Réforme migratoire à Cuba : s’en rejouir ou s’en accommoder ?

Même si les coûts administratifs sont réduits et les délais réduits, la nouvelle loi sur les migrations n’est pas celle que les Cubains attendaient. Trop limitée, trop restrictive.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
réforme migratoire cuba

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réforme migratoire à Cuba : s’en rejouir ou s’en accommoder ?

Publié le 21 octobre 2012
- A +

Même si les coûts administratifs sont réduits et  les délais réduits, la nouvelle loi sur les migrations n’est pas celle que les Cubains attendaient. Trop limitée, trop restrictive.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Les Cubains ont appris la mise en place de la nouvelle politique migratoire via l’organe officiel, «Granma». Photo : AFP.

En cinq ans les roulettes de ma valise se sont usées à force d’être trimballée d’un coin à l’autre de la maison. Les sous-vêtements conservés dans le petit nécessaire ont vu leurs élastiques se détendre et leur couleur se défraîchir. Les billets d’avion que je n’ai pas utilisés se sont périmés à force d’en reporter la date,  pour finir à la poubelle. Mes amis m’ont dit au revoir tant de fois, et tant de fois je ne suis pas partie que les adieux sont devenus une routine. Le chat s’est approprié le bagage à main qui n’a jamais réussi à monter dans un avion et la chienne a mordillé les chaussures destinées à un voyage que je n’ai pas encore pu entreprendre. L’image d’une « Vierge du Bon Voyage » que m’a offerte une amie n’a pas non plus résisté à l’épreuve du temps et l’éclat de son regard s’est lui-même éteint.

Après avoir exigé pendant cinq ans mon droit de voyager à l’étranger, je me suis réveillée aujourd’hui avec la nouvelle d’une réforme migratoire. Ma première impression a été de crier « hourrah ! » dès le matin, mais au fil de la journée je me suis aperçue des imperfections de la nouvelle loi. L’infamant permis de sortie et l’outrageante lettre d’invitation dont nous avions besoin pour sortir de notre propre pays ont certes  été enfin éradiqués. Cependant dans les nouvelles règles de confection et de validation du passeport, doit être défini qui pourra franchir les frontières nationales et qui ne le pourra pas. Même si les coûts administratifs sont réduits et j’imagine les délais réduits, cette nouvelle loi sur les migrations n’est pas celle que nous attendions. Trop limitée, trop restrictive. Mais au moins, a été mise noir sur blanc une légalité à partir de laquelle nous pourrons commencer à exiger, protester, dénoncer.

En ce qui me concerne, je veux croire –jusqu’au 14 janvier 2013- que je ne figure sur aucune « liste noire » et qu’il a été mis fin aux filtres idéologiques de sortie. Je vais remplir ma demande pour un nouveau passeport et j’attendrai avec cette dose de naïveté qui me permet de survivre, de ne pas devenir apathique. Je serai là quand ouvriront les bureaux qui vont décider quels sont les Cubains qui pourront prendre l’avion et ceux qui resteront dans « l’enfermement insulaire ». Et ma valise me suivra, avec les sous-vêtements défraîchis, les chaussures jamais portées et une image pâlie de Marie qui ne sait plus si elle part ou si elle revient, s’il ya des raisons de se réjouir ou de se résigner.

—-
Sur le web.
Traduction : Jean-Claude Marouby.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pap Ndiaye en a fait la promesse : il y aurait un prof dans chaque classe à la rentrée. Mais chacun sait que le jour J les classes sans enseignant seront nombreuses. Pire, elles risquent de se peupler d'enseignants "au rabais", paumés, parachutés là en dernière minute sans en avoir ni le niveau ni la préparation, tels des figurants de « Village Potemkine ».

Le drame est qu’une école sans enseignants n’est plus une école. C’est une garderie.

 

Comment en sommes-nous arrivés là ?

De quoi la crise des vocations enseigna... Poursuivre la lecture

Pendant la pandémie, l’État français aura détérioré son économie encore davantage. La dette publique est passée de 98 % du PIB fin 2019 à 118 % en mars 2021, alors qu’il a fallu presque 15 ans pour passer à un endettement de 80 % à 100 % du PIB. Il est donc impératif de revenir sur un sujet qui est toujours d’actualité depuis plusieurs décennies : réformer la France.

 

Le besoin criant de réformes en France

Étant donné le contexte, il est ahurissant que le président Macron, le premier protagoniste politique dans ce pays, ai... Poursuivre la lecture

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF Europe

Le 8 avril de l’année dernière, le président de la République, Emmanuel Macron, avait jeté un pavé dans la mare en annonçant la suppression de l’ENA (École nationale d’administration) et son remplacement par l’INSP (Institut national du service public). Un mois plus tôt, Frédéric Thiriez, missionné par l’exécutif pour produire un rapport formulant des propositions de réforme de la haute fonction publique, avait rendu ses conclusions censées être sources d’inspiration de la future ordonnan... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles