On a l’influence culturelle que l’on mérite

Quitte à être sous influence, ce qui est difficilement évitable, autant choisir l’influence de ceux qui contribuent à votre développement et votre épanouissement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
influence culturelle

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On a l’influence culturelle que l’on mérite

Publié le 1 novembre 2012
- A +

Quitte à être sous influence, ce qui est difficilement évitable, autant choisir l’influence de ceux qui contribuent à votre développement et votre épanouissement.

Par Jean-Louis Caccomo.

Il y a quelques semaines, mon doctorant libyen a soutenu sa thèse de doctorat, après 5 années de recherche ardue, lui permettant de devenir professeur d’économie à l’université de Tripoli. Soulagé et heureux, il a ressenti le besoin de me confier qu’il ne pouvait pas exposer dans sa thèse un diagnostic objectif de la situation de son pays au risque de mettre en péril la sécurité de ses propres enfants, surtout qu’il dépendait d’une bourse officielle de son gouvernement pour mener à bien ses recherches.

Mais, finalement, à ne pas voir la réalité objective de son pays, qui lui aurait permis de mesurer la colère montante de la rue, le colonel Kadhafi a fini par se condamner lui-même. C’est une leçon que nos dirigeants feraient mieux de méditer.

En France, où la recherche académique est totalement contrôlée par l’État, on ne risque certes pas physiquement sa vie, mais on met en jeu sa vie académique et symbolique. En effet, si un chercheur veut faire une belle carrière au sein de l’université française, il vaut mieux relayer sagement et fidèlement le discours officiel, notamment en flattant et en surestimant à coup sûr la fonction régulatrice de la puissance publique dans le domaine économique. De plus, vous serez invité sur tous les plateaux de télévision qui comptent dans le paysage audiovisuel français (PAF).

À ce propos, il est pour le moins étonnant de voir combien le modèle français fascine encore les dictatures et les régimes autoritaires de la planète, notamment sur le continent africain. Pourtant, ces mêmes pays n’ont de cesse de vilipender l’héritage colonial français qu’ils s’efforcent dans le même temps de répliquer. Lénine n’avait-il pas lui-même pris pour modèle la Terreur, avatar tragique de la révolution française ?

Ainsi, la France, pays des droits de l’homme, de Voltaire, Montesquieu, Benjamin Constant et Bastiat, continue de rayonner auprès des élites les plus rétrogrades du monde. Ne nous étonnons pas que les peuples, qui ont toujours soif de liberté, se tournent vers d’autres lumières.

Pourtant, l’expérience du XXe siècle devrait faire méditer nos consciences éclairées. Après la seconde guerre mondiale, l’Allemagne et le Japon, sous protection américaine et bénéficiant des institutions du GATT et du FMI, sont devenus en quelques décennies les plus grandes puissances économiques de la planète.

De son côté, à travers le COMECON, Moscou a organisé un pillage systématique de ses pays satellites, notamment de l’Ukraine qui regorgeait de ressources naturelles. De leur côté, les pays sous influence francophone qui prenaient leur indépendance nouvelle, subissent toujours les réflexes malheureux de la Françafrique. Comme dans la vie personnelle, quitte à être sous influence, ce qui est difficilement évitable, autant choisir l’influence de ceux qui contribuent à votre développement et votre épanouissement.

Aucun ministre de la culture, aussi brillant et cultivé soit-il, ne pourra changer la donne si on ne s’attaque pas un jour aux racines structurelles de ce phénomène tandis qu’un nombre croissant des futures élites des pays émergents vont se former dans les universités étrangères (anglaises et américaines) plus attractives.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Si seulement Staline n’avait fait que piller les satellites et notamment l’Ukraine… Holodomor.

  • On pourrait rappeler le voyage de Michèlle Alliot-Marie en Tunisie comme exemple paradigmatique de cet article. L’influence culturelle de nos zélites politiques, comme le suggére J-L C ici est vraiment discutable. Ces derniers ne peuvent pas avoir d’amis dans les élites des pays riches qui, elles sont informées des questions du jour. La France « politique » reste dans le club trés fermé (sur eux-mêmes) des tartes á la crême anti-démocratique. La qualité commune de tout ces clubs est un non-respect unanime des besoins réels de leur citoyens. Et un incapacité a gérer tout ce qui en ressort. Entre-eux, ils n’est pas question de réforme, ou de se réformer puisqu’ils ne pensent qu’á exprimer leur mépris pour ceux qui ne sont pas dans leur clan, c-a-d tout le monde. Alors quand la démocratie demande des explications, tout ce beaux monde se perd en conjectures ridicules. Par example, dans le cas de MAM: http://www.politique.net/2011020401-alliot-marie-la-tunisie-calendrier-revolutionnaire.htm

  • On peut aussi parler des nations développées créées à partir de rien en une paire de siècles au sein du Commonwealth britannique: Australie, Nouvelle-Zélande, Canada…

  •  » Après la seconde guerre mondiale, l’Allemagne et le Japon, sous protection américaine et bénéficiant des institutions du GATT et du FMI, sont devenus en quelques décennies les plus grandes puissances économiques de la planète. »

    Ce sont aussi et surtout des peuples en plein suicide démographique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans la même veine que ses romans précédents (nous avions eu notamment l'occasion de présenter ici le très emblématique Tour d’Ivoire), et de ceux qui suivent (dont une prometteuse satire de l’Éducation nationale en octobre prochain), Patrice Jean poursuit avec ses thèmes habituels : les régressions de notre époque, les dérives suscitées par les idéologies, le poids des conformismes et les moralismes à tendance totalitaire, toutes perversions qui aboutissent au recul des libertés.

Dans Tour d’Ivoire, déjà, nous avions affaire à un pers... Poursuivre la lecture

Dans le domaine du viol, on entend souvent dire que les fausses accusations déposées à la police seraient rares ou très rares ; il y aurait un consensus scientifique autour du chiffre de 6 % des plaintes (ou de 2 % à 10 %). C'est une question d’une actualité brûlante. En effet, nous vivons une époque où, après #Metoo, les femmes sont incitées à porter plainte tous azimuts, ce qui représenterait une salutaire « libération de la parole » des victimes.

Libération de la parole ?

Étrange euphémisme qui semble plutôt dénoter le dévelo... Poursuivre la lecture

Yann-Maël Larher a co-fondé son cabinet d’avocats Legal Brain Avocats et un cabinet conseil Okay Doc pour valoriser l’expertise des chercheurs dans les entreprises et appréhender toutes les dimensions de l'innovation.

Lauréat du Prix des Talents de la Recherche décerné par RUE 89 et FABERNOVEL, en 2017 il a soutenu sa thèse intitulée « Les relations numériques de travail » à l'université Panthéon-Assas. Il intervient désormais afin de favoriser l'adoption de nouveaux modes de travail et faciliter l’organisation de la société numérique.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles