Pays-Bas : les libéraux continueront leur politique

Les récentes élections législatives néerlandaises sont une nouvelle preuve du succès électoral des réformes libérales.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mark Rutte, Premier ministre néerlandais.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pays-Bas : les libéraux continueront leur politique

Publié le 23 septembre 2012
- A +

Les récentes élections législatives néerlandaises sont une nouvelle preuve du succès électoral des réformes libérales.

Un article de l’aleps.

Mark Rutte, Premier ministre néerlandais.

Les travaux de l’IREF l’avaient démontré : les gouvernements qui ont le courage de faire des réformes libérales sont presque sûrs d’être réélus. Ainsi en est-il aux Pays-Bas, après les élections qui se sont déroulées mercredi 12 septembre. Le parti libéral de Mark Rutte est sorti vainqueur du scrutin, gagnant plus de 6% des voix et devançant (de peu) le parti travailliste (social démocrate et centre droit). Les travaillistes acceptent une coalition avec les libéraux, ils sont d’accord sur la ligne générale annoncée par Mark Rutte.

La politique libérale a consisté à appliquer une rigueur budgétaire « à l’Allemande », à privatiser beaucoup de « services publics », à accentuer la flexibilité du marché du travail. Le résultat en est un taux de chômage de 5%. Mark Rutte entend former un gouvernement « stable », dont les positions européennes sont très proches de celles d’Angela Merkel : l’euro ne peut être sauvé que par la rigueur des États de l’Union, et les Grecs n’ont qu’à s’aligner.

Les partisans de la sortie de l’euro, et en particulier l’extrême droite de Geert Wilders, qui perd 10% de ses électeurs, ont été fortement secoués. La « gauche de la gauche » a été également cruellement défaite.

Ce résultat ne devrait pas laisser les Français indifférents. Il est en effet la preuve que le libéralisme peut s’exprimer dans un pays réellement libre et que l’épouvantail de l’austérité brandi contre les projets libéraux n’a aucune prise sur des peuples sérieux – et qui s’en trouvent bien. L’internationale libérale européenne n’est pas un vain mot. Nous, en France, on a choisi d’être aux côtés des « indignados » de Madrid, des communistes et des nazis d’Athènes, et des gros malins italiens qui nous préparent une belle inflation.

—-
Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux.

Décidément, la crise sanitaire aura mis à mal le libéralisme. Ses opposants ont pu donner libre cours à leurs penchants liberticides. Plus grave : une partie des libéraux eux-mêmes ont pris des positions plus que critiquables. Que ceux pour qui la liberté n'est pas au centre de leur pensée la bafouent est une chose, mais que ceux qui prétendent la soutenir soient les vecteurs du tournant autoritaire actuel en est une autre.

Au sein de l’Union européenne, bon nombre de formations politiques issues de l'ALDE... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Il est fréquent de croire que le libéralisme s’assimile aux politiques d’austérité. C’est se méprendre à la fois sur le champ que couvre cette philosophie, nullement restreinte à l’économique, mais c’est – même sur le plan économique – en avoir une vision bien terne et restrictive, pour ne pas dire peu enthousiasmante qui ne correspond pas à son esprit.

Vingtième-troisième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme n’est pas qu’économique

Nous l’avons évoqué à de multiple... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

Ces dernières années, les Pays-Bas se sont distingués au niveau européen. Porte-parole régulier des Frugal Four, Amsterdam acquiert une influence non négligeable sur le continent, en devenant la première place financière d’Europe en volume de transactions. Place qui était détenue jusqu’en janvier 2021 par Londres.

Depuis le Brexit, les médias français ont rapporté que le poids financier de Paris serait renforcé. Toutefois, force est de constater que les financiers sont plus inté... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles