Hayek, de l’utilisation de l’information dans la société (seconde partie)

Dans cet article célèbre, Friedrich Hayek poursuit le travail de Ludwig von Mises sur l’importance des prix pour résoudre le problème économique. Seconde (et dernière) partie.

Dans cet article célèbre, Friedrich Hayek poursuit le travail de Ludwig von Mises sur l’importance des prix pour résoudre le problème économique. Seconde (et dernière) partie.

Par Friedrich Hayek.

Article publié en collaboration avec l’Institut Coppet. Première partie du texte en ligne ici.

Friedrich Hayek

IV – Le refus de reconnaître le changement réel

La mode contemporaine qui minimise l’importance de la connaissance des circonstances particulières de temps et de lieu est étroitement corrélée avec la moindre importance accordée au changement en tant que tel. En fait, il y a peu de points de divergence entre les hypothèses généralement uniquement implicites, faites par les « planificateurs », et celles de leurs opposants en ce qui concerne la signification et la fréquence de changements qui rendent nécessaires des modifications substantielles (les plans de production). Bien entendu, si les plans économiques détaillés pouvaient être établis à l’avance pour des périodes relativement longues, et ensuite strictement respectés de telle sorte qu’aucune autre décision économique significative ne soit nécessaire, la tâche consistant à réaliser un plan d’ensemble pour la conduite de toute l’activité économique paraîtrait singulièrement moins importante.

II vaut donc peut-être la peine de rappeler que les problèmes économiques viennent toujours du fait que les choses changent et seulement de lui. Tant que les choses continuent comme avant, ou en tous cas conformément à ce qu’on attend d’elles, aucun nouveau problème ne se pose, qui nécessite une décision ou l’élaboration d’un nouveau projet. Émettre l’idée que les changements, ou du moins les ajustements quotidiens, sont devenus moins importants de nos jours, revient à soutenir que les problèmes économiques sont également devenus moins importants.

Du reste, cette conviction d’une importance décroissante du changement est généralement l’apanage de ceux qui, par ailleurs, soutiennent que l’importance de l’économie a été peu à peu éclipsée par la montée en puissance de la connaissance technologique. Est-il vrai qu’en raison du caractère élaboré de la production moderne, les décisions économiques ne sont prises qu’à de longs intervalles de temps, par exemple pour l’installation d’une nouvelle usine ou l’introduction d’un nouveau procédé ? Est-il vrai qu’une fois l’usine construite, le reste étant plus ou moins mécanique, déterminé par le type de l’usine, laisse peu de possibilités de changement pour s’adapter aux circonstances du moment, qui évoluent sans cesse ?

Cette négation du changement est contraire à l’évidence des faits

La réponse affirmative à ces deux questions, qui reçoit une approbation très générale, ne se trouve pas confirmée, autant que je puisse le savoir, par l’expérience pratique de l’entrepreneur. Dans une industrie concurrentielle – et une telle industrie peut servir à elle seule de test, le souci d’empêcher les coûts de s’accroître requiert un combat constant et absorbe une grande part de l’énergie du dirigeant. Un dirigeant inefficace peut facilement annihiler les différences sur lesquelles repose la profitabilité, et il est possible, avec les mêmes procédés techniques, de produire à une grande variété de coûts : autant de lieux communs, tirés de l’expérience des affaires, qui ne semblent pas être si familiers aux économistes.

La très grande force du désir, sans cesse évoquée par les producteurs et les ingénieurs, de pouvoir produire sans être entravés par les considérations de coût, est un témoignage éloquent de l’importance que prennent ces coûts dans leur travail quotidien.

Une des raisons pour lesquelles les économistes sont de moins en moins aptes à comprendre les petits changements qui agitent le décor économique tient probablement à leur souci croissant de disposer d’un agrégat statistique qui soit beaucoup plus stable que les mouvements de détail. Cette stabilité relative des agrégats ne peut toutefois être attribuée – comme les statisticiens sont souvent incités à le faire – à la loi des grands nombres ou à la compensation des changements stochastiques.

Le nombre d’éléments en cause n’est pas suffisamment grand pour que de telles forces accidentelles produisent de la stabilité. Le flux continuel de biens et de services est maintenu par des ajustements délibérés et constants, par de nouvelles dispositions prises chaque jour à la lumière des circonstances, et ignorées la veille, par l’intervention de B qui remplace A lorsque celui-ci est défaillant.

Même une usine importante et très mécanisée continue à fonctionner grâce à un environnement sur lequel elle peut s’appuyer en cas de besoins inattendus : des tuiles pour son toit, de la papeterie pour ses dossiers, et tous ces mille et un petits équipements qu’elle ne peut elle-même produire et qui doivent être disponibles sur le marché pour que les plans de production de l’usine soient respectés. A ce sujet, je voudrais peut-être rappeler brièvement que le type de connaissance que j’étudie ne peut pas, par nature, être prise en compte par les statistiques, et ne peut donc pas être transmise à une quelconque autorité centrale sous forme statistique.

Les statistiques qu’une telle autorité devrait utiliser ne pourraient être obtenues qu’en négligeant les différences mineures entre les choses, en les réunissant en un seul bloc de ressources de même type, alors qu’il s’agit d’entités qui diffèrent par la qualité ou toute autre particularité d’une manière qui peut se révéler très importante pour l’exercice d’une décision particulière. II s’ensuit que la planification centralisée fondée sur l’information statistique ne peut pas, par nature, prendre en compte directement ces circonstances de temps et de lieu et que le planificateur central devra trouver le moyen de rendre à « l’homme de terrain » le pouvoir de prendre les décisions qui n’appartiennent qu’à lui.

V – C’est à ceux qui connaissent les problèmes de les résoudre

Si nous pouvons admettre que le problème économique central d’une société est celui de l’adaptation rapide aux changements des circonstances particulières de temps et de lieu, il s’ensuit que les décisions finales doivent être laissées à ceux qui connaissent ces circonstances, qui apprécient directement les changements en cause, et savent où trouver les ressources pour y faire face.

On ne peut guère s’attendre qu’un tel problème soit résolu en confiant d’abord toute la connaissance à un bureau central qui, après l’avoir intégrée, transmettrait ses ordres. Nous sommes amenés à résoudre ces problèmes par une certaine forme de décentralisation, mais ceci ne répond qu’à une partie de notre problème. Nous avons besoin de la décentralisation, car c’est seulement ainsi que nous pouvons nous assurer que la connaissance particulière du temps et du lieu sera rapidement utilisée. Mais l’homme de terrain ne petit décider seul, sur la base de sa connaissance limitée, quoique profonde, des faits de son environnement immédiat.

Reste le problème consistant à lui communiquer toute l’information supplémentaire dont il a besoin pour que ses décisions s’intègrent clans le réseau du système économique. De quelles informations a-t-il besoin pour ce faire ? Quels événements survenus en dehors de son horizon de connaissances sont utiles à sa décision, et combien doit-il en connaître ? II n’y a presque rien qui advienne en ce monde qui n’ait d’effet sur la décision qu’il doit prendre. Mais il n’a pas besoin de connaître ces événements en tant que tels, ni la totalité de leurs effets. Il lui importe peu de savoir pourquoi, à un moment donné, tel type de vis de telle taille est plus demandé que tel autre, pourquoi les sacs en papier sont plus facilement disponibles que les sacs en toile, pourquoi le travail qualifié ou certaines machines sont pour le moment plus difficiles à se procurer.

Mettre l’information pertinente à la disposition du décideur

Tout ce dont il a besoin est de savoir dans quelle mesure ces biens sont plus ou moins difficiles à obtenir que d’autres biens dont il a besoin, ou la mesure dans laquelle sont demandés les autres biens qu’il produit ou utilise. Il s’agit toujours de l’importance relative des biens particuliers dont il a l’usage, et les causes qui déterminent cette importance relative ne présentent pas d’intérêt pour lui en dehors de leur effet sur les éléments concrets de son propre environnement. C’est dans cet esprit que ce que j’ai appelé le calcul économique au sens propre du terme nous aide, au moins par analogie, à comprendre comment ce problème peut être résolu – et est en fait résolu – par le système des prix.

Même un seul agent en possession de toutes les informations d’un petit système économique cohérent ne pourrait – à chaque fois qu’un menu ajustement dans l’allocation des ressources devrait être fait – étudier explicitement toutes les relations existantes entre lés produits et les facteurs de production qui pourraient être affectées par cet ajustement. C’est en fait l’un des grands apports de la théorie pure des choix que d’avoir démontré de manière concluante que même un seul agent peut résoudre ce type (le problème en construisant et en utilisant à chaque fois des taux d’équivalence (ou des valeurs, ou des taux marginaux de substitution), c’est-à-dire en affectant à chaque type de ressource rare un index numérique qui n’ait aucun lien avec une quelconque caractéristique de ce bien particulier, mais qui reflète ou dans laquelle est résumée sa signification au regard de la structure de production. A l’occasion de chaque petit changement, il devra seulement prendre en compte ces indices quantitatifs (ou valeurs) dans lesquels toute l’information adéquate est concentrée ; et en ajustant les quantités une à une, il peut redistribuer de manière appropriée ses actifs sans avoir à résoudre le problème ab initio, ou sans avoir à étudier à chaque étape la totalité de ses ramifications.

Le rôle des prix dans la communication de l’information

Fondamentalement, dans un système où l’information sur les faits est dispersée entre de nombreux agents, les prix peuvent jouer de telle manière qu’ils coordonnent les actions séparées d’agents différents, de la même manière que les valeurs subjectives aident un individu à coordonner les différents aspects de son projet.

On peut s’arrêter ici un moment pour étudier un exemple banal et simple du rôle du système des prix, pour voir ce que précisément ce dernier accomplit. Supposons qu’apparaisse dans le monde une nouvelle opportunité pour l’utilisation d’une matière première, par exemple l’étain, ou qu’une des sources de production de l’étain ait disparu. Il importe peu pour notre propos – et il est significatif que cela importe peu – de savoir laquelle de ces deux causes a rendu l’étain plus rare. Tout ce que les utilisateurs d’étain ont besoin de savoir, c’est qu’une partie de l’étain qu’ils consommaient jusqu’alors est maintenant utilisée de manière plus profitable ailleurs et qu’en conséquence, ils doivent économiser l’étain. La plus grande majorité d’entre eux n’a pas même besoin de savoir où la demande supplémentaire est apparue, ou en faveur de quelle autre utilisation il doit y avoir réduction de l’offre.

Si une partie d’entre eux seulement connaît directement la nouvelle demande et y affecte des ressources, et si les agents qui sont conscients du nouveau déséquilibre ainsi apparu le comblent avec d’autres ressources, le processus s’étendra rapidement à l’ensemble du système économique et influencera non seulement tous les usages de l’étain, mais aussi ceux de ses substituts et des substituts de ses substituts, l’offre de tous les produits faits à partir de l’étain et celle de leurs substituts, et ainsi de suite, et ce, sans que la grande majorité de ceux qui seront à l’origine de ces substitutions sache quoi que ce soit de la cause première de ces changements.

Cet ensemble joue comme un seul marché, non pas parce que chacun de ses membres étudie son propre environnement, mais parce que les champs de vision individuels limités se recouvrent suffisamment, de telle sorte qu’à travers de nombreux intermédiaires, l’information en cause est communiquée à tous. Le simple fait qu’il y a un prix pour chaque bien – ou plutôt que les prix locaux sont connectés entre eux pour tenir compte du coût de transport, etc. – détermine la solution qui (d’un pur point de vue intellectuel) aurait été celle à laquelle un agent unique serait arrivé en possédant toute l’information qui est en fait dispersée entre tous les agents impliqués dans ce processus.

VI – Un rôle optimal

Nous devons considérer le système des prix comme un mécanisme de communication de l’information si nous voulons comprendre sa fonction réelle – fonction qu’il assure évidemment de moins en moins parfaitement au fur et à mesure que les prix deviennent de plus en plus rigides. (Du reste, même lorsque les prix affichés sont devenus relativement rigides, les forces qui opéreraient à travers les changements de prix continuent d’opérer dans une très large mesure à travers les changements des autres termes du contrat.) L’aspect le plus significatif de ce système est l’économie d’informations qu’il permet, ou, ce qui revient au même, le peu de connaissance dont les participants ont besoin pour pouvoir prendre la mesure qui s’impose.

En bref, pour raisonner par analogie, l’information la plus essentielle est seule transmise, et transmise uniquement aux agents concernés. C’est plus qu’une métaphore que de décrire le système des prix comme une simple machine d’enregistrement du changement, ou un système de télécommunication qui permet aux producteurs individuels de se borner à regarder le mouvement de quelques aiguilles, comme un ingénieur peut consulter quelque cadran, et d’ajuster ainsi leurs activités à des changements dont ils ne sauront jamais plus que ce que le mouvement des prix aura reflété.

Un instrument irremplaçable de coordination

A l’évidence, ces ajustements ne sont probablement jamais aussi parfaits que l’économiste les conçoit dans son analyse de l’équilibre. Mais je crains que notre habitude théorique d’envisager cette question en supposant une connaissance plus ou moins parfaite de la part de tout un chacun ne nous ait rendus quelque peu ignorants de la fonction réelle du mécanisme des prix et ne nous ait conduits à dégager des critères erronés pour juger de son efficacité. Ce qu’il y a de merveilleux dans un cas comme celui de la rareté d’une matière première, c’est que, sans qu’il y ait eu d’ordre initial, sans que plus qu’une poignée d’acteurs ait su la cause initiale, des dizaines de milliers de gens dont l’identité ne pourrit être connue que par des mois d’investigation sont conduits à utiliser la matière première, ou ses produits dérivés, avec davantage de mesure, et que, ce faisant, ils agissent de façon adéquate.

Ceci est en soi une merveille, même si, dans un monde toujours mouvant, tous n’atteindront pas à ce stade de perfection auquel les taux de profit sont maintenus à leur même niveau constant ou « normal ». J’ai délibérément utilisé ce mot de « merveille » pour choquer le lecteur et le tirer de la complaisance dont nous faisons preuve à l’égard d’un mécanisme qui est souvent tenu pour acquis.

Je suis convaincu que s’il résultait d’une construction humaine délibérée, où les agents guidés par le changement intervenu dans le système des prix comprendraient que leurs décisions ont une portée qui dépasse notablement leur vocation immédiate, ce mécanisme attrait été célébré comme l’un des plus grands triomphes de l’esprit humain.

Un moyen méconnu pour mobiliser les cerveaux

Son double malheur vient de ce qu’il n’est pas un produit du cerveau humain et que les agents qui sont guidés par lui ne savent généralement pas pourquoi ils font ce qu’ils font. Mais ceux qui réclament « une direction consciente » – et qui ne peuvent croire qu’une chose qui s’est développée sans suivre un seul projet conscient (et même sans que nous la comprenions) puisse résoudre des problèmes que nous serions incapables de résoudre consciemment – devraient se souvenir de ceci ; le problème est justement d’étendre le domaine d’utilisation de nos ressources au-delà de celui qui n’est accessible qu’à un esprit humain singulier ; et, par conséquent, de se dispenser du besoin d’un contrôle conscient, et de créer des incitations qui pousseront les individus à agir dans un sens désirable sans que personne leur ait dit ce qu’il fallait faire.

Les autres constructions sociales

Le problème que nous rencontrons ici n’est en aucune manière propre à l’économie, mais est relié à peu près à tous les phénomènes sociaux, au langage et à la plupart de notre héritage culturel, et constitue vraiment le problème théorique central de toute la science sociale. Comme Alfred Whitehead l’a dit à un autre propos,

« c’est un truisme profondément faux, répété par tous les livres classiques et par les élites lorsqu’elles prononcent des discours, que nous devons cultiver l’habitude de penser ce que nous faisons. La vérité est à l’opposé. La civilisation avance en accroissant la nombre d’opérations importantes que nous pouvons réaliser sans y penser ».

Ceci a une profonde signification dans le domaine social. Nous utilisons constamment des formules, des symboles, des règles dont nous ne comprenons pas la signification et grâce auxquels nous profitons d’une connaissance qu’individuellement nous ne possédons pas. Nous avons développé ces pratiques et ces institutions en les construisant sur des habitudes et des institutions qui se sont révélées bénéfiques dans leur propre sphère, et qui a leur tour sont devenues le fondement de la civilisation que nous avons bâtie. Le système des prix est justement une de ces institutions que l’homme a appris à utiliser (bien qu’il soit très loin d’avoir appris à en faire le meilleur usage) après avoir buté dessus sans l’avoir compris. A travers ce système, non seulement la division du travail mais également l’utilisation coordonnée des ressources fondées sur une connaissance divisée de manière égale sont devenues possibles.

Si nous ne sommes pas capables de rendre compte de ces systèmes, c’est parce qu’ils traduisent une intelligence qui nous dépasse

Ceux qui aiment se moquer de cette idée la déforment en insinuant qu’elle revient à dire que par quelque miracle, ce système est spontanément apparu, justement pour être le mieux adapté à la civilisation moderne. C’est exactement l’inverse : l’homme a été capable de développer cette division du travail sur laquelle notre civilisation est fondée parce qu’il a découvert par hasard une méthode qui le lui permettait. S’il ne l’avait pas fait, il aurait pu créer un autre type de civilisation, tout à fait différent, comme l’« État des fourmi » ou tout autre type inimaginable.

Tout ce que nous pouvons dire, c’est que personne n’a réussi jusqu’à maintenant à concevoir un système de remplacement, dans lequel certaines caractéristiques du système existant seraient préservées – caractéristiques chères même à ceux qui les critiquent violemment – comme, par exemple, la liberté pour chaque individu de choisir son destin et d’y consacrer librement sa propre connaissance et son talent.

VII – Le débat est philosophique et non pas seulement partisan

A de nombreux de points de vue il est heureux que le débat sur le caractère indispensable d’un système des prix pour un calcul rationnel dans une économie complexe commence à échapper à l’affrontement partisan de la politique. La thèse selon laquelle en l’absence d’un système des prix, nous ne pourrions pas préserver une société fondée sur une division extensive du travail comme la nôtre, fut accueillie avec beaucoup de dérision lorsque von Mises l’a énoncée pour la première fois énoncée il y a vingt-cinq ans. De nos jours, les difficultés que rencontrent certains pour les accepter ne sont plus principalement politiques, et ceci rend l’atmosphère plus favorable à une discussion raisonnable.

Lorsqu’on voit Léon Trotsky soutenir que « la comptabilité économique est impensable sans relations de marché » ; lorsque le professeur Oscar Lange promet au professeur von Mises une statue dans la grande salle du .futur Bureau de planification centrale ; et lorsque le professeur Abba P. Lerner redécouvre Adam Smith, et souligne que l’utilité essentielle du système des prix consiste en ce qu’il conduit l’individu, qui veut satisfaire son propre intérêt, à agir dans le sens de l’intérêt général – alors en réalité les différences d’opinion ne relèvent plus des préjugés politiques. Ces avis contraires procèdent davantage d’oppositions purement intellectuelles et plus particulièrement méthodologiques.

C’est faussement que Schumpeter croit à une évaluation « automatique » des biens de production

Un point de vue récent du professeur Joseph Schumpeter, exprimé dans Capitalisme, socialisme et démocratie, reflète précisément ces différences méthodologiques auxquelles je fais allusion. Son auteur occupe une place prééminente parmi les économistes qui étudient les phénomènes économiques à la lumière d’un certain positivisme. Pour lui, ces phénomènes apparaissent comme mettant en jeu des quantités données de biens, qui s’ajustent pratiquement sans intervention des acteurs humains ni, semble-t-il, une intervention quelconque de l’esprit humain. Ce substrat de sa pensée me permet à lui seul de comprendre l’affirmation suivante, qui ne m’en paraît pas moins renversante. Le professeur Schumpeter soutient que la possibilité d’un calcul économique rationnel en l’absence de marchés des facteurs de production viendrait, pour les théoriciens, « de la proposition élémentaire selon laquelle les consommateurs, en évaluant (« demandant ») des biens de consommation, évalueraient ipso facto également les biens de production qui entrent dans la production de ces biens [1]».

Méconnaître le rôle de l’entrepreneur

Pris littéralement, cet argument est tout simplement inexact. Les consommateurs ne font rien de la sorte. Ce que le ipso facto du professeur Schumpeter veut probablement dire, c’est que la valorisation des facteurs de production est impliquée par – ou nécessairement déduite de – la valorisation des biens de consommation.

Mais ceci n’est pas davantage exact. L’induction est un procédé logique qui n’a de sens que lorsque les propositions qu’il met en jeu sont présentes en même temps à un esprit donné. Il est évident, au contraire, que la valeur des biens de production ne dépend pas seulement de l’évaluation des biens de consommation, mais tout autant des conditions d’offre des différents facteurs de production. Tous ces faits devraient être simultanément connus à un esprit donné pour qu’il connaisse la réponse qui en découle.

Tirer les conséquences du fait que l’information est dispersée dans des esprits singuliers

Le problème pratique, toutefois, naît précisément de ce que l’ensemble de ces faits n’est jamais donné à un seul esprit et qu’en conséquence il est nécessaire, pour résoudre le problème, de tenir pour acquis que la connaissance est dispersée entre de nombreux agents. Le problème n’est donc en rien résolu par l’affirmation selon laquelle tous les faits, s’ils étaient connus par un esprit unique (comme, par hypothèse, ils sont censés avoir été donnés à l’économiste qui fait ses observations), détermineraient la solution. Nous devons montrer en revanche comment cette solution procède des interactions entre des agents dont chacun ne possède qu’une information partielle. Supposer l’information donnée à un seul esprit, de la même manière que nous supposons qu’elle nous est donnée en tant qu’économiste voué à l’analyse, évacue le problème et néglige tout ce qui est important et significatif dans le monde réel.

Qu’un économiste de la réputation du professeur Schumpeter soit ainsi tombé dans le piège que l’ambiguïté du terme « donné » tend aux inattentifs, ne peut guère s’expliquer par une simple erreur. Cela donne plutôt à penser qu’un vice fondamental affecte une approche qui néglige systématiquement une partie essentielle des phénomènes dont nous devons nous occuper : le caractère nécessairement imparfait de la connaissance humaine et le besoin subséquent d’un processus par lequel l’information est sans arrêt communiquée et acquise. Toute approche, comme celle de l’économie mathématique avec ses équations simultanées, qui part en réalité de l’hypothèse selon laquelle la connaissance des individus correspond aux faits objectifs de la situation, échoue à expliquer ce dont nous devons rendre compte en premier.

Je suis loin de contester l’utilité, pour notre système, de l’analyse en termes d’équilibre. Cependant, quand elle conduit certains de nos plus éminents penseurs à croire que la situation qu’elle décrit peut servir à résoudre les problèmes concrets, il est temps de se rappeler qu’elle laisse de côté les phénomènes de la société et ne constitue guère qu’un préalable utile à l’étude de la question fondamentale.


Sur le web

Notes :

  1.  J. Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie (New York, Harper, 1942), p. 115. Le professeur Schumpeter, est, je crois, également l’auteur originel du mythe selon lequel Pareto soutenait que Barone avait « résolu » les problèmes du calcul socialiste. Ce qu’il fit, et beaucoup d’autres avec lui, ce fut tout simplement d’établir les conditions que devait remplir l’allocation rationnelle des ressources, et de souligner que ces conditions étaient essentiellement les mêmes que celles d’un équilibre sur un marché concurrentiel. Autre chose est de montrer comment une allocation de ressources remplissant ces conditions peut exister dans la réalité. Pareto lui-même (dont Barone a pratiquement tiré tout ce qu’il avait à dire), loin de soutenir qu’il avait résolu le problème pratique, nie en fait explicitement que ce problème puisse être réglé sans l’aide d’un marché. Voire son Manuel d’économie pure (2é édition, 1927), p. 233-234. Le passage intéressant est noté dans la traduction anglaise ou début de mon article sur « Calcul socialiste : la ‘solution’ de la concurrence », dans Economica, new series, vol. VIII, n° 26, mai 1940, p. 125.