trop petit semble-t-il. Il est temps de s’inspirer des réformes suédoises.

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec.

Réformes : à quand une réduction de l’Etat obèse?

Si vous croyez comme moi qu’on paye déjà trop de taxes, le discours de Pauline Marois mercredi, à la veille de l’Halloween, a de quoi faire peur.

Pour les péquistes, le gouvernement est encore trop petit, semble-t-il.

Faire la liste des nouvelles « patentes » annoncées prendrait trop de temps. On veut créer un « secrétariat au développement nordique », une « Banque de développement économique du Québec » (comme si on n’avait pas assez de bureaucrates qui s’ingèrent dans notre économie comme ça!) Le gouvernement va « inciter » les entreprises à transformer davantage chez nous les ressources (traduction : on va donner encore plus de subventions, à la discrétion des politiciens et bureaucrates). On va « déployer » des fonctionnaires sur les marchés étrangers, relancer le tourisme, l’agriculture, l’économie sociale…

Bref, tout essor économique passera par l’État. Celui-ci guidera les entrepreneurs égarés vers le succès, la prospérité et le bonheur. Laisser ces derniers se débrouiller et alléger leur fardeau fiscal? Oubliez ça! C’est bien connu, le dynamisme économique d’une nation passe par plus de comités, plus de « plans » et plus de tables de concertation…

Ce qu’on oublie de vous dire, c’est que tous ces nouveaux programmes seront gérés par encore plus de fonctionnaires… Que vous devrez payer, eux et leurs généreux fonds de pension, avec plus de taxes. Et plus de dettes. Et tenez-vous-le pour dit : aucun retour en arrière ne sera possible. Ces nouveaux « privilégiés de l’État » deviendront automatiquement indélogeables.

Pris à la gorge

À la place, pourquoi ne pas s’inspirer de la Suède? Un pays social-démocrate, qui a choisi de miser sur les forces du marché pour traverser la crise. Là-bas on soulage le fardeau fiscal des entrepreneurs, on choisit la voie de la concurrence — même en santé et en éducation —, et on coupe les dépenses. Et ça marche! Ce pays, où les taxes sont élevées, a compris une chose : l’individu est l’unité de base de la société, comme l’écrivait récemment l’historien suédois Lars Tragardh. Et c’est en encourageant son autonomie — et non sa dépendance au gouvermaman — qu’on arrive au bien commun.

Ici, on fait tout le contraire. On veut plus de ce qui ne marche pas. Les pourfendeurs du capitalisme aiment crier au « capitalisme sauvage » sitôt qu’une entreprise ferme ses portes. Tant qu’à user d’hyperboles, on peut dire que le chemin que trace le PQ, poursuivant le travail du Parti libéral, est celui de l’« Étatisme sauvage »…

En 2001, l’essayiste français Jean-François Revel écrivait, dans le magazine Le Point, « qu’un État tout à la fois pléthorique et incontrôlé tend à se mettre à son propre service plutôt qu’au service de toute la société. »

Il poursuivait : « Ainsi l’Étatisme sauvage, fort avec les faibles et faible avec les forts, justifie son existence par la correction des inégalités. Mais en introduit de pires qui sont, comme celles de l’Ancien Régime, structurelles et institutionnelles. Son tour de force consiste en outre à persuader les victimes du système qu’elles en sont les bénéficiaires. Et les sondages attestent que cette propagande réussit à duper une majorité de Français… »

Gardons une chose en tête : c’est vous et moi qui payons pour l’engraissement perpétuel du gouvernement. Et comme le montre le dossier ci-contre de mes collègues d’Argent, une part croissante de la population, prise à la gorge, ne peut plus payer pour les « initiatives » et les « plans » coûteux d’une poignée de politiciens de plus en plus déconnectés de leur réalité.

Lire aussi : quelles réformes mettre en œuvre ? Notre dossier sur le sujet.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aux dernières rencontres d’Aix, notre ministre de l’Économie Bruno le Maire expliquait à juste titre qu’il n’y avait rien de plus choquant que tant d’entreprises cherchent des salariés et au même moment toujours autant de chômage. Pour lui cette inadéquation était le deuxième sujet à traiter après la priorité du pouvoir d’achat.

Et si ces deux maux étaient tout simplement les deux conséquences d’un problème plus profond à régler ?

 

Le poison du keynésianisme à long terme

Appliqué trop longtemps le keynésianisme n’es... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Nataliya Melnyk.

Nataliya Melnyk est Ukrainienne et directrice de la communication pour le Bendukidze Free Market Center, un groupe de réflexion ukrainien créé pour promouvoir la liberté, un État limité, une société ouverte et un marché libre, par l'analyse et le développement d'options politiques nouvelles et modernes, l'introduction de programmes éducatifs et l'eng... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles